Suivez nous sur

Générale

La semaine de travail de 4 jours arrive en Belgique

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

En février 2022, il a été annoncé que les travailleurs en Belgique auraient droit à demander une semaine de travail de quatre jours.

En outre, les travailleurs belges seront également autorisés à éteindre leurs appareils et à ne pas répondre à des appels ou à des e-mails liés au travail en dehors des heures de bureau sans être pénalisés de quelque manière que ce soit. Cela fait suite à une directive antérieure qui donnait aux fonctionnaires fédéraux le « droit de se déconnecter » et de ne pas répondre aux appels téléphoniques ou aux e-mails. en dehors des heures de travail.

Le Premier ministre belge Alexander de Croo a déclaré que la justification du paquet de réformes convenu par le gouvernement de coalition multipartite était de construire une économie "plus innovante, durable et numérique" alors que le pays tente de remettre les affaires sur les rails dans le sillage. de covid. 

Le passage à une semaine de travail de quatre jours ne sera cependant pas obligatoire et la décision de le faire incombera aux travailleurs plutôt qu'aux employeurs, ces derniers devant fournir par écrit des «raisons solides» pour refuser d'accéder à une demande.

De plus, les employés pourront également demander des horaires de travail plus flexibles, tandis que les employeurs seront tenus de notifier toute modification des horaires des travailleurs au moins 7 jours à l'avance.

Il est prévu que ces changements permettront aux Belges d'atteindre un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée, le pays dans son ensemble devenant plus productif.

D'autres avantages potentiels incluent une réduction des temps de trajet avec moins de trafic sur les routes et moins de passagers dans les transports en commun, ainsi que des relations familiales plus saines, avec des parents (y compris ceux qui sont séparés et donc partagent la garde) capables de passer plus de temps avec leurs enfants .

Publicité

Dans le même temps, on espère également que cette décision portera la proportion de personnes ayant un emploi en Belgique à 80 % d'ici 2030, contre un taux actuel d'un peu plus de 70 %.

Que signifie la nouvelle directive belge sur le temps de travail dans la pratique ?

Salariés belges travaillant 38 heures par semaine seront toujours tenus de le faire en vertu de la nouvelle directive, mais ils seront autorisés à travailler plus longtemps chaque jour et donc à condenser la semaine de travail en quatre jours. Le jour de congé supplémentaire est conçu pour compenser la journée de travail plus longue.

Dans un premier temps, les salariés peuvent expérimenter une semaine de travail raccourcie pendant une période de six mois, après quoi ils peuvent soit continuer avec le nouvel arrangement, soit revenir à la semaine de travail conventionnelle de cinq jours.

La nouvelle loi ne s'appliquera (du moins dans un premier temps) qu'aux entreprises de plus de 20 salariés, tandis que le droit de se déconnecter de 11h à 5h chaque jour devrait également être inclus dans les futures conventions collectives entre employeurs et syndicats.

D'autres changements apportés au droit du travail en Belgique incluent les travailleurs de l'économie à la demande (par exemple, qui travaillent pour Uber ou des services de livraison de nourriture, etc.) qui reçoivent une assurance pour les accidents du travail, conformément aux nouvelles directives de la Commission européenne sur ce que l'on appelle le travail de plateforme.

Des réglementations supplémentaires seront également mises en place concernant la classification du travail indépendant ou du travail indépendant, ainsi que de nouvelles dispositions pour les personnes qui travaillent de nuit, y compris des taux de pénalité n'entrant en vigueur qu'après minuit, plutôt qu'à partir de 8 heures, ce qui est actuellement le cas. Cas.

Cependant, à ce stade, il semblerait qu'aucune modification de la directive de l'Union européenne sur le temps de travail ne soit prévue. Actuellement, l'UE établit un limitation du temps de travail hebdomadaire (actuellement un maximum de 48 heures par semaine), fixe les conditions des pauses de repos des travailleurs (journalières et hebdomadaires), tout en fixant des orientations pour les exigences en matière de congé annuel payé des travailleurs dans les États membres.

Autres pays à la traîne d'une semaine de travail réduite

D'autres pays et juridictions dans le monde expérimentent ou ont déjà institué des semaines de travail réduites, mais pas dans le même sens que la Belgique.

Il s'agit notamment de l'Écosse, où un essai est prévu pour 2023, qui verra les heures des travailleurs réduites de 20 %, mais sans perte de salaire. Le Pays de Galles envisage actuellement un essai similaire pour les travailleurs du secteur public.

L'Espagne teste une semaine de travail de 32 heures condensée en quatre jours, là encore sans aucun impact sur l'indemnisation des travailleurs, tandis que l'Islande a mené plusieurs essais similaires entre 2015 et 2019, avec pour résultat qu'environ 90 % de la population islandaise bénéficie désormais d'une durée plus courte Semaine de travail.

Aux Émirats arabes unis, une semaine de travail de 4½ jours a été introduite en 2022, la plupart des gens travaillant 6 heures par jour du lundi au jeudi et pointant à midi le vendredi.

Dans le même ordre d'idées, le Portugal a précédemment interdit aux patrons de contacter leurs employés par téléphone ou en ligne en dehors des heures de travail.

Des entreprises individuelles en Nouvelle-Zélande, en Allemagne et au Japon expérimentent également des heures de travail réduites, en incorporant une gamme de modèles différents.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance