Suivez nous sur

Commission européenne

Les institutions supérieures de contrôle de l'UE ont réagi rapidement au COVID-19

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La pandémie de COVID-19 est l'une des crises sanitaires les plus perturbatrices que le monde ait jamais connues, avec un impact majeur sur les sociétés, les économies et les individus du monde entier. Parmi ses nombreux impacts, la pandémie a également considérablement affecté le travail des institutions supérieures de contrôle (ISC) de l'UE. Ils ont réagi rapidement et ont alloué des ressources substantielles à l'évaluation et à l'audit de la réponse à la crise. Le Compendium d'audit publié aujourd'hui par le comité de contact des ISC de l'UE donne un aperçu des travaux d'audit effectués dans le cadre de la COVID-19 et publiés en 2020 par les ISC de l'UE.

L'impact de la pandémie sur l'UE et les États membres a été substantiel, perturbateur et hautement asymétrique. Son calendrier, son étendue et sa nature exacte, ainsi que la réponse apportée, ont considérablement varié à travers l'UE, mais aussi régionalement et parfois même localement, concernant la santé publique, l'activité économique, le travail, l'éducation et les finances publiques.

Dans la plupart des domaines gravement touchés par la pandémie, l'UE n'a qu'un pouvoir d'action limité. Cela est dû en partie au fait que la compétence en matière de santé publique n'est pas exclusive à l'UE, et en partie au fait qu'il y avait peu de préparation ou de consensus initial parmi les États membres sur une réponse commune. En raison de ce manque d'approche coordonnée, les gouvernements nationaux et régionaux ont agi de manière indépendante lors de la mise en place de mesures de prévention et de confinement, lors de l'achat d'équipements ou lors de la mise en place de plans de relance et de programmes de maintien en emploi pour atténuer les conséquences socio-économiques de la pandémie. Néanmoins, après des débuts difficiles, l'UE et les États membres semblent avoir amélioré leur coopération pour atténuer les effets de la crise.

Publicité

« La pandémie de COVID-19 a provoqué une crise multidimensionnelle qui a touché presque tous les domaines de la vie publique et privée », a déclaré le président de la Cour des comptes européenne (CCE), Klaus-Heiner Lehne. « Ses conséquences sur notre façon de vivre et de travailler à l'avenir seront importantes. Comme les virus ne se soucient pas des frontières nationales, l'UE a besoin de moyens pour soutenir les États membres. Il reste à voir si nous avons tiré nos leçons, y compris la nécessité d'une meilleure coopération. »

Les ISC des États membres et la Cour ont rapidement entrepris de nombreuses activités d'audit et de suivi. En plus des 48 audits réalisés en 2020, plus de 200 autres activités d'audit sont toujours en cours ou prévues pour les prochains mois.

Le Compendium publié aujourd'hui propose une introduction générale à la pandémie et un résumé de ses effets sur l'UE et les États membres, y compris les réponses qu'elle a déclenchées. Il s'appuie également sur les résultats des audits effectués par les ISC de Belgique, de Chypre, d'Allemagne, de Lettonie, de Lituanie, des Pays-Bas, du Portugal, de Roumanie, de Slovaquie, de Suède et de la Cour des comptes européenne. 17 rapports (sur 48) publiés en 2020 sont synthétisés, couvrant cinq domaines prioritaires : la santé publique, la numérisation, la réponse socio-économique, les finances publiques et les risques, et la réponse générale aux différents niveaux de gouvernement.

Publicité

Informations d'arrière-plan

Ce Compendium d'audit est le fruit d'une coopération entre les ISC européennes dans le cadre du Comité de contact de l'UE. Il est conçu pour être une source d'informations pour toute personne intéressée par l'impact de COVID-19 et le travail pertinent des ISC. Il est actuellement disponible en anglais sur l'UE Site Web du comité de contact, et sera par la suite également disponible dans les autres langues officielles de l'UE.

Il s'agit de la quatrième édition du Compendium d'audit du Comité de contact. La première édition sur Chômage des jeunes et intégration des jeunes sur le marché du travail a été publié en juin 2018. Le deuxième sur la santé publique dans l'UE a été publié en décembre 2019. Le troisième a été publié en décembre 2020 sur La cybersécurité dans l'UE et ses États membres.

Le comité de contact est une assemblée autonome, indépendante et apolitique des chefs des ISC de l'UE et de ses États membres. Il fournit un forum pour discuter et traiter des questions d'intérêt commun relatives à l'UE. En renforçant le dialogue et la coopération entre ses membres, le comité de contact contribue à un audit externe efficace et indépendant des politiques et programmes de l'UE.

Continuer la lecture
Publicité

Commission européenne

L'UE à l'AGNU76 : Conclusion

En cliquant sur ce bouton,

on

L'UE a conclu une semaine de discussions intenses avec des dirigeants du monde entier sur la manière de relever ensemble les défis les plus urgents de notre époque : lutter contre la pandémie de coronavirus et s'en remettre, lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité, le développement durable et l'érosion des droits de l'homme. Le 23 septembre, le haut représentant/vice-président Josep Borrell (photo) a prononcé une déclaration au nom de l'UE lors de la conférence ministérielle sur l'article XIV du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE). Regardez la déclaration ici.

Il a également livré un message vidéo lors de la réunion de l'Alliance pour le multilatéralisme. Le commissaire à la gestion des crises, Janez Lenarčič, a prononcé un discours d'ouverture lors de l'événement de haut niveau sur « La protection des enfants, victimes invisibles des conflits armés et du COVID-19 », organisé par l'UE et la Belgique. Le commissaire à l'environnement, aux océans et à la pêche, Virginijus Sinkevičius, a participé à un événement de haut niveau sur les perspectives régionales de l'économie circulaire. Le 23 septembre également, le vice-président exécutif de l'European Green Deal Frans Timmermans et le commissaire à l'énergie Kadri Simson ont présenté trois pactes énergétiques lors du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l'énergie à New York, en partenariat avec l'Agence internationale de l'énergie et l'Agence internationale des énergies renouvelables. Vous pouvez en savoir plus ici. Le vice-président exécutif Frans Timmermans représentera l'UE au Sommet virtuel des Nations Unies sur les systèmes alimentaires. Son discours sera disponible ici.

Il a également participé au dialogue de leadership « Accélérer l'action pour parvenir à un accès universel à l'énergie et à zéro émission nette » dans le cadre du Dialogue de haut niveau des Nations Unies sur l'énergie. Enfin, mardi 28 septembre, la commissaire aux partenariats internationaux, Jutta Urpilainen, participera à la réunion des chefs d'État et de gouvernement sur l'emploi et la protection sociale pour l'éradication de la pauvreté, organisée par le secrétaire général de l'ONU et l'Organisation internationale du travail (OIT). Toute la couverture médiatique et audiovisuelle de la semaine dernière sera disponible sur SEAEEurope et Consilium.

Publicité

Continuer la lecture

Commission européenne

La Commission et Europa Nostra annoncent les meilleurs lauréats européens du prix du patrimoine 2021

En cliquant sur ce bouton,

on

Les gagnants de la Prix ​​du patrimoine européen / Prix Europa Nostra, la plus haute distinction européenne dans le domaine, ont été honorés au siège de la Fondation Giorgio Cini à Venise. La cérémonie fait partie des moments forts de la Sommet européen du patrimoine culturel 2021 qui se déroule du 21 au 24 septembre dans la ville du patrimoine mondial de Venise. La remarquable réhabilitation du Église en bois du village d'Urși (Roumanie) est le grand gagnant de 2021 : le jury lui a décerné un Grand Prix tandis que le grand public l'a sélectionné comme son projet patrimonial préféré en Europe et fier lauréat du Public Choice Award de cette année. Quelque 7,000 XNUMX citoyens de toute l'Europe ont voté en ligne via le site Europa Nostra. Les lauréats du Grand Prix, choisis par le Conseil d'administration d'Europa Nostra sur recommandation d'un organisme indépendant jury d'experts, recevront 10,000 XNUMX € chacun.

La commissaire à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse, Mariya Gabriel, a déclaré : « Je félicite chaleureusement les impressionnants lauréats des Prix européens du patrimoine / Prix Europa Nostra 2021 pour leur succès et leurs contributions remarquables à notre Europe de la culture. L'impact considérable des lauréats illustre la contribution inestimable du patrimoine culturel européen à notre société, notre économie et notre environnement. À un moment où l'Europe est déterminée à reconstruire mieux, ces réussites sont une véritable inspiration et un exemple puissant de ce que nous, Européens, pouvons réaliser ensemble malgré les défis auxquels nous sommes confrontés. J'espère que ces prix aideront vos excellents projets à prospérer et joueront un rôle encore plus important dans le redressement de notre Europe. 

Le Prix ​​du patrimoine européen / Prix Europa Nostra ont été lancés par la Commission en 2002 et sont gérés depuis par Europa Nostra. Les prix ont le soutien du Europe créative programme de l'Union européenne. Le sommet contribue à deux initiatives citoyennes clés lancées par les institutions de l'UE, à savoir la Nouveau Bauhaus européen et l’équipe de Conférence sur l'avenir de l'Europe. Veuillez trouver plus d'informations sur les lauréats et sur l'initiative ici.

Publicité

Continuer la lecture

Horizon Europe

L'Islande et la Norvège sont les premiers pays associés à Horizon Europe

En cliquant sur ce bouton,

on

L'Islande et la Norvège se sont formellement associées à Horizon Europe, permettant aux entités de ces deux pays de participer au programme européen de recherche et d'innovation de 95.5 milliards d'euros, dans les mêmes conditions que les entités des États membres de l'UE. Le comité mixte de l'Espace économique européen, composé de représentants de l'Islande, du Liechtenstein, de la Norvège et de l'UE, a adopté aujourd'hui la décision pertinente pour l'Islande et la Norvège, ce qui en fait les premiers à être associés à Horizon Europe. C'est l'occasion de poursuivre et d'approfondir la coopération dans les domaines de la science, de la recherche et de l'innovation, en se concentrant sur des priorités communes : la double transition verte et numérique, la santé publique et la compétitivité de l'Europe dans le paysage mondial. Des efforts conjoints viseront à résoudre les problèmes environnementaux dans l'Arctique, à développer des technologies de capture de l'hydrogène et du carbone, à stimuler l'innovation basée sur les données, etc.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré : « L'ouverture et la coopération avec le reste du monde sont essentielles dans notre stratégie visant à créer une masse critique pour la recherche et l'innovation et pour accélérer et trouver des solutions aux défis mondiaux urgents. En unissant nos forces à celles de l'Islande et de la Norvège, nous poursuivrons une série d'actions à l'appui des programmes verts, numériques et de santé publique. » Mariya Gabriel, commissaire chargée de l'innovation, de la recherche, de la culture, de l'éducation et de la jeunesse, a déclaré : « Je souhaite chaleureusement la bienvenue à l'Islande et à la Norvège à bord d'Horizon Europe. Ils figuraient parmi les plus performants d'Horizon 2020, faisant preuve de leadership en matière d'innovation et d'excellence dans des domaines tels que l'énergie, l'environnement, la sécurité alimentaire, la santé et les technologies numériques. J'attends avec impatience de nouvelles avancées et réussites dans les années à venir ! »

Cette coopération souligne l'importance de l'accord EEE, qui permet la pleine participation des États de l'EEE au marché intérieur de l'UE et fournit une base pour la coopération dans d'autres domaines, notamment la recherche, le développement technologique, l'environnement et la culture. Horizon Europe, le programme de recherche et d'innovation de l'UE 2021-2027, est l'un des principaux outils de mise en œuvre de la stratégie européenne de coopération internationale : L'approche globale de l'Europe en matière de coopération en matière de recherche et d'innovation. Le programme est ouvert aux chercheurs et aux innovateurs du monde entier qui sont encouragés à faire équipe avec des partenaires de l'UE pour préparer des propositions. Des négociations sont en cours avec de nombreux autres pays non membres de l'UE qui ont exprimé leur intérêt à s'associer à Horizon Europe et d'autres annonces seront faites dans les semaines à venir. Plus d'informations sont disponibles ici.

Publicité

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance