Suivez nous sur

Changement climatique

L'Asie centrale et l'Europe doivent travailler ensemble pour faire face aux conséquences du changement climatique

PARTAGEZ:

Publié le

on

L'inaction face au changement climatique et à ses conséquences aura un impact négatif sur les liens économiques, commerciaux et d'investissement étroits entre nos régions, ainsi que sur nos populations, déclare le ministre kazakh de l'écologie et des ressources naturelles Zulfiya Suleimenova.

La crise climatique atteint un point de basculement. Pas plus tard que le mois dernier, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat des Nations Unies a lancé un dernier avertissement à l'humanité, alors que l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre pousse le monde au bord de dommages irrévocables que seule une action rapide et drastique peut éviter.

Comme le reste du monde, l'Europe et la région d'Asie centrale sont confrontées à une vulnérabilité croissante au changement climatique, car des températures plus chaudes et des conditions météorologiques plus volatiles perturbent les écosystèmes et augmentent la fréquence des sécheresses extrêmes, des inondations, des vagues de chaleur et des incendies de forêt.



Selon la Banque mondiale, si aucune mesure n'est prise, les dommages économiques causés par les sécheresses et les inondations en Asie centrale devraient représenter jusqu'à 1.3 % du PIB par an, tandis que les rendements des cultures devraient diminuer de 30 % d'ici 2050, entraînant une à environ 5.1 millions de migrants climatiques internes à cette époque.

Les pays européens ne s'en tireront pas mieux. Sans adaptation, plus de 400,000 2050 emplois devraient disparaître chaque année d'ici 170, le coût global des phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat atteignant XNUMX milliards d'euros d'ici la fin du siècle.

Pour éviter de tels scénarios, l'Asie centrale et l'Europe doivent travailler ensemble pour faire face aux conséquences du changement climatique.

Un chemin différent

Ce n'est un secret pour personne que l'économie du Kazakhstan, le plus grand État d'Asie centrale, dépend fortement de l'industrie extractive et des ressources pétrolières. Sans aucun doute, cela nous a aidés à nous remettre sur pied après notre indépendance en 1991 suite à l'effondrement de l'Union soviétique.

Publicité

L'Europe a également utilisé nos ressources énergétiques traditionnelles. Le Kazakhstan est le troisième fournisseur de pétrole de l'Allemagne après la Norvège et le Royaume-Uni. Avec plus de 70 % de nos exportations de pétrole vers l'UE (XNUMX % de la demande de pétrole de l'UE), le Kazakhstan est déjà le troisième fournisseur de l'UE hors OPEP.         

Cependant, l'impact du changement climatique signifie que nous devons emprunter une autre voie, celle qui mène au développement durable et à une économie verte. Ce processus peut être accéléré si le Kazakhstan et l'Europe mettent leurs ressources en commun.

En tant que tel, une étape importante pour parvenir à un avenir à faible émission de carbone consiste à restructurer le secteur de l'énergie et à introduire des alternatives à faibles émissions. Cela nécessiterait des actions dans deux directions - intégrer les énergies renouvelables dans le bilan énergétique et assurer un approvisionnement durable en matériaux pour une transition énergétique durable.

Plus précisément, en 2021, le Kazakhstan a annoncé son objectif de réduire les émissions de gaz à effet de serre (par rapport au niveau de 1990) de 15 % d'ici 2030 et d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2060.

Ce ne sera pas simple, car notre dépendance à l'égard de l'énergie traditionnelle est importante. Cependant, le Kazakhstan possède également un énorme potentiel d'énergie renouvelable, en particulier l'éolien, qui peut constituer la base d'un avenir à faible émission de carbone.

Le Kazakhstan vise à multiplier par cinq la production d'énergie à partir d'énergies renouvelables (de 15 à 30 %). En outre, un objectif a été fixé pour réduire la part de l'énergie produite à partir du charbon de près de 69 %, passant de 40 à 2025 %. Les mesures de réduction seront combinées avec des efforts visant à augmenter la capacité nationale d'absorption du carbone en plantant deux milliards d'arbres d'ici XNUMX.

Matériaux pour la transition

Une autre direction importante consiste à assurer un approvisionnement durable en matériaux de terres rares qui sont essentiels à la transition verte. Le Kazakhstan possède d'importants gisements d'or, de chrome, de cuivre, de plomb, de lithium et de métaux de terres rares de plus en plus convoités, essentiels à la fabrication de technologies allant des téléphones intelligents et des éoliennes aux batteries rechargeables des véhicules électriques.

L'Europe, quant à elle, prend des mesures pour diversifier ses chaînes d'approvisionnement en terres rares. En novembre dernier, en marge de la COP27 en Égypte, la Commission européenne et le Kazakhstan ont signé un protocole d'accord pour développer les approvisionnements en magnats des terres rares, cobalt, lithium et polysilicium. L'accord contribue à une transformation verte en se concentrant sur le développement d'un approvisionnement sûr et durable en matières premières et raffinées, en hydrogène renouvelable et en chaînes de valeur de batteries.

Comme l'a souligné Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, "un approvisionnement sûr et durable en matières premières, en matériaux raffinés et en hydrogène renouvelable est un élément clé pour aider à construire une nouvelle base plus propre pour nos économies, d'autant plus que nous nous éloignons de notre dépendance aux énergies fossiles.

La coopération est cruciale

Pour passer à l'étape suivante, nous devons établir des réseaux, des coalitions et la confiance entre les autres parties prenantes. Le Forum international d'Astana en juin en sera l'occasion.

Il est prévu que le forum rassemble des représentants gouvernementaux de haut niveau du monde entier, ainsi que des membres d'organisations internationales et de milieux d'affaires, pour discuter des moyens de relever les défis mondiaux actuels, notamment le changement climatique et la sécurité énergétique.

L'inaction face au changement climatique et à ses conséquences aura un impact négatif sur les liens économiques, commerciaux et d'investissement étroits entre nos régions, ainsi que sur nos populations.

Il est donc crucial que nous travaillions ensemble pour construire une coopération pour la transition verte, qui profitera à tous ‒ l'Asie centrale et l'Europe.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance