Suivez nous sur

Le Kazakhstan

Le président du Kazakhstan participe au dialogue de haut niveau sur le développement mondial BRICS+

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Kassym-Jomart Tokayev, à l'invitation du président chinois Xi Jinping, a pris part au Dialogue de haut niveau sur le développement mondial, qui s'est tenu en format virtuel.

Le 14e Sommet des BRICS sur le thème "Favoriser un partenariat BRICS de haute qualité, inaugurer une nouvelle ère pour le développement mondial" se tient sous la présidence de la Chine.

Souhaitant la bienvenue aux participants à la réunion, le président Tokaïev a exprimé sa gratitude au président chinois Xi Jinping pour son aimable invitation et l'accueil de cet événement important.

« Le Kazakhstan considère les BRICS comme une organisation véritablement influente et un moteur de croissance clé pour l'économie mondiale. Le Kazakhstan a un intérêt vital à développer un partenariat dynamique avec les pays BRICS. L'année dernière, le commerce du Kazakhstan avec les BRICS a dépassé 45 milliards de dollars américains. Pourtant, nous avons beaucoup de marge pour augmenter ce volume dans les années à venir », a souligné le président.

Parlant des défis mondiaux actuels, Kassym-Jomart Tokayev a noté que le monde d'aujourd'hui est en proie à des crises et fait face à des turbulences géopolitiques et économiques sans précédent. En particulier, il a souligné la détérioration de la sécurité alimentaire.

« Au cours des derniers mois, la situation alimentaire mondiale est allée de mal en pis. Des millions de vies sont en jeu si les chaînes d'approvisionnement alimentaire mondiales continuent de se dégrader. Aujourd'hui, trois des quatre principaux producteurs alimentaires mondiaux sont membres des BRICS, et le PIB agricole total des pays BRICS représente plus de la moitié du total mondial », a déclaré le dirigeant du Kazakhstan.

Le chef de l'État estime que la résolution efficace de la crise alimentaire nécessite une réponse internationale pleinement coordonnée et devrait inclure des mesures à la fois à court et à long terme.

Publicité

« Le Kazakhstan s'est engagé à contribuer à ces efforts en utilisant son énorme potentiel agricole. Garantir la sécurité alimentaire nécessite un système commercial alimentaire et agricole qui fonctionne bien et qui repose sur les principes d'équité et de non-discrimination. À cet égard, le président kazakh de la 12e conférence ministérielle de l'OMC qui vient de s'achever a donné une nouvelle orientation politique aux négociations pertinentes », a-t-il déclaré.

Kassym-Jomart Tokayev a qualifié l'envolée rapide de l'inflation dans le monde d'autre tâche urgente qui doit être résolue. Selon lui, la détérioration des conditions financières exerce une forte pression sur les pays, les entreprises et les familles très endettés, et entraîne également des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement mondiales.

« Le Kazakhstan pourrait apporter sa juste part en jouant une sorte de « marché tampon » entre l'Est et l'Ouest, le Sud et le Nord. À long terme, nous devons maintenir une économie mondiale ouverte, équitable, interconnectée et résiliente. Ici, je vois beaucoup de potentiel dans les initiatives "BRICS plus", "One Belt - One Road" et le Partenariat du Grand Eurasie ouvrant une nouvelle ère de croissance et de connectivité", a déclaré le président.

En outre, le dirigeant kazakh a abordé la question du changement climatique et a évoqué les engagements pris par notre pays pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2060. À cet égard, il a annoncé son intention d'inclure l'énergie nucléaire dans le mix énergétique du pays et a exprimé son engagement à collaborer avec les pays BRICS. dans le domaine de l'assistance technique et du renforcement des capacités face au changement climatique.

Dans son discours, le président Tokaïev s'est concentré sur la crise existentielle du multilatéralisme et de la gouvernance mondiale, notant que les institutions internationales restent notre seul outil pour faire face aux menaces qui dépassent les capacités d'un seul pays. Il estime que de nouveaux types de partenariats mondiaux devraient remplacer la confrontation et l'approche à somme nulle par un dialogue gagnant-gagnant. En particulier, il a salué la vision de la "Communauté de destin commun pour l'humanité", ainsi que les initiatives de sécurité mondiale et de développement mondial proposées par le président Xi Jinping.

S'adressant aux participants à la réunion, le président Tokaïev a souligné l'importance d'atteindre les objectifs de développement durable.

"Je salue les efforts vigoureux du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, pour dynamiser l'Agenda 2030, notamment en convoquant le Sommet du futur l'année prochaine. Nous devons renouveler notre engagement à ne laisser personne de côté, en particulier les femmes, les jeunes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées. Les nations « BRICS plus » pourraient contribuer à réduire l'écart Nord-Sud et à remédier aux déséquilibres de développement », estime le chef de l'État.

Dans le même temps, Kassym-Jomart Tokayev a mis l'accent sur l'importance de la coopération régionale pour l'Agenda 2030.

« Nous continuerons à faire avancer l'idée d'établir à Almaty une plateforme des Nations Unies pour les ODD pour l'Asie centrale et l'Afghanistan. Nous devons faire face aux risques régionaux aggravants liés au lien « eau – énergie – sécurité alimentaire » », a déclaré le président.

Résumant son discours, le dirigeant du Kazakhstan a souligné que le moment était venu de transformer cette crise en opportunité.

« Ici, tous nos efforts doivent être guidés par l'impératif moral : donner la priorité aux personnes. Je suis convaincu que la plateforme « BRICS plus » apportera une contribution digne à cet effort », a déclaré Kassym-Jomart Tokayev dans son discours.

Outre les dirigeants du Kazakhstan et de la Chine, l'événement a réuni le président Vladimir Poutine de Russie, le Premier ministre Narendra Modi de l'Inde, le président Cyril Ramaphosa d'Afrique du Sud, le vice-président Antonio Hamilton Martins Mourã du Brésil, le président Abdelmadjid Tebboune d'Algérie, le président Alberto Fernandez d'Argentine, le président Abdel Fattah El-Sisi d'Égypte, le président Joko Widodo d'Indonésie, le président Ebrahim Raisi d'Iran, le président Macky Sall du Sénégal, le président Shavkat Mirziyoyev d'Ouzbékistan, le Premier ministre Ismail Sabri Yacoub de Malaisie, le Premier ministre Prayut Chan -o-cha de Thaïlande, le Premier ministre Hun Sen du Cambodge, le Premier ministre Abiy Ahmed Ali d'Éthiopie, le Premier ministre Josiah Voreke Bainimarama de Fidji.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance