Suivez nous sur

Politique

Semaine à venir : « La démocratie est trop précieuse pour une attitude rapide et cassante » Jourová

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Cette semaine, la vice-présidente de la Commission européenne, Věra Jourová, présentera de nouvelles règles sur la publicité politique en ligne. La nouvelle proposition sera présentée jeudi (25 novembre). 

S'exprimant lors du Sommet Web de Lisbonne (2 novembre), Jourová a déclaré que la publicité numérique politique actuelle était une course incontrôlée de méthodes sales et opaques : « Nous devons appuyer sur le bouton de ralentissement, car notre démocratie est trop précieuse pour ce mouvement rapide et casser les choses. attitude."

Jourova a déclaré qu'en ce qui concerne les méthodes de ciblage, nous devons appuyer sur le bouton de ralentissement : « En ce qui concerne les techniques de micro-ciblage, il est clair que c'est une boîte noire, nous n'en savons tout simplement pas assez, sauf lorsque nous obtenons l'aperçu de la salle des machines à travers un autre scandale ou via un dénonciateur.

Le vice-président a déclaré que les informations sensibles sur l'orientation sexuelle, la race, la religion ou les opinions politiques ne devraient pas être utilisées à des fins de ciblage. Il devrait également y avoir une transparence sur les techniques de ciblage et d'amplification. La proposition de la Commission couvrira l'ensemble de la chaîne de production pour inclure des sociétés comme Cambridge Analytica, l'industrie de la technologie publicitaire et d'autres.

Publicité

Interrogée sur ce dont elle a discuté avec Frances Haugen lors de leur rencontre au sommet, Jourova a déclaré que Haugen pensait que les propositions de la Commission allaient dans la bonne direction, elle a également exhorté l'UE à être dure avec les grandes plates-formes. 

La proposition sur la publicité politique fera partie d'un paquet plus large sur le renforcement de la démocratie et de l'intégrité dans les élections : protéger l'intégrité des élections et promouvoir la participation démocratique ; révision du statut sur le financement des partis politiques européens et des fondations politiques européennes ; et des amendements aux directives sur le droit de vote des citoyens de l'UE aux élections européennes et locales. 

Capital Markets Union 

Publicité

D'autres questions de la Commission présentées pour la réunion hebdomadaire du collège comprennent une discussion sur les progrès de l'union des marchés des capitaux, une mise à jour sur les progrès réalisés un an après la présentation du plan d'action de l'UMC. Il y aura également une proposition de point d'accès unique européen (ESAP) permettant aux entreprises de divulguer des informations financières et non financières. Celui-ci sera présenté jeudi.

La Biélorussie

L'autre point sera une mise à jour conjointe du haut représentant de l'UE, Josep Borrell et du vice-président exécutif Margaritas Schinas sur la situation à la frontière extérieure de l'UE avec la Biélorussie et la possibilité de sanctions contre les opérateurs de transport.

Conseil

Le Conseil des affaires générales (les ministres chargés de l'Europe) se réunira aujourd'hui pour commencer la préparation du Conseil européen qui se tiendra les 16 et 17 décembre 2021. Les points à l'ordre du jour comprennent la préparation aux crises, une mise à jour sur l'élargissement de l'UE et les processus d'association, examen de l'état d'avancement des relations entre l'UE et le Royaume-Uni et une discussion «par pays» dans le cadre du dialogue annuel sur l'état de droit, ainsi qu'une discussion sur le programme de travail de la Commission pour 2022.

Mardi (24 novembre), le Conseil de l'EEE (Islande, Liechtenstein, Norvège) se réunira pour évaluer l'adoption du droit de l'UE et le mécanisme financier qu'ils versent comme contribution à la cohésion économique et sociale de l'UE. Ils tiendront également un débat d'orientation sur la nouvelle politique industrielle et tiendront un échange de vues informel sur la Chine, la Biélorussie et la boussole stratégique en marge. 

Le sommet ASEM (Asie-Europe) aura lieu jeudi et vendredi (26 novembre) de cette semaine.

Jeudi, le Conseil Compétitivité des ministres chargés du marché intérieur et de l'industrie sera invité à adopter une orientation générale à la fois sur la loi sur les services numériques et sur la loi sur les marchés numériques. Les ministres tiendront également un débat d'orientation sur la mise en œuvre du plan de relance pour l'Europe. 

Vendredi, le Conseil Compétitivité se poursuivra avec un focus sur la recherche, principalement la future gouvernance de l'Espace européen de la recherche ; et, l'espace, en particulier la gestion du trafic spatial, la discussion considérera aussi sans doute l'attaque de missile anti-satellite de la Russie sur l'un de ses propres satellites, mais vue comme une démonstration de son potentiel à menacer les satellites européens. 

Semaine plénière et commission du Parlement européen à venir (merci, Parlement européen)

En raison de l'augmentation des cas de COVID-19, la Conférence des présidents a décidé d'approuver la proposition du président de réintroduire la participation et le vote à distance pour les députés européens à compter du 22 novembre.

Plénière

Réforme de la politique agricole de l'UE. Mardi, les députés devraient donner leur feu vert à la nouvelle politique agricole commune (PAC). Cette PAC réformée se veut plus verte, plus juste, plus flexible et transparente. Le président de la commission de l'agriculture et les rapporteurs du Parlement tiendront une conférence de presse à 13h. (débat et vote mardi)

Pacte Climat COP26. Suite à l'accord conclu samedi 13 novembre à Glasgow après deux semaines de négociations, les députés débattront mercredi matin du résultat des négociations de la COP26.

COVID-19 [FEMININE. Le Parlement discutera avec la Commission de la situation actuelle, de l'action future de l'UE et de la coordination plus efficace des mesures des États membres, à la lumière de l'augmentation des cas de COVID-19 dans l'UE. (lundi (22 novembre))

Situation en Biélorussie/Chef de l'opposition Sviatlana Tsikhanoskaya. Mercredi à 12.00hXNUMX, la chef de l'opposition biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaya s'adressera aux députés européens. Mardi après-midi, les députés tiendront un débat séparé avec le Conseil et la Commission sur les conséquences sécuritaires et humanitaires de la situation au Bélarus et à sa frontière avec l'UE.

État de droit et droits fondamentaux en Slovénie. Mercredi 24 novembre, les députés évalueront la liberté des médias et l'état de la démocratie en Slovénie, ainsi que le retard pris par le pays dans la nomination d'un représentant au bureau du procureur de l'UE.

Budget de l'UE 2022. Les députés devraient approuver l'accord entre le Parlement et les négociateurs du Conseil sur le budget de l'UE de l'année prochaine, soutenant des priorités telles que la santé, les jeunes et l'action climatique. Les chiffres convenus sont de 169.5 milliards d'euros en crédits d'engagement et 170.6 milliards d'euros en crédits de paiement. (débat mardi, vote mercredi)

Débriefing du sommet de l'UE avec Charles Michel et Ursula von der Leyen. La plénière examinera le Conseil européen des 21-22 octobre avec les présidents Michel et von der Leyen. Les sujets susceptibles d'être soulevés par les députés européens incluent la réponse de l'UE au COVID-19, la flambée des prix de l'énergie et la situation de l'État de droit dans l'UE (mardi).

comités

Marchés numériques. Un projet de loi visant à mettre fin aux pratiques déloyales des grandes plateformes en ligne (appelées "gatekeepers") et permettant à la Commission d'infliger des amendes pour sanctionner de tels comportements sera soumis au vote en commission du marché intérieur et de la protection des consommateurs (lundi soirée).

Partagez cet article:

Comité des régions (CdR)

Le Comité européen des régions appelle à un écolabel européen pour les produits aquacoles et à un guichet unique pour les licences

En cliquant sur ce bouton,

on

L'aquaculture durable, la pêche respectueuse de l'environnement, la décarbonisation du transport maritime hautement polluant et la restauration des populations de poissons sont essentiels pour construire une économie bleue climatiquement neutre et contribuant à des systèmes alimentaires durables L'économie bleue emploie près de 4.5 millions de personnes et génère environ 650 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 176 milliards d'euros de valeur ajoutée brute dans l'UE. L'aquaculture - pisciculture - représente 20 % de l'approvisionnement en poissons et crustacés de l'UE. Le secteur est composé de 15,000 70,000 entreprises et emploie 19 XNUMX personnes. Dans le cadre de l'économie bleue, la pêche et l'aquaculture sont essentielles pour stimuler la reprise économique du COVID-XNUMX, créer des emplois et offrir des opportunités de développement durable aux populations côtières et rurales. Pourtant, les lourdeurs administratives et les investissements insuffisants continuent d'entraver le plein développement d'un secteur aquacole européen.

Un écolabel européen pour les produits aquacoles et un guichet unique pour les licences sont des propositions clés avancées par le Comité européen des régions (CdR) dans son avis sur « Économie bleue et aquaculture durables », adopté lors de sa session plénière des 1er et 2 décembre. L'avis contribue à la nouvelle communication sur l'économie bleue durable et orientations stratégiques pour une aquaculture européenne durable et compétitive publié par la Commission européenne (CE) en mai 2021.

Rapporteur Bronius Markauskas (LT/EA), maire de la municipalité du district de Klaipėda, a déclaré : « L'investissement durable est crucial pour le développement réussi de l'économie bleue. Il est nécessaire de financer l'innovation et le développement de nouveaux produits, d'investir dans des solutions intelligentes et de soutenir les nouvelles technologies. L'aquaculture devrait également être reconnue comme un domaine politique spécifique et avoir une définition claire. Les gouvernements régionaux pourraient apporter une contribution significative à la réalisation des objectifs du Green Deal en gérant efficacement les fonds de cohésion et d'innovation environnementale, et les autorités locales et régionales devraient être des partenaires égaux des gouvernements centraux. Par conséquent, il est nécessaire de promouvoir et de soutenir les initiatives participatives locales, qui combinent la régénération des ressources marines avec la préservation des moyens de subsistance locaux, les traditions et le patrimoine culturel.

La croissance du secteur de l'aquaculture en Europe est entravée par des procédures d'autorisation excessivement longues et compliquées et un accès limité aux eaux. Le Comité a donc proposé un guichet unique pour les licences d'aquaculture, ainsi que des modules de formation pour les autorités locales sur l'octroi de permis de l'UE afin d'accélérer le développement des entreprises et le respect des règles de l'UE. Le CdR a réitéré son précédent appel à développer un écolabel européen pour les produits de l'aquaculture.

Publicité

L'assemblée des villes et des régions de l'UE a également demandé que le futur mécanisme d'ajustement aux frontières carbone (CBAM) couvre les produits de la pêche et de l'aquaculture, et que la Commission européenne propose une nouvelle législation pour empêcher les importations de poisson qui ne correspondent pas aux normes sociales et environnementales de l'UE.

Les membres du CdR ont également demandé une définition claire du terme «aquaculture durable», des lignes directrices spécifiques pour le développement durable de l'aquaculture et un plan d'action européen détaillé pour le secteur. Le Comité a également réitéré son appel à la Commission européenne pour qu'elle soumette une proposition aux États membres sur la manière dont les autorités locales et régionales devraient être impliquées dans l'identification, le développement, la planification et la gestion des politiques de l'économie bleue afin de renforcer les écosystèmes dynamiques de l'économie bleue.

Sur le plan financier, les dirigeants locaux de l'UE ont réitéré l'appel à utiliser 10 % du budget de l'actuel programme-cadre pour la recherche et l'innovation sur des objectifs marins et maritimes. Le Comité s'est félicité de la Plateforme BlueInvest mais a souligné que l'aquaculture a des difficultés à bénéficier des fonds de l'UE et a appelé à une révision des procédures actuelles, tout en regrettant que le budget Interreg pour la coopération territoriale ait été réduit.

Publicité

Le Comité a demandé aux États membres d'inclure les investissements dans l'économie bleue dans leurs plans de résilience et de relance qui fixeront les priorités pour les investissements post-pandémiques, mais a regretté que les gouvernements régionaux n'aient pas été suffisamment consultés sur le développement de la pêche des États membres, de l'économie bleue et les stratégies d'aquaculture.  

Le CdR a également souligné l'importance accrue de la protection des ressources maritimes mondiales. Il y a un besoin urgent de changement radical pour réduire l'activité humaine sur les mers et protéger nos océans, qui représentent plus de 90 % de l'espace habitable de la planète et absorbent 26 % des émissions de dioxyde de carbone chaque année.

Les émissions du transport maritime ont augmenté de près de 32 % au cours des 20 dernières années, et le développement d'un transport maritime propre et d'une industrie de la construction navale durable est une condition préalable pour atteindre la neutralité climatique d'ici 2050. Le Comité soutient donc les objectifs de la Commission européenne réduire les émissions de SO2 et de NOx des transports maritimes internationaux jusqu'à 80 % et 20 % respectivement d'ici 10 ans.

Contexte

L'économie bleue fait référence à toutes les activités économiques liées aux océans, aux mers et aux zones côtières et comprend des secteurs tels que la pêche, la construction navale et le tourisme « côtier », ainsi que la biotechnologie bleue et la production d'énergie renouvelable offshore. Le développement d'une économie bleue durable est essentiel pour atteindre le Objectif de développement durable n°14 de l'ONU.

Le secteur employait directement près de 4.5 millions de personnes en 2018 et a généré environ 650 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 176 milliards d'euros de valeur ajoutée brute (Source : CE). Les activités émergentes telles que l'énergie océanique, la biotechnologie marine et la robotique se développent rapidement et joueront un rôle important dans la transition de l'UE vers une économie neutre en carbone, circulaire et biodiversifiée. Pour plus d'informations sur le rapport économique annuel 2021 sur l'économie bleue de l'UE, cliquez ici.

L'aquaculture de l'UE représente environ 20 % de l'approvisionnement en poissons et crustacés de l'UE et emploie directement environ 70,000 15,000 personnes. Le secteur se compose d'environ 2000 5 entreprises, principalement des petites entreprises ou des micro-entreprises dans les zones côtières et rurales. La production globale de l'UE est plus ou moins stable depuis 7, alors que la production mondiale augmente de XNUMX à XNUMX % par an. Les principaux pays de l'UE producteurs d'aquaculture en termes de volume sont l'Espagne, la France, l'Italie et la Grèce.

La production aquacole est très diversifiée en termes d'espèces élevées et de méthodes de production (cages en mer, étangs, raceways, systèmes d'aquaculture en recirculation sur terre). Une centaine d'espèces différentes sont actuellement élevées dans des exploitations aquacoles à travers le monde. Dans l'UE :

  • Plus de 45 % de la production aquacole est constituée de coquillages ;
  • plus de 30 % de la production aquacole est constituée de poissons marins, et ;
  • plus de 20 % de la production aquacole est constituée de poissons d'eau douce.

Malgré la diversité de l'aquaculture, la production aquacole de l'UE est largement concentrée sur quelques espèces, les plus importantes étant les moules, le saumon, la dorade, la truite arc-en-ciel, le bar, les huîtres et la carpe. La production d'algues est encore limitée dans l'UE mais est en augmentation. (Source CE).

Partagez cet article:

Continuer la lecture

Commission européenne

Le Forum industriel fait avancer les travaux sur la mise en œuvre de la stratégie industrielle actualisée de l'UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Le Forum industriel de l'UE a tenu sa troisième réunion virtuelle, en présence du commissaire Thierry Breton. Le forum rassemble des experts de divers domaines pour aider la Commission à mettre en œuvre la nouvelle stratégie industrielle de l'UE et sa mise à jour. La réunion s'est concentrée sur les travaux visant à traiter les dépendances stratégiques de l'Europe et à développer des voies de transition pour faciliter les transitions verte et numérique dans les écosystèmes industriels. Le forum a également formulé des recommandations sur les indicateurs de performance clés dans des domaines clés pour la mise en œuvre et le suivi de la stratégie industrielle de l'UE et préparer sa contribution à la Journées de l'industrie 2022 en février.

Une Europe digne de l'ère numérique Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive (photo) a déclaré : « Nous avons déjà engagé l'Europe sur la voie d'une transformation verte et numérique. Ce forum offre un espace crucial où les principaux acteurs industriels et sociétaux peuvent échanger expertise, expérience et talent pour aider à façonner notre chemin vers cet objectif commun.

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré : « Le Forum industriel peut aider la Commission à mettre en commun les talents des entreprises, grandes et petites, des instituts de recherche, de la société civile. Et tous ces talents doivent être mis au service de l'ambition industrielle : une Europe leader sur les technologies au cœur de la transition verte et numérique de notre économie et de notre société. Une Europe où nous passons de l'excellence de l'innovation à la facilitation du déploiement de masse, créant un potentiel d'exportation et des emplois de qualité.

En XNUMX, le Forum industriel est un mécanisme inclusif et ouvert de co-conception de solutions avec les parties prenantes, annoncé dans le Stratégie industrielle de l'UE. Il rassemble un large éventail de parties prenantes, notamment l'industrie, des ONG, des instituts de recherche et des partenaires sociaux de différents écosystèmes industriels identifiés dans la stratégie industrielle actualisée de l'UE dans le but de faciliter le dialogue et de coordonner les conseils à la Commission.

Publicité

Partagez cet article:

Continuer la lecture

Commission européenne

État de droit : la Commission ouvre une consultation pour le rapport sur l'état de droit 2022

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a lancé une consultation ciblée recueillir des informations sur les développements liés à l'état de droit dans les États membres, en vue du rapport sur l'état de droit 2022. La consultation s'adresse aux parties prenantes telles que les associations de juges, la société civile, les ONG, les organisations internationales et les agences de l'UE, entre autres. Les informations reçues alimenteront l'évaluation par la Commission de la situation dans les États membres. Le rapport sur l'état de droit est au centre du mécanisme pour l'état de droit, un cycle annuel visant à promouvoir l'état de droit et à empêcher que des problèmes n'apparaissent ou ne s'aggravent. Comme annoncé par la présidente von der Leyen dans son 2021 État de l'Union, le rapport 2022 sera accompagné de recommandations spécifiques aux États membres. Pour le éditions précédentes du rapport sur l'état de droit, les consultations ciblées des parties prenantes ont fourni de précieuses informations horizontales et spécifiques à chaque pays. Les la consultation est disponible en ligne jusqu'à 24 Janvier 2022.

Partagez cet article:

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Tendance