Suivez nous sur

Energie

Investir dans de nouvelles infrastructures énergétiques: feu vert pour des subventions de l'UE d'une valeur de près d'un milliard d'euros

En cliquant sur ce bouton,

on

Les États membres de l'UE ont approuvé une proposition de la Commission visant à investir 998 millions d'euros dans Projets d'infrastructure énergétique européens sous le L'interconnexion en Europe (CEF). Une aide financière sera accordée pour les travaux et études de dix projets, conformément aux objectifs de la Green Deal européen; 84% des financements vont à des projets d'électricité ou de réseaux intelligents. Le montant le plus élevé va au Projet de synchronisation balte (720 millions d'euros), pour mieux intégrer les marchés de l'électricité de l'Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie et de la Pologne.

Rencontre avec le président lituanien et les premiers ministres d'Estonie, de Lettonie et de Pologne pour célébrer le financement du projet de synchronisation balte, la présidente Ursula von der Leyen (photo) a affirmé Mme Plante.: «Aujourd'hui est un jour très important pour l'Europe. C'est un moment décisif pour mettre fin à l'isolement du marché énergétique balte. Ce projet est bon pour connecter l'Europe, bon pour notre sécurité énergétique et bon pour le Green Deal européen. »

Le commissaire à l'énergie, Kadri Simson, a déclaré: «Ces dix projets contribueront à un système d'infrastructure énergétique plus moderne, plus sûr et plus intelligent, ce qui est essentiel pour réaliser le Green Deal européen et atteindre nos ambitieux objectifs climatiques à l'horizon 2030. La décision d'hier marque une étape décisive dans le processus de synchronisation balte en particulier, un projet d'intérêt stratégique européen. Ces investissements contribueront à soutenir la reprise économique de l'UE et à créer des emplois. »

Parmi les dix projets, il y en a deux pour le transport d'électricité, un pour les réseaux électriques intelligents, six pour le transport du CO2 et un pour le gaz. Les remarques du Président à la réunion de ce matin sont disponibles ici et un communiqué de presse sur le financement des dix projets est disponible ici.

Energie

Nord Stream-2 et sanctions américaines

En cliquant sur ce bouton,

on

Les menaces de sanctions de Washington contre le projet Nord Stream-2 ne sont rien de plus que des tentatives d'évincer la Russie du marché européen du gaz avec des instruments non marchands. C'est ce qu'a déclaré Elena Burmistrova, responsable de l'exportation de Gazprom ("fille" de Gazprom PJSC), lors d'une conférence en ligne, écrit Alexi Ivanov, correspondant à Moscou.

"Malheureusement, il existe une menace supplémentaire, qui affecte de plus en plus notre coopération, c'est une confrontation politique en général et, en particulier, la menace de sanctions américaines contre le Nord Stream-2", a-t-elle déclaré.

Selon Burmistrova, les fournisseurs américains de gaz naturel liquéfié (GNL) ont perturbé le marché européen et sont incapables de le stabiliser. «Les États-Unis essaient maintenant d'évincer la Russie en utilisant des instruments non marchands», estime le principal gestionnaire.

Les menaces américaines d'imposer des sanctions sur Nord stream 2 sont des tentatives d'évincer la Russie du marché européen du gaz avec des instruments non marchands, a déclaré Elena Burmistrova.

Auparavant, l'ambassadeur de Russie aux États-Unis, Anatoly Antonov, avait déclaré que les actions de la partie américaine en relation avec le "Nord stream - 2" étaient causées par le désir de faire payer à Moscou une politique étrangère indépendante.

Pendant ce temps, début octobre, le Danemark a trouvé un moyen de contourner les sanctions américaines contre Nord Stream-2. Selon de nombreux reportages, Copenhague, qui traînait les pieds depuis de nombreuses années avec un permis pour construire la canalisation, a donné le feu vert pour son opération à l'avance et comment cela affecterait l'achèvement du projet.

Le premier jour des travaux du nouveau gouvernement polonais, au cours duquel le poste de vice-premier ministre responsable de la sécurité nationale a été confié au russophobe Jaroslaw Kaczynski, le chef du régulateur antitrust polonais UOKiK Tomasz Krustny a déclaré que son ministère avait achevé le enquête sur Nord Stream-2 la veille et a décidé d'infliger une amende de 29 milliards de zlotys (7.6 milliards de dollars) au Russe Gazprom. A Varsovie, ils sont convaincus que les participants au projet auraient dû préalablement notifier l'UOKiK et obtenir leur consentement.

"Nous parlons de construction sans le consentement de la chancelière allemande antimonopole Angela Merkel fait des déclarations similaires:" Nous avons des points de vue différents sur Nord stream-2. Nous considérons ce projet comme économique. Nous sommes en faveur de la diversification. Le projet ne constitue pas une menace pour la diversification », a déclaré l'homme politique lors d'une réunion avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki en février 2020.

Les Allemands sont vraiment favorables à la diversification. La doctrine énergétique allemande pour les trois prochaines années fait référence à la construction de terminaux de réception de gaz naturel liquéfié (GNL). Bref, Berlin allait importer du carburant d'autres fournisseurs: américains ou qatariens. Cela semble quelque peu étrange, étant donné les relations actuelles entre l'Allemagne et Gazprom (dans lesquelles l'Allemagne a toutes les chances de devenir un acteur clé sur le marché européen de l'énergie). Dans le même temps, le coût du GNL est nettement plus cher que le gaz principal. Sans compter que la construction d'infrastructures GNL coûte également de l'argent (au moins 500 millions d'euros pour un terminal à Brunsbuttel, selon Bloomberg).

En revanche, la même doctrine énergétique allemande prescrit un rejet complet de l'utilisation du charbon (d'ici 2050). Ceci est fait pour des raisons environnementales. Le charbon est un combustible peu coûteux, mais son utilisation est dangereuse en raison des substances nocives rejetées dans l'atmosphère. Le gaz est un type de carburant beaucoup plus sûr pour l'environnement. Il s'avère que la demande en provenance de l'Allemagne augmentera, mais les Allemands ne pourront pas satisfaire leurs besoins en gaz en important du GNL des États-Unis et du Qatar. Très probablement, les plans de Berlin pour le gaz naturel liquéfié ne sont qu'une étape pour diversifier les approvisionnements, mais le pays ne sera pas en mesure de refuser le carburant russe, disent les experts.

L'Allemagne a toujours été le principal lobbyiste pour la construction du Nord Stream-2. Cela est compréhensible: après la mise en service du gazoduc, l'Allemagne deviendra le plus grand hub gazier d'Europe, gagnant à la fois des points politiques et des flux financiers. Deux sociétés allemandes participent à la construction de la deuxième branche de Nord stream: E.ON et Wintershall (toutes deux détenant 10% chacune).

L'autre jour, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, a affirmé que le projet de gazoduc était économique. "Nord stream-2 est un projet au sein de l'économie privée. Il s'agit d'un projet purement commercial et économique", a déclaré Maas citée par TASS.

La chancelière allemande Angela Merkel fait des déclarations similaires: "Nous avons des points de vue différents sur Nord stream. Nous considérons ce projet comme économique. Nous sommes en faveur de la diversification. Le projet ne constitue pas une menace pour la diversification", a déclaré le politicien lors d'une réunion. avec le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki en février 2020.

Il semble que personne d'autre en Europe ne se soucie de la question des sanctions américaines liées à la construction du gazoduc Nord stream-2. Ils ont compris depuis longtemps que leurs propres intérêts économiques sont beaucoup plus importants que les revendications américaines, et par conséquent ils essaient de surmonter la pression américaine de toutes les manières possibles dans l'intérêt de leurs avantages économiques.

Continuer la lecture

Biocarburants

La Commission approuve la prolongation d'un an de l'exonération fiscale pour les biocarburants en Suède

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, la prolongation de la mesure d'exonération fiscale pour les biocarburants en Suède. La Suède a exempté les biocarburants liquides de la taxation de l'énergie et du CO₂ depuis 2002. Le régime a été prolongé à la suite de la décision de la Commission dans l'affaire SA. 48069 en 2017 jusqu'au 31 décembre 2020. Par cette décision, la Commission approuve une prolongation d'un an de l'exonération fiscale (du 01er janvier 2021 au 31 décembre 2021).

L’objectif de la mesure d’exonération fiscale est d’accroître l’utilisation des biocarburants et de réduire l’utilisation de combustibles fossiles dans les transports. La Commission a évalué les mesures au regard des règles de l'UE en matière d'aides d'État, en particulier Lignes directrices sur les aides d'État à la protection de l'environnement et à l'énergie 2014-2020. La Commission a estimé que les exonérations fiscales sont nécessaires et appropriées pour stimuler la production et la consommation de biocarburants nationaux et importés, sans fausser indûment la concurrence dans le marché unique. En outre, le programme contribuera aux efforts de la Suède et de l'UE dans son ensemble pour mettre en œuvre l'accord de Paris et progresser vers les objectifs 2030 en matière d'énergies renouvelables et de CO₂.

Le soutien aux biocarburants d'origine alimentaire devrait rester limité, conformément aux seuils imposés par la directive révisée sur les énergies renouvelables. En outre, l'exemption ne peut être accordée que lorsque les opérateurs démontrent le respect des critères de durabilité, qui seront transposés par la Suède comme l'exige la directive révisée sur les énergies renouvelables. Sur cette base, la Commission a conclu que la mesure était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations seront disponibles sur la Commission concurrence site Internet, Registre des aides d'État sous le numéro SA.55695.

Continuer la lecture

Electricité interconnectivité

La Commission approuve la prolongation de deux mesures d'électricité grecques

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, la prolongation pour une période limitée de deux mesures grecques, un mécanisme de flexibilité et un régime d'interruptibilité, pour soutenir la transition vers la nouvelle conception du marché de l'électricité. Dans le cadre du mécanisme de flexibilité, initialement approuvé par la Commission le 30 juillet 2018 (SA 50152), les fournisseurs de capacité électrique flexibles tels que les centrales électriques au gaz, les centrales hydrauliques flexibles et les opérateurs de réponse à la demande peuvent obtenir un paiement pour être disponibles pour produire de l'électricité ou, dans le cas des opérateurs à la demande, d'être prêts à réduire leur consommation d'électricité.

Cette flexibilité de la capacité électrique permettra au gestionnaire de réseau de transport grec (GRT) de faire face à la variabilité de la production et de la consommation d'électricité. Dans le cadre du régime d'interruptibilité, initialement approuvé par la Commission le 07 février 2018 (SA.48780), la Grèce indemnise les gros consommateurs d'énergie pour avoir accepté d'être volontairement déconnectés du réseau lorsque la sécurité de l'approvisionnement en électricité est menacée, comme cela s'est produit par exemple pendant la crise du gaz dans l'hiver froid de décembre 2016 / janvier 2017.

La Grèce a notifié à la Commission son intention de prolonger le mécanisme de flexibilité jusqu'en mars 2021 et le régime d'interruptibilité jusqu'en septembre 2021. La Commission a évalué les deux mesures dans le cadre du Lignes directrices concernant les aides d'État à la protection de l'environnement et à l'énergie 2014-2020.

La Commission a estimé que la prolongation des deux mesures était nécessaire pour une période limitée, compte tenu des réformes en cours sur le marché grec de l'électricité. Elle a également constaté que l’aide est proportionnée car la rémunération des bénéficiaires est fixée au moyen d’une enchère concurrentielle et évite ainsi une surcompensation. Sur cette base, la Commission a approuvé les mesures conformément aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations seront disponibles sur la Commission concurrence site Internet, registre des cas publics, sous les numéros SA.56102 et SA.56103.

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance