Suivez nous sur

Agriculture

Organics: proposition de la Commission pour plus et mieux

En cliquant sur ce bouton,

on

l'agriculture biologiqueLa Commission européenne a publié de nouvelles propositions pour un nouveau règlement sur la production biologique et l'étiquetage des produits biologiques. Les préoccupations des consommateurs et des producteurs sont au cœur de cette nouvelle proposition, qui vise à remédier aux faiblesses du système actuel. Le marché biologique de l'UE a quadruplé de taille au cours des dix dernières années et les règles doivent être mises à jour et ajustées afin que le secteur puisse continuer à se développer et à répondre aux défis futurs.

Le commissaire à l'agriculture et au développement rural, Dacian Cioloş, a déclaré aujourd'hui (25 mars): "L'avenir du secteur biologique dans l'UE dépend de la qualité et de l'intégrité des produits vendus sous le logo biologique européen. La Commission recherche une agriculture biologique plus nombreuse et meilleure. dans l'UE en renforçant la confiance des consommateurs dans les produits biologiques et en supprimant les obstacles au développement de l'agriculture biologique. Ce paquet est bon pour les consommateurs et bon pour les agriculteurs. Les consommateurs auront de meilleures garanties sur les aliments biologiques fabriqués et vendus dans l'UE et les agriculteurs, les producteurs et les les détaillants auront accès à un marché plus large, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UE. "

La proposition s'articule autour de trois objectifs principaux: maintenir la confiance des consommateurs, maintenir la confiance des producteurs et faciliter le passage des agriculteurs aux produits biologiques. L’objectif est que l’agriculture biologique reste proche de ses principes et objectifs, de manière à répondre aux demandes du public en matière d’environnement et de qualité. La Commission propose notamment:

  1. Renforcer et harmoniser les règles, tant dans l'Union européenne que pour les produits importés, en supprimant nombre des exceptions actuelles en matière de production et de contrôles;
  2. renforcer les contrôles en les rendant basés sur les risques;
  3. faciliter la participation des petits agriculteurs à l'agriculture biologique en leur offrant la possibilité de s'inscrire à un système de certification de groupe;
  4. mieux prendre en compte la dimension internationale du commerce des produits biologiques en ajoutant de nouvelles dispositions sur les exportations;
  5. simplifier la législation pour réduire les coûts administratifs pour les agriculteurs et améliorer la transparence.

Pour aider les agriculteurs, producteurs et détaillants de produits biologiques à s’adapter aux changements de politique proposés et à relever les défis à venir, la Commission a également approuvé un Plan d'action sur l'avenir de la production biologique en Europe. Le plan prévoit de mieux informer les agriculteurs sur le développement rural et les initiatives de politique agricole de l'UE encourageant l'agriculture biologique, de renforcer les liens entre les projets de recherche et d'innovation de l'UE et la production biologique et d'encourager l'utilisation d'aliments biologiques, par exemple dans les écoles.

Contexte

La proposition, qui sera maintenant soumise au Parlement européen et au Conseil, s'appuie sur les conclusions d'un vaste processus de consultation lancé depuis 2012 et comprenant une série d'auditions avec des experts européens et internationaux en matière de production biologique. UNE consultation publique réalisée en 2013 a rencontré un vif intérêt du public (avec 45,000 XNUMX réponses, majoritairement des consommateurs plutôt que des producteurs). Il a mis en évidence les préoccupations du public concernant les questions environnementales et de qualité et a montré une demande claire de règles biologiques renforcées et plus uniformes dans toute l'UE.

L'agriculture biologique combine les meilleures pratiques environnementales, un niveau élevé de biodiversité, la préservation des ressources naturelles et des normes de production élevées basées sur des substances et des processus naturels. Elle prévoit un marché spécifique répondant à une demande de consommation spécifique tout en fournissant des biens publics en termes de protection de l'environnement, de bien-être des animaux et de développement rural.

Plus d'information

  1. MEMO / 14 / 215
  2. Site de l'agriculture biologique (voir sections: POLITIQUE UE / Développement de la politique et actualités)
  3. Info graphique L'évolution biologique de l'UE (R)
  4. Compte rendu Faits et chiffres sur l'agriculture biologique dans l'Union européenne

Agriculture

PAN Europe demande: la présidence allemande de l'UE est-elle prête à saboter la stratégie de la ferme à l'assiette?

En cliquant sur ce bouton,

on

Avant un rassemblement d'experts des États membres de l'UE pour discuter de la mise en œuvre de la «Directive sur l'utilisation durable des pesticides» (SUD), PAN Europe avertit que les plans nationaux de réduction de l'utilisation des pesticides sont non seulement insuffisants, mais pourraient faire dérailler la ferme à l'assiette Stratégie entièrement. L'atelier en ligne de trois jours, `` Une meilleure formation pour une alimentation plus sûre: expériences sur le SUD, sa mise en œuvre actuelle et les options politiques futures possibles '', qui se tiendra du 17 au 19 novembre 2020, fait partie du processus de révision de la directive 2009/128 / EC qui a déjà deux ans de retard et qui devrait maintenant avoir lieu d'ici 2022.

En mai 2020, la Commission européenne a publié un rapport indiquant que les plans d'action nationaux de la plupart des pays de l'UE «manquent d'ambition et ne parviennent pas à définir des objectifs de haut niveau basés sur les résultats» pour réduire les risques potentiels posés par les pesticides. «La mauvaise qualité et le manque d'ambition des États membres pour réduire les risques posés par les pesticides ne devraient pas être abordés uniquement dans un atelier mais devant la Cour européenne de justice. Il est tout simplement impossible que les États membres ne satisfassent pas aux exigences de leur propre législation juridiquement contraignante et ferment les yeux sur la crise de la biodiversité à laquelle l'Europe est confrontée », a déclaré le président de PAN Europe, François Veillerette.

«La Commission européenne devrait lancer des procédures d'infraction contre les pays qui ne mettent pas en œuvre la directive sur l'utilisation durable des pesticides», a-t-il ajouté. Le Conseil, actuellement sous présidence allemande, a jusqu'à présent refusé de reconnaître le grave manque d'efforts des États membres. Après avoir eu accès à un projet de document la semaine dernière, PAN Europe a découvert que le Conseil de l'UE, dans le rapport sur la mise en œuvre du SUD à publier, appelait à la place à des mesures plus douces telles que la formation et la recherche, et écartait complètement toutes les discussions sur l'idée. de fixer des objectifs de réduction des pesticides à l'échelle de l'UE, comme clairement indiqué dans le rapport de la Commission européenne.

«L'attitude du Conseil est en contraste direct avec ce que les citoyens européens comprennent déjà: l'Europe n'aura pas d'eau propre et ne restaurera pas sa biodiversité sans réduire son utilisation de pesticides. Ce décalage entre les ambitions politiques de l'UE et les pratiques de nombreux États membres doit être résolu de toute urgence », a déclaré Henriette Christensen, conseillère principale en politique agricole pour PAN Europe.

«Après la récente occasion manquée du Parlement européen de transformer l'agriculture européenne grâce à la réforme de la PAC, et l'UE tournant ainsi le dos à un modèle agricole durable, l'objectif de réduction des pesticides est sans équivoque: il nécessite l'intégration des 50% à l'échelle de l'UE objectif de réduction de la stratégie de la ferme à la fourchette à la fois dans la PAC et dans le SUD », a déclaré Christensen.

Continuer la lecture

Agriculture

Réforme de la politique agricole commune: premier trilogue 

En cliquant sur ce bouton,

on

Le 10 novembre, le vice-président exécutif Timmermans et le commissaire Wojciechowski ont représenté la Commission au premier trilogue sur la réforme de la politique agricole commune (PAC). Le trilogue couvrira les trois propositions - le règlement sur le plan stratégique, le règlement horizontal et le règlement modifiant l'organisation commune des marchés (OCM).

Le Parlement européen, le Conseil et la Commission auront la possibilité de faire valoir leurs positions sur les éléments clés des trois règlements et de convenir des modalités de travail et du calendrier indicatif qui s'appliqueront aux trilogues politiques et aux réunions techniques préparatoires qui suivront.

La Commission considère la PAC comme l'une des politiques centrales du pacte vert européen et dirige ainsi le processus au plus haut niveau en étroite coordination avec d'autres domaines politiques. La Commission est déterminée à jouer pleinement son rôle dans les négociations du trilogue sur la PAC, en tant qu'intermédiaire honnête entre les colégislateurs et en tant que force motrice pour une plus grande durabilité afin de réaliser les objectifs du Green Deal européen.

L'objectif est de s'accorder sur une politique agricole commune adaptée à son objectif et répondant efficacement aux attentes sociétales plus élevées en termes d'action climatique, de protection de la biodiversité, de durabilité environnementale et de revenu équitable pour les agriculteurs.

La Commission a présenté ses propositions pour une future PAC en juin 2018, en introduisant une approche plus flexible, axée sur les performances et les résultats, qui tient compte des conditions et des besoins locaux, tout en augmentant les ambitions au niveau de l'UE en termes de durabilité.

Des ambitions environnementales et climatiques plus élevées se traduisent par une nouvelle architecture verte comprenant le nouveau système d'éco-schémas. La Commission a souligné la compatibilité de ses propositions avec le pacte vert européen dans un rapport publié en mai 2020.

La  Parlement européen pour Conseil sont convenus de leur position de négociation respectivement les 23 et 21 octobre 2020, permettant le lancement des trilogues.

Continuer la lecture

Afrique

Investissement, connectivité et coopération: pourquoi nous avons besoin de plus de coopération UE-Afrique dans le domaine agricole

En cliquant sur ce bouton,

on

Ces derniers mois, l'Union européenne a démontré sa volonté de promouvoir et de soutenir les entreprises agricoles en Afrique, sous l'égide de la Commission européenne Partenariat Afrique-UE. Le partenariat, qui met l'accent sur la coopération UE-Afrique, en particulier à la suite de la pandémie COVID-19, vise à promouvoir la durabilité et la biodiversité et s'est fait le champion de la promotion des relations public-privé à travers le continent, écrit le président d'African Green Resources, Zuneid Yousuf.

Bien que ces engagements s'appliquent à l'ensemble du continent, je voudrais me concentrer sur la manière dont une coopération accrue entre l'Afrique et l'UE a aidé la Zambie, mon pays. Le mois dernier, l'ambassadeur de l'Union européenne en Zambie, Jacek Jankowski annoncé ENTERPRISE Zambia Challenge Fund (EZCF), une initiative soutenue par l'UE qui accordera des subventions aux opérateurs agroalimentaires en Zambie. Le plan, d'une valeur totale de 25.9 millions d'euros, a déjà lancé son premier appel à propositions. À une époque où la Zambie, mon pays, se bat de sérieux défis économiques il s'agit d'une opportunité indispensable pour l'industrie agroalimentaire africaine. Plus récemment, la semaine dernière, l'UE et la Zambie convenu à deux accords de financement qui espèrent stimuler les investissements dans le pays dans le cadre du programme d'appui au gouvernement économique et du programme de transformation durable de l'efficacité énergétique de la Zambie.

La collaboration et l'engagement de l'Europe à promouvoir l'agriculture africaine ne sont pas nouveaux. Nos partenaires européens investissent depuis longtemps dans la promotion et l'aide à l'agro-industrie africaine à réaliser son plein potentiel et à autonomiser le secteur. En juin de cette année, les Unions Africaine et Européenne lancé une plate-forme agroalimentaire commune, qui vise à relier les secteurs privés africains et européens pour promouvoir des investissements durables et significatifs.

La plateforme a été lancée dans le cadre de `` l'alliance Afrique-Europe pour des investissements et des emplois durables '', qui faisait partie de 2018 adresse sur l'état de l'Union, où il a appelé à une nouvelle «alliance Afrique-Europe» et a démontré que l'Afrique est au cœur des relations extérieures de l'Union.

L'environnement agricole zambien, et sans doute l'environnement agricole africain, est largement dominé par les petites et moyennes exploitations qui ont besoin d'un soutien financier et institutionnel pour surmonter ces défis. En outre, il y a un manque de connectivité et d'interconnexion au sein du secteur, empêchant les agriculteurs de se connecter entre eux et de réaliser leur plein potentiel grâce à la coopération.

Ce qui rend EZCF unique parmi les initiatives agro-industrielles européennes en Afrique, cependant, c'est son accent spécifique sur la Zambie et l'autonomisation des agriculteurs zambiens. Au cours des dernières années, l'industrie agricole zambienne a été aux prises avec des sécheresses, le manque d'infrastructures fiables et le chômage. En réalité, tout au long de En 2019, on estime qu'une grave sécheresse en Zambie a conduit 2.3 millions de personnes à avoir besoin d'une aide alimentaire d'urgence.

Par conséquent, une initiative uniquement axée sur la Zambie, soutenue par l'Union européenne et alignée sur la promotion d'une connexion et d'un investissement accrus dans l'agriculture, non seulement renforce les liens solides de l'Europe avec la Zambie, mais apportera également un soutien et des opportunités indispensables pour le secteur. Cela permettra sans aucun doute à nos agriculteurs locaux de débloquer et de tirer parti d'un large éventail de ressources financières.

Plus important encore, l'EZCF ne fonctionne pas seul. Parallèlement aux initiatives internationales, la Zambie abrite déjà plusieurs entreprises agroalimentaires impressionnantes et importantes qui s'efforcent d'autonomiser et de fournir aux agriculteurs un accès au financement et aux marchés financiers.

L'une d'elles est African Green Resources (AGR), une entreprise agroalimentaire de classe mondiale dont je suis fier d'être le président. Chez AGR, l'objectif est de promouvoir la valeur ajoutée à tous les niveaux de la chaîne de valeur agricole, ainsi que de rechercher des stratégies durables pour les agriculteurs afin de maximiser leurs rendements. Par exemple, en mars de cette année, AGR a fait équipe avec plusieurs agriculteurs commerciaux et agences multilatérales pour développer un système d'irrigation financé par le secteur privé et un barrage et une alimentation solaire hors réseau qui soutiendront plus de 2,400 agriculteurs horticoles et développeront la production de céréales et de nouvelles plantations fruitières le bloc agricole de Mkushi au centre de la Zambie. Au cours des prochaines années, notre objectif sera de continuer à promouvoir la durabilité et la mise en œuvre d'initiatives similaires, et nous sommes prêts à investir aux côtés d'autres entreprises agroalimentaires qui cherchent à développer, moderniser ou diversifier leurs activités.

Bien qu'il semble que le secteur agricole en Zambie soit confronté à des défis dans les années à venir, il existe des jalons très importants et des raisons d'optimisme et d'opportunités. Une coopération accrue avec l'Union européenne et les partenaires européens est un moyen important de tirer parti des opportunités et de garantir que nous faisons tous tout ce que nous pouvons pour aider les petits et moyens agriculteurs à travers le pays.

La promotion d'une interconnexion accrue au sein du secteur privé contribuera à garantir que les petits agriculteurs, l'épine dorsale de notre industrie agricole nationale, soient soutenus et habilités à collaborer et à partager leurs ressources avec de plus grands marchés. Je pense que les entreprises agroalimentaires européennes et locales vont dans la bonne direction en recherchant des moyens de promouvoir l’agro-industrie, et j’espère qu’ensemble, nous pourrons tous promouvoir durablement ces objectifs sur la scène régionale et internationale.

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance