Suivez nous sur

Commission européenne

Von der Leyen discute d'un nouvel agenda transatlantique lors de la conférence de Munich sur la sécurité 2021

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

S'exprimant lors de l'édition spéciale 2021 de la Conférence de Munich sur la sécurité le 19 février, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen concentré sur le changement climatique et la transformation numérique en tant que deux thèmes majeurs susceptibles de guider le nouvel agenda mondial UE-États-Unis.

Elle a abordé le Actions de l'UE pour lutter contre le changement climatique, y compris l'objectif de faire de l'Europe le premier continent neutre pour le climat d'ici 2050, et a invité d'autres à «correspondre à notre ambition». «Un engagement transatlantique partagé en faveur d'une trajectoire d'émissions nettes nulles d'ici 2050 ferait de la neutralité climatique une nouvelle référence mondiale. Et ce serait un message opportun dans la perspective de la COP26 », a déclaré von der Leyen. Elle a salué le retour des États-Unis à l'Accord de Paris et l'initiative d'accueillir un Sommet des leaders climatiques le jour de la Terre.

Elle a également invité les États-Unis à rejoindre Initiatives de l'UE sur la régulation du marché numérique et de «créer ensemble un livre de règles de l'économie numérique valable dans le monde entier». «Nous voulons nous assurer que ce qui est illégal hors ligne l'est également en ligne. Et nous voulons des exigences claires pour que les entreprises Internet assument la responsabilité du contenu qu'elles distribuent, promeuvent et suppriment », a expliqué von der Leyen.

Von der Leyen a souligné qu'il appartenait aux États-Unis et à l'UE de renforcer à nouveau leur coopération, en tant que partenaires et alliés indispensables. «Si nous ouvrons la voie, il ne s’agit pas seulement d’unir nos forces. C'est un signal pour le monde », a-t-elle conclu.

EU

Renew Europe exige `` tout ce qu'il faut '' pour garantir l'application rapide du règlement sur l'état de droit

James Drew

En cliquant sur ce bouton,

on

Face à l'intensification du recul de l'état de droit et de la corruption liée au financement de l'UE dans certains États membres, Renew Europe a mené une campagne déterminée et fructueuse en faveur d'un mécanisme de conditionnalité efficace et complet pour l'état de droit, désormais un élément révolutionnaire et indispensable de l'UE. budget 2021-2027 et l'instrument de relance de l'UE de nouvelle génération.

Ce mécanisme doit être pleinement appliqué depuis le 1er janvier 2021 par la Commission européenne. Renew Europe s'engage à utiliser tous les leviers juridiques et politiques pour assurer son application rapide et demande donc un débat avec résolution sur cette question lors de la session plénière du Parlement du 1er mars, avec la participation de la Commission. En réponse aux rapports faisant état de contestations juridiques imminentes de ce règlement par certains États membres de l'UE, nous nous engageons à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir que le Parlement européen défendra le règlement. Et nous attendons de la Commission qu'elle fasse de même.

Dacian Cioloş, président de Renew Europe, a déclaré: "Renew Europe est et continuera d'être à l'avant-garde de la défense du mécanisme de l'état de droit contre toute tentative de le contrecarrer par les opposants à la démocratie libérale. L'application du règlement sur l'état de droit doit être garantie à compter de la date convenue par les colégislateurs; nous sommes déterminés à ce que toutes les mesures politiques et juridiques nécessaires soient prises par le Parlement pour garantir cela.

"Nous demanderons un débat avec résolution du Parlement européen. La Commission européenne doit venir expliquer ses actions. En tant que gardienne des traités, nous attendons de la Commission qu'elle prenne toutes les mesures nécessaires pour que le règlement soit pleinement applicable."

Commentant les informations selon lesquelles le règlement pourrait être contesté à la CJUE, le président Cioloş a déclaré: "Si, comme indiqué, le règlement est contesté dans les prochains jours, Renew Europe appellera à une procédure accélérée et veillera à ce que le Parlement utilise tous les outils disponibles et met tout en œuvre pour défendre l’État de droit en Europe et nous attendons de la Commission européenne qu’elle fasse de même ».

Continuer la lecture

Commission européenne

Le président von der Leyen prend la parole en faveur de la campagne Global Citizen `` Un plan de relance pour le monde ''

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Le 23 février, la présidente Ursula von der Leyen a participé à l'événement de lancement de la campagne Global Citizen «Un plan de relance pour le monde». Lors de son discours, la Présidente a souligné le travail qui a été accompli au cours de l’année dernière avec des partenaires internationaux, tout en soulignant qu’il reste un long chemin à parcourir: «Ensemble, nous avons accompli beaucoup de choses. Nous avons créé ACT-Accelerator et COVAX - l'installation mondiale pour fournir des vaccins abordables et équitables dans le monde. Mais soyons francs, il faut beaucoup plus. Il faut plus de financement. C'est pourquoi, en tant que Team Europe, nous avons augmenté notre contribution à COVAX la semaine dernière, la portant à environ 2.2 milliards d'euros. Et des doses de vaccin sont nécessaires maintenant.

Le président a également exprimé son soutien à la proposition du président Macron «de donner les doses de vaccin nécessaires pour vacciner les travailleurs de la santé en Afrique. Les vaccins doivent atteindre tous les coins de la planète, dès que possible. » Enfin, la Présidente von der Leyen a souligné l’importance du Sommet mondial sur la santé qu’elle co-organisera en mai avec le Premier ministre italien Mario Draghi: «Ce sera un moment pour réfléchir aux leçons apprises, mais aussi pour convenir d’une plan de préparation, afin que le monde ne soit plus jamais pris au dépourvu. Tous doivent peser: les gouvernements et les organisations internationales, les scientifiques, les entreprises et la société civile, les fondations philanthropiques et les particuliers. Tout le monde doit contribuer. »

Le discours complet du président von der Leyen est disponible ici et la vidéo peut être à nouveau visionnée ici.

Continuer la lecture

Stratégie de l'aviation pour l'Europe

La Commission approuve un régime d'aide irlandais de 26 millions d'euros pour indemniser les exploitants d'aéroports dans le contexte d'une épidémie de coronavirus

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, un régime d'aide irlandais de 26 millions d'euros pour indemniser les exploitants d'aéroports pour les pertes causées par l'épidémie de coronavirus et les restrictions de voyage imposées par l'Irlande pour limiter la propagation du coronavirus. L'aide se compose de trois mesures: i) une mesure de réparation des dommages; (ii) une mesure d'aide en faveur des exploitants d'aéroports jusqu'à concurrence de 1.8 million d'euros par bénéficiaire; et (iii) une mesure d'aide pour soutenir les coûts fixes non couverts de ces entreprises.

L'aide prendra la forme de subventions directes. En cas de prise en charge des coûts fixes non couverts, des aides peuvent également être accordées sous forme de garanties et de prêts. La mesure de réparation des dommages sera ouverte aux exploitants d'aéroports irlandais ayant accueilli plus d'un million de passagers en 1. En vertu de cette mesure, ces opérateurs peuvent être indemnisés des pertes nettes subies au cours de la période comprise entre le 2019er avril et le 1 juin 30 en raison de les mesures restrictives mises en œuvre par les autorités irlandaises afin de contenir la propagation du coronavirus.

La Commission a évalué la première mesure au regard de l'article 107 (2) b) du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne et a conclu qu'il prévoyait une indemnisation pour les dommages directement liés à l'épidémie de coronavirus. Elle a également estimé que la mesure était proportionnée, car l'indemnisation n'excédait pas ce qui était nécessaire pour réparer le dommage. En ce qui concerne les deux autres mesures, la Commission a estimé qu’elles étaient conformes aux conditions énoncées dans l’aide d’État Cadre temporaire. En particulier, l'aide (i) sera accordée au plus tard le 31 décembre 2021 et (ii) ne dépassera pas 1.8 million d'euros par bénéficiaire au titre de la deuxième mesure et ne dépassera pas 10 millions d'euros par bénéficiaire au titre de la troisième mesure.

La Commission a conclu que les deux mesures étaient nécessaires, appropriées et proportionnées pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans le cadre temporaire. Sur cette base, la Commission a approuvé les trois mesures au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État. Vous trouverez plus d'informations sur le cadre temporaire et d'autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus sone. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.59709 dans le registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Continuer la lecture

Twitter

Facebook

Tendance