Suivez nous sur

Santé

Les prix élevés des cigarettes stimulent les achats au marché noir par des fumeurs français mal informés sur les alternatives plus sûres.

PARTAGEZ:

Publié le

on

Une enquête auprès de 1,000 XNUMX adultes en France a révélé que les citoyens français reconnaissent le commerce illicite du tabac comme une menace pour leur sécurité, leur sûreté et leur santé publique, même s'ils ne sont pas conscients de sa véritable ampleur et de son coût réel pour les recettes de l'État. Les résultats ont été présentés plus tôt ce mois-ci à Paris par William Stewart, président de la société de recherche mondiale Povaddo, écrit le rédacteur politique Nick Powell.

Ces dernières années, le prix d'un paquet de cigarettes en France a considérablement augmenté, à plus de 10 €, en raison de la hausse des taxes sur le tabac. Dans le même temps, on assiste à une augmentation inquiétante du recours aux cigarettes illicites par les fumeurs, aujourd'hui estimée à 29 % de la consommation totale en France.

L'enquête Povaddo a porté sur 1,000 13 adultes dans chacun des 15 pays de l'UE, mais la présentation s'est concentrée sur les résultats de la France, qui détient de loin le plus grand commerce illicite de cigarettes en Europe, représentant plus de XNUMX milliards de cigarettes chaque année. La baisse à long terme du nombre de fumeurs français semble s'être arrêtée, avec une légère augmentation contrastant avec la baisse du nombre ailleurs.

Plus des trois quarts (77 %) des citoyens adultes français interrogés sont non seulement conscients que le commerce illicite du tabac a touché les recettes fiscales de l'État français ; ils pensent également que le commerce illicite de tabac et d'autres produits contenant de la nicotine constitue un risque grave pour la sûreté, la sécurité et la santé publique dans leur propre pays (78 %) et dans l'ensemble de l'UE (80 %).

72% des Français interrogés sont convaincus que le commerce illicite du tabac sape les efforts de réduction du taux de tabagisme, 69% estimant que tant que des cigarettes illicites sont disponibles, tout effort de contrôle du comportement tabagique est vain. 74 % pensent que le tabac illicite ouvre la voie aux enfants pour qu'ils deviennent fumeurs, 67 % y voyant également un obstacle qui empêche les adultes de passer à des alternatives moins nocives.

L'enquête Povaddo a également révélé qu'une grande majorité de la population française interrogée (69%) considère que la lutte contre le tabac illicite et les produits contenant de la nicotine est un élément essentiel des mesures de lutte antitabac. 56 % pensent que la politique anti-tabac française actuelle est inefficace et ne soutient pas les fumeurs adultes.

76 % ont convenu que les gouvernements doivent tenir compte des conséquences imprévues de l'augmentation du commerce illicite du tabac lorsqu'ils décident comment réglementer et taxer les produits contenant de la nicotine. 83 % pensent que des augmentations excessives des taxes sur le tabac encouragent la consommation illicite de tabac, car le marché noir offre un accès à du tabac moins cher et à des produits contenant de la nicotine.

Publicité

Dans le même temps, l'enquête Povaddo montre qu'une majorité des Français interrogés (56%) ont peu ou pas de connaissances sur les alternatives sans fumée à la cigarette existantes, comme les e-cigarettes. A peine 14% semblent connaître les produits du tabac chauffé.

"Les résultats de cette enquête montrent que le public français est ouvert à une nouvelle stratégie politique de lutte antitabac, car l'approche "arrêter ou mourir" envers les fumeurs adultes qui repose fortement sur l'augmentation des taxes sur le tabac ne fonctionne pas et est, en fait, créer d'autres conséquences négatives », a déclaré William Stewart.

Il a été rejoint dans une discussion sur la politique française de lutte antitabac par Giorgio Rutelli, rédacteur en chef du magazine italien de santé publique et politique Formiche, ainsi que par Jean-Daniel Lévy, directeur adjoint de Harris Interactive France.

Giorgio Rutelli a ajouté que malgré toutes les mesures de lutte antitabac appliquées dans le monde, le nombre mondial de fumeurs adultes reste stable. "Par conséquent, je pense qu'il est nécessaire de trouver une nouvelle approche plus efficace envers les fumeurs adultes qui ne veulent pas arrêter", a-t-il déclaré. « Les pays doivent évaluer le rôle des technologies et des produits alternatifs moins nocifs dans la lutte contre le tabagisme. Les fumeurs adultes qui, autrement, n'arrêteraient pas de fumer devraient être informés des alternatives sans fumée disponibles ».

"Nous devrions engager les décideurs politiques, la communauté scientifique et la société civile dans un débat continu sur l'un des problèmes de santé publique les plus importants de notre époque", a-t-il ajouté. Jean-Daniel Lévy constate qu'il manque à la France une culture d'évaluation des politiques publiques. Il pensait que les messages sur l'arrêt du tabac étaient devenus moins efficaces que ceux sur l'alimentation, l'exercice et la protection de l'environnement, car des impôts élevés étaient considérés comme une augmentation des recettes publiques et non comme une mesure de santé publique.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance