Suivez nous sur

Santé

Von der Leyen dit que des discussions sur les mesures obligatoires pour vacciner sont nécessaires

PARTAGEZ:

Publié le

on

Aujourd'hui (1er décembre), la Commission européenne augmente la mise sur un large éventail de mesures pour faire face à la recrudescence des cas de maladie grave liée au coronavirus. L'incidence élevée de l'infection exerce une pression énorme sur les hôpitaux et le personnel de santé. La poussée est antérieure à la nouvelle variante Omicron, mais ajoute aux préoccupations nationales, en particulier celles dont les taux de vaccination sont faibles. 

Certains pays envisagent maintenant la possibilité de rendre la vaccination obligatoire, d'une manière ou d'une autre. Interrogé sur les mesures obligatoires, le président de la Commission européenne a déclaré que c'était une discussion qui s'imposait. 

La réponse de Von der Leyen était en réponse à une question d'un journaliste grec sur la position de la Commission sur la vaccination obligatoire contre le COVID. La Grèce a décidé d'imposer une amende mensuelle récurrente de 100 € aux personnes âgées de plus de 60 ans et qui n'ont pas été vaccinées, cela s'appliquera à partir du 16 janvier. Bien qu'il ne soit pas tout à fait obligatoire, il impose une lourde amende à ceux qui ont choisi de ne pas se faire vacciner. 

La présidente n'a pas tardé à dire qu'il s'agissait d'une « pure compétence de l'État » et qu'elle ne pouvait donc pas faire de recommandation. éventuellement penser à la vaccination obligatoire au sein de l'Union européenne.

Publicité

« Si vous regardez les chiffres, nous avons maintenant 77% des adultes vaccinés dans l'Union européenne, ou si vous prenez l'ensemble de la population, c'est 66%. Et cela signifie qu'un tiers de la population européenne n'est pas vacciné. C'est 1 millions de personnes. C'est beaucoup et tout le monde ne peut pas être vacciné, mais la grande majorité pourrait l'être, et par conséquent, je pense qu'il est compréhensible et approprié de mener cette discussion maintenant. »

Le service national de santé du Royaume-Uni a rendu la vaccination obligatoire pour la majorité de son personnel, l'Autriche envisage également d'introduire une amende élevée pour ceux qui refusent la vaccination. 

La semaine dernière, Andrea Ammon, directrice du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), a ajouté une note de prudence à l'idée de vaccins obligatoires, suggérant que s'ils étaient imposés, cela pourrait s'avérer contre-productif. On pense également que le nouveau chancelier allemand, Olaf Scholz, est favorable à une approche plus contraignante.

Publicité

Partagez cet article:

Publicité
Publicité

Tendance