Suivez nous sur

Générale

Le ministre slovaque des Finances se bat contre le projet de taxe sur le traitement du pétrole russe

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le ministre slovaque des Finances, Igor Matovic, a déclaré mardi 17 mai qu'il proposerait une taxe spéciale sur le brut russe traité dans le pays, se heurtant à un partenaire de la coalition gouvernementale alors qu'il cherche à augmenter les recettes budgétaires pour les mesures anti-inflationnistes de l'État.

La proposition intervient alors que les États de l'Union européenne cherchent également à s'entendre sur un ensemble de sanctions plus sévères contre la Russie pour son invasion de l'Ukraine. Cela inclut un éventuel embargo pétrolier dont la Slovaquie a demandé une exemption temporaire.

La Slovaquie dépend du brut russe, provenant de Russie via le pipeline Druzhba (Amitié) de l'ère soviétique. La seule raffinerie du pays est exploitée par Slovnaft, qui est contrôlée par le MOL hongrois (MOLB.BU).

Matovic a déclaré que la taxe spéciale pourrait rapporter environ 300 millions d'euros (316.29 millions de dollars) de revenus supplémentaires au budget de l'État, ce qui pourrait couvrir certains coûts des mesures prises par l'État pour alléger le fardeau de la flambée de l'inflation dans le pays.

Il a déclaré que la taxe de 30% devrait être payée sur la différence entre le prix du brut en provenance de Russie et celui des autres fournisseurs.

Alors que Matovic a déclaré qu'il s'attendait à obtenir un soutien suffisant pour la proposition lorsqu'il la soumettrait au gouvernement mercredi, le plan est encore incertain et un partenaire de la coalition l'a déjà critiqué.

Le ministre de l'Economie Richard Sulik, dont le parti SaS s'est opposé à une hausse des taxes, a déclaré que le plan pourrait entraîner une hausse des prix du carburant, et il a menacé d'opposer son veto à la proposition, a rapporté l'agence de presse TASR.

En février, le gouvernement avait demandé une taxe sur les "bénéfices excédentaires" de la production d'énergie nucléaire alors qu'il cherchait des moyens d'aider les ménages à faire face à la flambée des factures énergétiques.

Publicité

Mais il a supprimé cette taxe après avoir conclu un accord pour plafonner les prix de l'électricité des ménages avec Slovenske Elektrarne (ENEISL.UL), qui exploite les deux centrales nucléaires du pays et est détenue majoritairement par l'italien Enel. (ENEI.MI) et le groupe EPH du milliardaire tchèque Daniel Kretinsky.

($ 1 = € 0.9485)

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité

Tendance