Suivez nous sur

Santé

La décision sur les emballages alimentaires est essentielle pour la stratégie européenne de lutte contre l'obésité

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Au cours des dernières semaines, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un rapport dans l'obésité en Europe. Ses conclusions étaient à la fois alarmantes et, pourtant, sans surprise. Sur l'ensemble du continent, 59 % des adultes étaient en surpoids et les niveaux d'obésité étaient les deuxièmes plus élevés au monde après les Amériques., écrit Colin Stevens.

Le rapport de l'OMS est on ne peut plus opportun, car il met en lumière un problème de 'Proportions épidémiques» en Europe, avec environ 200,000 1.2 cas de cancer et XNUMX million de décès par an liés aux complications du surpoids ou de l'obésité. De plus, selon les tendances récentes, il y a aussi peu de signes de ralentissement des taux d'obésité, car les taux de prévalence ont augmenté de 138% depuis 1989.

Le défi d'éduquer et d'informer

Bien qu'il s'agisse d'un défi si omniprésent, les chercheurs ont depuis longtemps identifié bon nombre des principales causes des taux élevés d'obésité. Par exemple, des études ont constamment montré que recevoir un meilleure éducation est associée à une moindre probabilité de surpoids morbide. C'est pour cette raison que le rapport de l'OMS recommande de faire de l'éducation nutritionnelle un élément obligatoire des programmes scolaires dans toute l'Europe, un appel qui a été a récemment fait écho par Tudor Ciuhodaru, membre socialiste du Parlement européen.

Mais l'importance de l'éducation ne s'arrête pas aux portes de l'école, encore moins lorsqu'il s'agit de nutrition. Chaque jour, des consommateurs achètent des produits sans connaître – ou avoir conscience – de leur valeur nutritionnelle ou de leur composition. C'est pour cette raison que la Commission européenne a décidé d'ouvrir la voie à l'adoption d'un système d'étiquetage normalisé sur le devant de l'emballage (FOPL), qui fournirait aux consommateurs de toute l'Europe des informations nutritionnelles leur permettant de faire des choix alimentaires éclairés et plus sains. .

Faire plus de mal que de bien

Mais si peu de gens contesteraient la nécessité de donner aux consommateurs les outils nécessaires pour prendre des décisions plus saines lors de l'achat de denrées alimentaires, tous les systèmes FOPL actuellement envisagés ne sont pas à la hauteur. Par exemple, l'un des principaux concurrents, le système Nutri-score, ferait très peu pour informer consommateurs et pourrait peut-être faire plus de mal que de bien.

Publicité

Le système Nutri-score repose sur l'attribution d'une note aux produits, de A (le meilleur) à E (le moins bon), qui est présentée sur une étiquette de couleur feu tricolore. La logique est simple : les aliments sains ont un bon score, et les mauvais un mauvais. Cependant, les problèmes proviennent de l'algorithme du système, qui note les produits en fonction des valeurs nutritionnelles d'un Portion de 100g ou 100ml. Mais tous les produits ne sont pas consommés en cette quantité, ce qui conduit de nombreux produits sains - qui ont leur juste place dans une alimentation équilibrée, comme les condiments à salade ordinaires - à recevoir une note d'échec qui pourrait éloigner les consommateurs peu méfiants.

Les distorsions provoquées par les simplifications du Nutri-score ne s'arrêtent cependant pas là, car l'algorithme est également indifférent à la distinction entre les types de graisses saturées et insaturées, ou entre les aliments non transformés et ultra-transformés. De plus, le système Nutri-score est également aveugle à l'utilisation d'édulcorants artificiels, ce qui le rend facile pour la malbouffe produits pour contourner le système et obtenir un score faussement positif.

Mieux, pas moins d'informations

Mais que signifierait le Nutri-score pour les régimes alimentaires européens ? D'une part, l'accent mis par le système sur la pénalisation de tous les aliments riches en matières grasses aurait un effet préjudiciable sur les produits protégés par des étiquettes d'appellation d'origine. Déjà, le Association des producteurs de fromages italiens, le français Confédération de Roquefort, et d'autres associations professionnelles ont exprimé leur inquiétude quant à la façon dont l'adoption du Nutri-score, qui les verrait recevoir des notes négatives, pourrait éloigner les consommateurs de leurs produits.

Ce faisant, le Nutri-score pénaliserait non seulement les produits locaux et les spécialités culinaires traditionnelles, mais également plusieurs aliments de base du régime méditerranéen, comme les fromages, l'huile d'olive et d'autres graisses végétales. Reconnu dans le monde entier comme l'un des régimes alimentaires les plus sains, le régime méditerranéen fait face à la croissance menace de disparition, alors que les jeunes générations en Grèce, en Italie et en Espagne ont adopté les boissons sucrées et la malbouffe. Plutôt que de contribuer à protéger et relancer le régime méditerranéen, le Nutri-score y remédierait probablement un coup fatal.

Compte tenu de toutes ces limites, il est difficile d'affirmer que le Nutri-score aiderait à résoudre la crise de l'obésité en Europe. Plutôt que d'informer les consommateurs, le système semble plus susceptible d'induire en erreur. C'est pour cette raison que experts nutritionnistes comme Luca Piretta appellent à repenser, mettant en doute la nécessité de classer les aliments dans l'un des deux groupes - bons ou mauvais - sans traiter les nuances. Dans une récente interview, il a rappelé qu'une alimentation équilibrée n'est « pas faite d'un seul type d'aliments. Pas par des aliments codés en vert qui vous font penser que vous pouvez en manger sans limites, ni par des aliments codés en rouge qui font apparaître ces aliments comme interdits.

Au lieu de donner aux consommateurs moins d'informations via un système de notation trop simplifié, il est possible de leur fournir better des informations qui peuvent aider à prendre des décisions éclairées. C'est pour cette raison que le gouvernement italien a donné son revenir à une alternative Système FOPL appelé Nutrinform, qui utilise à la place des symboles de batterie pour indiquer aux consommateurs la quantité d'énergie, de graisses et de sucres contenus dans un produit en proportion de leur total quotidien recommandé.

La décision finale sur le système à adopter n'ayant pas encore été prise par la Commission européenne, les enjeux ne pourraient pas être plus élevés. Si l'Europe veut commencer à s'attaquer efficacement au problème de l'obésité, un élément clé de la stratégie doit être d'informer et d'éduquer les consommateurs à faire de meilleurs choix. Choisir le meilleur système d'étiquetage pour chaque produit alimentaire est une première étape cruciale, et c'est une étape que l'UE ne peut pas se permettre de se tromper.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance