Un projet de loi en Pologne pour interdire l'abattage religieux des animaux à des fins d'exportation "est une profonde préoccupation pour la communauté juive européenne", a déclaré jeudi 1er octobre le rabbin Menachem Margolin, président de l'Association juive européenne (EJA), écrit

Le soi-disant projet de loi sur le bien-être des animaux, proposé par le parti au pouvoir pour la loi et la justice (PiS), a été adopté par la Chambre des députés ou Sjem et demande maintenant l'approbation du Sénat.

Cela pourrait avoir des ramifications massives pour les communautés juives européennes, car il verrait une partie centrale et vitale d'une pratique juive, la shechita, qui a eu lieu pendant des millénaires piétinée et effectivement anéantie - l'accès et la fourniture de viande casher.

Pour les juifs européens, la législation comporte également de multiples alarmes rouges et clignotantes. L'histoire a montré à plusieurs reprises que la salve d'ouverture dans les tentatives de punir, ostraciser, marginaliser et finalement détruire les communautés juives commence toujours par l'interdiction des principes centraux de la foi juive tels que les lois casher et la circoncision, avant de s'installer dans un territoire beaucoup plus sombre.

Les militants pour le bien-être des animaux s'opposent à l'abattage d'animaux pour la viande casher car il empêche l'étourdissement avant que les animaux ne soient coupés. Les partisans de la pratique rejettent les affirmations qu'elle est cruelle et disent qu'elle induit une mort rapide et humaine pour l'animal.

«Ce projet de loi place les affirmations non prouvées et non scientifiques sur le bien-être animal au-dessus de la liberté de religion, violant un pilier central de la charte des droits fondamentaux de l'UE», a déclaré le rabbin Margolin dans son communiqué.

Dans son article 10, la charte stipule: << Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Ce droit comprend la liberté de changer de religion, de croyance et de liberté, seul ou en communauté avec d'autres, et en public ou en privé, religion ou croyance manifeste, dans le culte, l'enseignement, la pratique et l'observance. "

 Le projet de loi, a noté Margolin, "cherche de manière si alarmante à contrôler et à chiffrer les effectifs de la pratique juive en donnant au ministre de l'Agriculture le pouvoir de déterminer les qualifications des personnes qui pratiquent l'abattage religieux".

Le `` schochet '', la personne chargée d'accomplir l'abattage entreprend des années de formation continue et s'engage, en vertu de la stricte loi juive, à faire en sorte que l'animal subisse le moins de souffrances et de stress possible avant et pendant l'abattage lui-même, expliqua le rabbin.

Il a poursuivi: "Le projet de loi exigera également une détermination de la quantité de viande casher dont la communauté juive locale a besoin. Comment cela doit-il être fait? En créant et en supervisant une liste des Juifs en Pologne"? Cette loi, si elle est adoptée, porte avec lui un ressac sombre et sinistre pour les Juifs, un retour à l'occupation, où la pratique et la croyance ont été initialement ciblées comme les premiers pas sur la route de notre destruction finale. "

La Pologne est l'un des plus grands exportateurs européens de viande casher.

"La communauté juive européenne a entretenu une relation fructueuse et coopérative avec la Pologne en tant que principal fournisseur de viande casher pour nos communautés. La Pologne, en fait, est un fournisseur central de nos besoins. La question doit être posée, pourquoi maintenant? À quelle fin? " a demandé au rabbin Margolin, qui a exhorté le gouvernement polonais, son parlement, ses sénateurs et le président polonais à mettre fin à cette loi.

"Non seulement pour défendre les valeurs inscrites dans la Charte européenne des droits fondamentaux protégeant la liberté de religion, mais aussi pour faire une déclaration claire de solidarité selon laquelle elle soutiendra et soutiendra la communauté juive européenne en tant que partie intrinsèque du tissu social européen, et ne nous sacrifiera pas, nos croyances et notre pratique sur l'autel de la politique », a conclu le rabbin Margolin.