Suivez nous sur

Le Kazakhstan

Le président kazakh dissout le Parlement, déclenchant les premières élections depuis les réformes démocratiques

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les premières élections législatives du Kazakhstan depuis l'annonce par le président Kassym-Jomart Tokaïev de réformes constitutionnelles visant à renforcer le processus démocratique se tiendront le 19 mars. Ce sera une première occasion de voir comment les mesures visant à encourager un système multipartite avec un Parlement plus puissant fonctionnent dans la pratique, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

Le 19 mars verra un troisième déplacement aux urnes au Kazakhstan en moins d'un an. Il y a d'abord eu un référendum en juin, lorsque les électeurs ont approuvé les réformes proposées par le président Tokaïev, puis il y a eu une élection présidentielle anticipée en novembre, délivrant ce qui sera le dernier mandat du président. À l'origine, le vote présidentiel n'était prévu qu'en 2024, avec les élections législatives en 2025.

Les changements constitutionnels font passer le Kazakhstan d'un système super-présidentiel à un système parlementaire-présidentiel, les membres du Mazhilis, ou chambre basse du parlement, acquérant un rôle plus puissant. D'autres réformes consistent à faciliter l'enregistrement d'un parti politique, en réduisant l'exigence d'adhésion de 20,000 5,000 à XNUMX XNUMX.

Plusieurs nouveaux partis politiques se sont enregistrés en conséquence et ils sont également confrontés à un seuil réduit pour entrer dans le Mazhilis, de 5% au lieu de 7%. Les électeurs auront également une option "contre tous" sur le bulletin de vote. 70% des Mazhilis seront élus à partir de listes de partis, les 30% restants représentant des circonscriptions individuelles. Il promet également d'être un organe plus inclusif, avec des quotas pour les femmes, les jeunes et les personnes ayant des besoins spéciaux.

Lors de la dissolution du Mazhilis, le président Tokaïev a remercié les membres pour leur travail. Il les avait prévenus en septembre dernier de s'attendre à des élections au premier semestre de cette année. « Pendant les années de l'indépendance, les candidats et les partis politiques n'ont jamais eu autant de temps pour se préparer à un ; campagne électorale », a-t-il fait remarquer.

Il a souligné que le Kazakhstan est maintenant dans une nouvelle ère. « Le pays connaît un processus dynamique et global de renouveau. Ces élections deviendront l'incarnation des changements qui s'opèrent dans la société et donneront une impulsion puissante à la poursuite de la modernisation de notre système politique », a-t-il ajouté.

Le programme de réforme a été accéléré après les événements d'il y a un an, connus sous le nom de janvier tragique. Au départ, les manifestations pacifiques contre la hausse des prix du carburant ont été suivies de violences et de meurtres, apparemment causés par des groupes essayant de profiter de la situation. Au moins 238 personnes sont mortes.

Publicité

Dans la foulée, le président Tokayev a pris ses distances avec son prédécesseur, Noursoultan Nazarbaïev, qui a perdu son statut d'« Elbasy » ou chef de la nation. La campagne électorale puis les résultats fourniront une mesure cruciale des progrès politiques du Kazakhstan.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance