Suivez nous sur

Belgique

Le coronavirus risque d'affecter l'appel du souvenir du coquelicot belge

En cliquant sur ce bouton,

on

On craint que la pandémie sanitaire n'affecte les commémorations du dimanche du Souvenir en Belgique cette année. La crise des coronavirus est susceptible d'avoir un impact financier sur l'appel local du coquelicot, étant donné qu'il est à craindre que le public ne se méfie des risques de toucher les boîtes de collecte et les coquelicots eux-mêmes. 

Malgré cela, la filiale bruxelloise de la Légion prévoit de continuer à organiser une cérémonie sociale à distance / masquée au cimetière de la Commission des sépultures de guerre du Commonwealth Heverlee à Louvain le 8 novembre (11h).

Ce sera en présence de l'ambassadeur britannique Martin Shearman, de l'ambassadeur du Royaume-Uni auprès de l'OTAN Dame Sarah Macintosh, ainsi que de hauts dirigeants des États-Unis, du Canada, d'Australie, de Nouvelle-Zélande, de Pologne et de Belgique.

Les règles belges permettent actuellement à l'événement de se dérouler.

L'agence bruxelloise, qui fête son centenaire en 2022, sera représentée par Zoe White MBE (photo), ancienne major de l'armée britannique et première femme présidente de son histoire.

White a rejoint le personnel international du siège de l'OTAN à Bruxelles en tant que cadre supérieur en 2017. Elle a déclaré qu'elle avait rejoint l'OTAN "pour développer mes connaissances politiques en matière de défense et de sécurité et, surtout, pour continuer à servir dans une organisation dont l'éthique et les valeurs Je crois vraiment en. "

Elle est entrée à l'Académie royale militaire de Sandhurst en 2000, après un bref passage dans son unité d'origine, le Royal Gibraltar Regiment. Elle a été commissionnée dans les signaux royaux et a servi dans l'armée pendant 17 ans.

White a une expérience opérationnelle considérable. Elle s'est déployée au Kosovo sur l'Op Agricola, en Irak sur l'Op Telic (trois fois), en Afghanistan sur l'Op Herrick (trois fois) et en Irlande du Nord sur l'Op Banner (pendant deux ans).

Elle s'est spécialisée dans la fourniture de mesures de sauvetage pour contrer les engins explosifs radiocommandés et a reçu le MBE pour son travail en Irak, en Afghanistan et en Irlande du Nord.

Au cours de sa dernière tournée opérationnelle de neuf mois en Afghanistan, elle a été intégrée au Corps des Marines des États-Unis et, entre autres tâches, était responsable du mentorat et de la formation des directeurs des communications des services en uniforme locaux (armée, police, patrouille des frontières) à Helmand , dit-elle, cela lui a beaucoup appris sur la valeur d'un dialogue authentique (et lui a laissé un amour du thé à la cardamome et des dattes).

Revenant sur sa carrière militaire, elle déclare: "J'ai eu le privilège de commander des soldats qui étaient des experts techniques et des forces absolues de la nature. C'était une joie de servir avec eux."

Une "geek de la défense" avouée, Zoe a étudié la technologie de l'espace de combat à l'Université de Cranfield où elle a élargi ses connaissances en armure lourde et en armes "exquises". Elle étudie actuellement pour un MBA pendant son temps libre.

Zoe, dont le mari David est également officier des transmissions royales à la retraite, a été élue présidente de la section bruxelloise de la Légion royale britannique en septembre 2020, succédant au commodore Darren Bone RN. Elle est la première femme présidente de la branche depuis son lancement en 1922.

Le prince de Galles et futur roi Édouard VIII rencontrent les membres fondateurs de la branche en juin 1922.

White ajoute: «Je suis ravi d'assumer le rôle de président de la filiale. C'est à la fois une façon de continuer de manière significative mon service auprès des anciens combattants et de ceux qui sont encore en service, et de perpétuer la tradition du Souvenir dans un pays où tant de gens ont fait le sacrifice ultime pour la vie que nous vivons aujourd'hui.

Site Web de la succursale et coordonnées. 

Belgique

La Commission approuve un programme de subventions salariales de 434 millions d'euros pour soutenir les entreprises belges touchées par l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un régime belge de subventions salariales de 434 millions d'euros pour soutenir les entreprises qui ont dû suspendre leurs activités en raison de nouvelles mesures d'urgence mises en place par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus. Le régime a été approuvé au titre de l'aide d'État Cadre temporaire.

Le programme sera ouvert aux entreprises des secteurs de l'hôtellerie, de la culture, des loisirs et de l'événementiel, des sports, des parcs de vacances et des campings, ainsi qu'aux agences de voyages, aux voyagistes et aux services d'information touristique. La mesure s'applique également à certains de leurs fournisseurs, sous réserve qu'ils aient subi une baisse significative de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture forcée de leurs clients.

L'aide publique prendra la forme de subventions directes, d'un montant correspondant aux cotisations de sécurité sociale dues par les employeurs entre juillet et septembre 2020. Le régime vise à éviter les licenciements et à aider les bénéficiaires à reprendre leurs activités après l'arrêt obligatoire. période.

La Commission a constaté que le régime belge était conforme aux conditions énoncées dans la Cadre temporaire. En particulier, le soutien (i) sera accordé aux entreprises particulièrement touchées par l'épidémie de coronavirus; (ii) ne dépassera pas 80% du salaire brut du personnel bénéficiaire au cours de la période de 3 mois concernée; et iii) est soumis à la condition que les employeurs s'engagent à ne pas licencier le personnel concerné pendant les trois mois suivant l'octroi de l'aide. La Commission a conclu que le régime était nécessaire, approprié et proportionné pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans le cadre temporaire.

Sur cette base, la Commission a approuvé la mesure conformément aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. Vous trouverez plus d'informations sur le cadre temporaire et d'autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.59297 dans le registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Continuer la lecture

Belgique

Les maisons de retraite en Belgique violent les droits de l'homme

En cliquant sur ce bouton,

on

Les droits humains fondamentaux des personnes âgées dans les maisons de retraite en Belgique ont été violés pendant la pandémie de coronavirus, a déclaré un groupe de défense des droits dans un rapport. Selon un rapport d'Amnesty International sur les maisons de retraite médicalisées en Belgique, les autorités du pays ont «abandonné» des personnes âgées dans des maisons de retraite médicalisées et elles sont décédées «tôt» faute de soins de santé suffisants, écrit Busra Nur Bilgic Cakmak.

Le rapport - préparé à partir d'entretiens avec des personnes dans des maisons de soins infirmiers, des employés et des gestionnaires en mars-octobre - a déclaré que 61% des personnes décédées pendant cette période dans le pays étaient celles qui sont restées dans des maisons de retraite. En Belgique, avec une population de 11.4 millions, 535,000 14,000 cas et plus de 19 XNUMX décès ont été enregistrés depuis le début de la pandémie de COVID-XNUMX.

Selon le rapport, les autorités ont retardé la prise de mesures pour protéger les personnes âgées qui restent dans des maisons de retraite. Le rapport a également fait valoir que jusqu'en août, la capacité de test était insuffisante pour les employés des maisons de soins infirmiers, qui ont travaillé sans équipement de protection adéquat pendant une longue période.

Continuer la lecture

Belgique

La Belgique lance des ascenseurs pour patients COVID en Allemagne

En cliquant sur ce bouton,

on

By

La deuxième vague croissante de cas de COVID-19 en Belgique l'a obligée à déplacer certains patients gravement malades, dont beaucoup sous ventilateurs, vers l'Allemagne voisine, et des ambulances aériennes ont commencé à transporter des patients belges plus loin dans le pays mardi 3 novembre, écrivez Philip Blenkinsop et .

L'opérateur d'hélicoptère transporte chaque victime de COVID dans un sac en plastique transparent géant connecté à des dispositifs médicaux. La plupart des patients transférés sont intubés et sous ventilateurs.

La Belgique a eu l'un des taux de mortalité par habitant les plus élevés de la première vague de coronavirus en mars-avril, et a maintenant le plus grand nombre par habitant de nouvelles infections confirmées d'Europe, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Le pays de 11 millions d'habitants compte 7,231 1,302 patients COVID hospitalisés, dont XNUMX XNUMX en réanimation et les hotspots locaux, comme la ville orientale de Liège, ont vu la capacité des lits de soins intensifs être atteinte.

Les ambulances ont commencé à transporter des patients de l'autre côté de la frontière la semaine dernière et ont jusqu'à présent transféré 15. Des hélicoptères d'ambulance aérienne ont commencé à transférer des patients plus profondément en Allemagne à partir de mardi.

Olivier Pirotte, coordinateur des opérations du Centre Medical Heliporte (centre médical d'hélicoptères), a déclaré que le transport aérien était nécessaire pour minimiser le temps de trajet des patients.

Un voyage comme dans la ville allemande de Münster prendrait au moins trois heures de route, mais peut être effectué jusqu'à trois fois plus rapidement par avion, et avec moins de chocs pour le patient, tels que les bosses de la route.

Martin Kotthaus, ambassadeur d'Allemagne en Belgique, a déclaré qu'un mécanisme avait été mis en place pour permettre aux patients belges de se transférer dans des hôpitaux de l'État allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie, où il y a plus de capacité disponible.

«Dans la première vague, l'Allemagne comptait plus de 230 patients d'Italie, de France et des Pays-Bas. Maintenant, nous étendons notre aide à la Belgique », a-t-il déclaré à Reuters. «Mais à l'avenir, ce sont peut-être les Allemands qui devraient venir en Belgique.»

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance