Suivez nous sur

EU

La Commission et l'industrie investissent 22 milliards d'euros dans de nouveaux partenariats européens pour apporter des solutions aux grands défis sociétaux

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La Commission a lancé 11 nouveaux partenariats européens avec l'industrie, afin de stimuler les investissements dans la recherche et l'innovation et de surmonter les principaux défis climatiques et de durabilité, afin de faire de l'Europe la première économie climatiquement neutre et de réaliser les objectifs Green Deal européen. Conformément aux objectifs de la transition verte et numérique «jumelle», les partenariats permettront également de concrétiser les ambitions numériques de l'UE pour la prochaine décennie, Décennie numérique de l'Europe. Ils recevront plus de 8 milliards d'euros de Horizon Europe, le nouveau programme de recherche et d'innovation de l'UE pour 2021-2027. Les engagements totaux, y compris ceux des partenaires privés et des États membres, s'élèvent à environ 22 milliards d'euros.

La commissaire à l'innovation, à la recherche, à la culture, à l'éducation et à la jeunesse, Mariya Gabriel, a déclaré : « Ces partenariats visent tous à mettre en commun les ressources de recherche et d'innovation et à garantir que les résultats de la recherche soient transformés en innovations utiles pour les citoyens. Avec Horizon Europe, nous nous engageons à sortir de la crise climatique, à apporter des solutions durables aux grands défis environnementaux et à accélérer une reprise durable. Cela profitera à tous les Européens.

Cette masse critique de financement permet aux partenariats de rechercher des solutions innovantes à grande échelle, par exemple pour lutter contre les émissions des industries à forte intensité énergétique et des secteurs difficiles à décarboniser, tels que le transport maritime et la sidérurgie, ainsi que de développer et de déployer batteries hautes performances, carburants durables, outils d'intelligence artificielle, technologies de données, robotique, etc. La mise en commun des efforts, des ressources et des investissements conjointement et à grande échelle dans le cadre des partenariats générera également des impacts positifs à long terme, renforcera la compétitivité européenne et la souveraineté technologique et créera des emplois et de la croissance.

Publicité

Les onze partenariats européens sont :

  1. Partenariat européen pour l'Open Science Cloud européen. Il vise à déployer et à consolider d'ici 2030 un environnement virtuel ouvert et fiable pour permettre aux quelque 2 millions de chercheurs européens de stocker, partager et réutiliser les données de recherche au-delà des frontières et des disciplines.
  2. Partenariat européen pour l'intelligence artificielle, les données et la robotique. Afin de tirer le meilleur parti de l'intelligence artificielle (IA), des données et de la robotique pour l'Europe, ce partenariat favorisera l'innovation, l'acceptation et l'adoption de ces technologies, au profit des citoyens et des entreprises.
  3. Partenariat européen pour la photonique (technologies basées sur la lumière). Il vise à accélérer les innovations photoniques, à garantir la souveraineté technologique de l'Europe, à accroître la compétitivité de l'économie européenne et à promouvoir la création d'emplois et la prospérité à long terme.
  4. Partenariat européen pour un acier propre – Aciérie à faible teneur en carbone. Il soutient le leadership de l'UE dans la transformation de l'industrie sidérurgique en une industrie neutre en carbone, servant de catalyseur pour d'autres secteurs stratégiques.
  5. Partenariat européen Made in Europe. Il sera le moteur du leadership européen de la fabrication durable en Europe, en appliquant les principes de l'économie circulaire (zéro déchet et autres), de la transformation numérique et de la fabrication climatiquement neutre.
  6. Partenariat européen Processes4Planet. Sa vision est que les industries de transformation européennes sont à l'avant-garde mondiale de l'objectif de neutralité climatique 2050 en mettant fortement l'accent sur les technologies à faible émission de carbone, les circularités, telles que les hubs de circularité et la compétitivité.
  7. Partenariat européen pour un environnement bâti durable centré sur les personnes (Built4People). Sa vision est des environnements bâtis de haute qualité, à faible émission de carbone, économes en énergie et en ressources, comme les bâtiments, les infrastructures, etc., qui favorisent la transition vers la durabilité.
  8. Partenariat européen pour un transport routier à zéro émission (2Zero). Il vise à accélérer le développement du transport à zéro émission avec une approche systémique, soutenant un système de transport routier neutre pour le climat et propre.
  9. Partenariat européen pour la mobilité connectée, coopérative et automatisée. Son objectif est d'accélérer la mise en œuvre de technologies et de services de mobilité innovants, connectés, coopératifs et automatisés.
  10. Partenariat européen pour les batteries : Vers une chaîne de valeur européenne compétitive des batteries industrielles. Il vise à soutenir le développement d'un écosystème européen de recherche et d'innovation de classe mondiale sur les batteries et à favoriser le leadership industriel européen dans la conception et la production de batteries pour la prochaine génération d'applications fixes et mobiles.
  11. Partenariat européen pour le transport par voie d'eau à zéro émission. Il vise à ce que l'UE dirige et accélère la transformation du transport maritime et fluvial afin d'éliminer toutes les émissions nocives pour l'environnement, y compris les gaz à effet de serre, les polluants atmosphériques et aquatiques, grâce à des technologies et des opérations innovantes.

La Commission a adopté aujourd'hui des protocoles d'accord pour lancer les partenariats, qui commenceront immédiatement leurs opérations. Une cérémonie de signature des protocoles d'accord aura lieu au Journées européennes de la recherche et de l'innovation le 23 juin.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré : « La coopération est essentielle pour relever les défis de la transition verte et numérique en Europe. Et les technologies numériques conduisent cette transition vers une économie climatiquement neutre, circulaire et plus résiliente. Les onze partenariats, que la Commission et l'industrie ont proposés ensemble aujourd'hui, mobiliseront des ressources importantes, environ 22 milliards d'euros, afin que nous puissions identifier conjointement une intelligence artificielle, des données, une robotique et bien d'autres outils technologiques dignes de confiance pour atteindre nos objectifs environnementaux et climatiques, pour un avenir plus propre et plus sain."

Publicité

Contexte

Les onze partenariats pour lesquels des protocoles d'accord ont été adoptés aujourd'hui sont des partenariats européens dits «coprogrammés», des partenariats entre la Commission et des partenaires pour la plupart privés, mais parfois aussi publics. Ils se dérouleront de 2021 à 2030, leur permettant de contribuer aux derniers appels d'Horizon Europe et de conclure leurs activités finales par la suite.

Le protocole d'accord est la base de la coopération dans un partenariat, car il précise ses objectifs, les engagements des deux parties et la structure de gouvernance. Les partenariats fournissent également à la Commission des informations sur des sujets pertinents à inclure dans les programmes de travail d'Horizon Europe. La mise en œuvre passe avant tout par les programmes de travail Horizon Europe et leurs appels à propositions. Les partenaires privés développent des activités supplémentaires, qui ne sont pas financées par Horizon Europe, mais qui sont incluses dans les agendas stratégiques de recherche et d'innovation du partenariat et se concentrent sur des questions telles que le déploiement sur le marché, le développement des compétences ou les aspects réglementaires.

Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «Avec les nouveaux partenariats, l'Europe se place à l'avant-garde des développements technologiques mondiaux, renforçant des capacités industrielles clés et accélérant sa double transition verte et numérique. Cela contribuera à mettre l'Europe sur la voie de la neutralité climatique d'ici 2050 et d'une économie circulaire. Grâce à leur travail, les partenariats mettront également l'accent sur le développement des technologies numériques nécessaires pour soutenir le leadership industriel de l'Europe.

Ces partenariats européens « coprogrammés » sont différents, mais également complémentaires des partenariats européens plus complexes, dits « institutionnalisés », qui reposent sur une proposition législative de la Commission et disposent d'une « structure de mise en œuvre dédiée ». Plus tôt cette année, en février, la Commission proposé mettre en place 10 nouveaux partenariats européens « institutionnalisés » entre l'Union européenne, les États membres et/ou l'industrie. Avec un investissement de près de 10 milliards d'euros, que les partenaires abonderont d'un montant au moins équivalent, ils visent à accélérer la transition vers une Europe verte, climatiquement neutre et numérique, et à rendre l'industrie européenne plus résiliente et compétitive.

Plus d'information

Partenariats européens

Foire aux questions - Partenariats européens

Fiche technique

Infographie

Commission européenne

NextGenerationUE : la Commission européenne verse 231 millions d'euros de préfinancement à la Slovénie

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a versé 231 millions d'euros à la Slovénie en préfinancement, soit l'équivalent de 13 % de l'allocation de subventions du pays au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Le préfinancement contribuera à lancer la mise en œuvre des mesures cruciales d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de la Slovénie. La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la mise en œuvre des investissements et des réformes décrites dans le plan de relance et de résilience de la Slovénie.

Le pays devrait recevoir 2.5 milliards d'euros au total, dont 1.8 milliard d'euros de subventions et 705 millions d'euros de prêts, sur la durée de son plan. Le décaissement d'aujourd'hui fait suite à la récente mise en œuvre réussie des premières opérations d'emprunt dans le cadre de NextGenerationEU. D'ici la fin de l'année, la Commission a l'intention de lever jusqu'à 80 milliards d'euros de financement à long terme, à compléter par des EU-Bills à court terme, pour financer les premiers versements prévus en faveur des États membres dans le cadre de NextGenerationEU.

Le RRF est au cœur de NextGenerationEU qui fournira 800 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans les États membres. Le plan slovène fait partie de la réponse sans précédent de l'UE pour sortir plus forte de la crise du COVID-19, en favorisant les transitions verte et numérique et en renforçant la résilience et la cohésion de nos sociétés. UNE communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité

Continuer la lecture

Chypre

NextGenerationUE : la Commission européenne verse 157 millions d'euros de préfinancement à Chypre

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a déboursé 157 millions d'euros à Chypre en préfinancement, soit l'équivalent de 13 % de l'allocation financière du pays au titre du mécanisme de relance et de résilience (FRR). Le paiement de préfinancement contribuera à lancer la mise en œuvre des mesures cruciales d'investissement et de réforme décrites dans le plan de relance et de résilience de Chypre. La Commission autorisera d'autres décaissements sur la base de la mise en œuvre des investissements et des réformes décrits dans le plan de relance et de résilience de Chypre.

Le pays devrait recevoir 1.2 milliard d'euros au total sur la durée de vie de son plan, dont 1 milliard d'euros de subventions et 200 millions d'euros de prêts. Le décaissement d'aujourd'hui fait suite à la récente mise en œuvre réussie des premières opérations d'emprunt dans le cadre de NextGenerationEU. D'ici la fin de l'année, la Commission a l'intention de lever jusqu'à 80 milliards d'euros de financement à long terme, à compléter par des EU-Bills à court terme, pour financer les premiers versements prévus en faveur des États membres dans le cadre de NextGenerationEU. Faisant partie de NextGenerationEU, le RRF fournira 723.8 milliards d'euros (en prix courants) pour soutenir les investissements et les réformes dans les États membres.

Le plan chypriote fait partie de la réponse sans précédent de l'UE pour sortir plus forte de la crise du COVID-19, en favorisant les transitions verte et numérique et en renforçant la résilience et la cohésion de nos sociétés. UNE communiqué de presse est disponible en ligne.

Publicité

Continuer la lecture

Belgique

Politique de cohésion de l'UE : la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie reçoivent 373 millions d'euros pour soutenir les services sociaux et de santé, les PME et l'inclusion sociale

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a octroyé 373 millions d'euros à cinq Fonds social européen (FSE) et Fonds européen de développement régional (FEDER) des programmes opérationnels (PO) en Belgique, en Allemagne, en Espagne et en Italie pour aider les pays avec la réponse et la réparation d'urgence du coronavirus dans le cadre de REACT-UE. En Belgique, la modification du PO Wallonie mettra à disposition 64.8 M€ supplémentaires pour l'acquisition d'équipements médicaux pour les services de santé et l'innovation.

Les fonds soutiendront les petites et moyennes entreprises (PME) dans le développement du commerce électronique, de la cybersécurité, des sites Web et des boutiques en ligne, ainsi que de l'économie verte régionale à travers l'efficacité énergétique, la protection de l'environnement, le développement de villes intelligentes et bas carbone. infrastructures publiques. En Allemagne, dans l'État fédéral de Hesse, 55.4 millions d'euros soutiendront les infrastructures de recherche liées à la santé, les capacités de diagnostic et l'innovation dans les universités et autres instituts de recherche, ainsi que les investissements dans la recherche, le développement et l'innovation dans les domaines du climat et du développement durable. Cet amendement apportera également un soutien aux PME et des fonds pour les start-up par le biais d'un fonds d'investissement.

En Saxe-Anhalt, 75.7 millions d'euros faciliteront la coopération des PME et des institutions dans la recherche, le développement et l'innovation, et fournir des investissements et des fonds de roulement aux micro-entreprises touchées par la crise du coronavirus. De plus, les fonds permettront d'investir dans l'efficacité énergétique des entreprises, de soutenir l'innovation numérique dans les PME et d'acquérir des équipements numériques pour les écoles et les institutions culturelles. En Italie, le PO national « Inclusion sociale » recevra 90 millions d'euros pour promouvoir l'intégration sociale des personnes en situation de privation matérielle grave, de sans-abrisme ou d'extrême marginalisation, grâce à des services « Housing First » qui combinent la fourniture d'un logement immédiat avec des services sociaux et d'emploi permettant .

Publicité

En Espagne, 87 millions d'euros seront ajoutés au PO du FSE pour Castilla y León pour soutenir les indépendants et les travailleurs dont les contrats ont été suspendus ou réduits en raison de la crise. L'argent aidera également les entreprises durement touchées à éviter les licenciements, en particulier dans le secteur du tourisme. Enfin, les fonds sont nécessaires pour permettre aux services sociaux essentiels de se poursuivre en toute sécurité et pour assurer la continuité pédagogique tout au long de la pandémie en embauchant du personnel supplémentaire.

REACT-EU fait partie de NextGenerationEU et fournit 50.6 milliards d'euros de financement supplémentaire (en prix courants) aux programmes de la politique de cohésion au cours de 2021 et 2022. Les mesures se concentrent sur le soutien de la résilience du marché du travail, de l'emploi, des PME et des familles à faible revenu, ainsi que sur la mise en place de fondations pérennes pour les transitions verte et numérique et une relance socio-économique durable.

Publicité

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance