Suivez nous sur

Cyber-espionnage

Les pays de l'UE testent leur capacité à coopérer en cas de cyberattaques

En cliquant sur ce bouton,

on

Les États membres de l'UE, l'Agence de l'UE pour la cybersécurité (ENISA) et la Commission européenne se sont réunis pour tester et évaluer leurs capacités de coopération et leur résilience en cas de crise de cybersécurité. L'exercice, organisé par les Pays-Bas avec le soutien de l'ENISA, est une étape clé vers l'achèvement des procédures opérationnelles pertinentes. Ces derniers sont développés dans le cadre de la Groupe de coopération des NEI, sous la direction de la France et de l'Italie, et visent un partage d'informations et une réponse aux incidents plus coordonnés entre les autorités de cybersécurité de l'UE.

En outre, les États membres, avec le soutien de l'ENISA, ont lancé aujourd'hui le Cyber ​​Crisis Liaison Organization Network (CyCLONe) visant à faciliter la coopération en cas d'incidents informatiques perturbateurs.

Le commissaire chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «Le nouveau réseau d'organisation de liaison en cas de crise cybernétique indique une fois de plus une excellente coopération entre les États membres et les institutions de l'UE pour garantir la cybersécurité de nos réseaux et de nos systèmes critiques. La cybersécurité est une responsabilité partagée et nous devons travailler collectivement à la préparation et à la mise en œuvre de plans d'intervention d'urgence rapide, par exemple en cas de cyberincident ou de crise à grande échelle. »

Le directeur exécutif de l'ENISA, Juhan Lepassaar, a ajouté: "Les cyber-crises n'ont pas de frontières. L'Agence de l'UE pour la cybersécurité s'est engagée à soutenir l'Union dans sa réponse aux cyberincidents. Il est important que les agences nationales de cybersécurité se réunissent pour coordonner la prise de décision à tous les niveaux. . Le groupe CyCLONe traite ce lien manquant. »

Le réseau CyCLONe garantira que les informations circulent plus efficacement entre les différentes structures de cybersécurité dans les États membres et permettra de mieux coordonner les stratégies nationales de réponse et les évaluations d'impact. Par ailleurs, l'exercice organisé fait suite à la Recommandation de la Commission sur un Réponse coordonnée aux incidents et crises de cybersécurité à grande échelle (Blueprint) qui a été adopté en 2017.

Plus d'informations sont disponibles dans ce Communiqué de presse de l'ENISA. Pour plus d'informations sur la stratégie de cybersécurité de l'UE, consultez ces Q & A et cette brochure.

Cyber-espionnage

Rapport sur le paysage des menaces de l'UE: les cyberattaques sont de plus en plus sophistiquées, ciblées et généralisées

En cliquant sur ce bouton,

on

Le 20 octobre, l'Agence de l'Union européenne pour la cybersécurité (ENISA) a publié son rapport annuel résumant les principales cybermenaces rencontrées entre 2019 et 2020. Le rapport révèle que les attaques ne cessent de s'étendre en devenant plus sophistiquées, ciblées, généralisées et souvent non détectées, tandis que pour la plupart d'entre eux, la motivation est d'ordre financier. Il y a également une augmentation du phishing, du spam et des attaques ciblées sur les plateformes de médias sociaux. Pendant la pandémie de coronavirus, la cybersécurité des services de santé a été remise en question, tandis que l'adoption de régimes de télétravail, d'apprentissage à distance, de communication interpersonnelle et de téléconférence a également changé le cyberespace.

L'UE prend des mesures énergiques pour renforcer les capacités de cybersécurité: elle actualisera la législation dans le domaine la cyber-sécurité, avec un nouveau Stratégie de cybersécurité à venir d'ici la fin de 2020 et investit dans recherche en cybersécurité et renforcement des capacités, ainsi que dans la sensibilisation aux nouvelles cybermenaces et tendances, par exemple à travers Mois de la cybersécurité campagne. Le rapport sur le paysage des menaces de l'ENISA est disponible ici et un communiqué de presse est disponible ici.

Continuer la lecture

Cyber-espionnage

La Commission lance # Women4Cyber ​​- Un registre de talents dans le domaine de la cybersécurité

En cliquant sur ce bouton,

on

Le 7 juillet, la Commission, conjointement avec l'initiative Women4Cyber ​​de la Organisation européenne de la cybersécurité (ECSO) a lancé le premier enregistrement des femmes européennes dans la cybersécurité qui mettra en relation des groupes d'experts, des entreprises et des décideurs politiques avec des talents dans le domaine.

Le registre est une base de données ouverte et conviviale de femmes ayant une expertise en cybersécurité, visant à répondre à la demande croissante de professionnels de la cybersécurité en Europe et à la pénurie de talents qui en découle. Son lancement fait suite à la Agenda européen des compétences pour une compétitivité durable, l'équité sociale et la résilience que la Commission a présenté le 1er juillet 2020.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe adaptée à l'ère numérique, a déclaré: «La cybersécurité est l'affaire de tous. Les femmes apportent leur expérience, leurs perspectives et leurs valeurs dans le développement de solutions numériques. Il est important à la fois d’enrichir la discussion et de rendre le cyberespace plus sûr. »

Promouvoir notre mode de vie européen La vice-présidente Margaritis Schinas a déclaré: «Le domaine de la cybersécurité souffre d'une pénurie massive de compétences. Cette pénurie de talents est exacerbée par le manque de représentation féminine sur le terrain. L'agenda des compétences mis à jour adopté par la Commission la semaine dernière vise à combler ces lacunes. Une main-d'œuvre diversifiée en cybersécurité contribuera certainement à une cybersécurité plus innovante et plus robuste. Le registre lancé aujourd'hui sera un outil utile pour promouvoir les femmes professionnelles de la cybersécurité et créer un écosystème de cybersécurité plus diversifié et inclusif.

Le commissaire chargé du marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «Au fil des ans, nous avons encouragé diverses initiatives fructueuses visant à accroître la formation aux compétences numériques, notamment dans le domaine de la cybersécurité. Chaque cyber-équipe doit combiner diverses compétences combinant science des données, analyse et communication. Le registre est un outil visant à atteindre un meilleur équilibre entre les sexes dans le personnel de cybersécurité. »

Le registre, qui présente divers profils et cartographie divers domaines d'expertise, est accessible à tous et sera mis à jour régulièrement. Plus d'informations sur l'initiative Women4Cyber ​​sont disponibles ici, à propos de la stratégie de cybersécurité de la Commission ici et vous pouvez rejoindre le registre Women4Cyber ​​en cliquant sur ici.

Continuer la lecture

Business

#EU Cybersecurity: la Commission lance une consultation publique sur la directive NIS

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a lancé un consultation publique sur la révision de la Directive sur la sécurité des réseaux et des systèmes d'information (la directive NIS). Depuis que la directive actuelle est entrée en vigueur en 2016, le paysage des cybermenaces a évolué rapidement. La Commission envisage à présent de lancer la procédure de révision des la directive NIS, en commençant par une consultation publique qui vise à recueillir des avis sur sa mise en œuvre et sur l'impact d'éventuels changements futurs.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré: «Alors que notre vie quotidienne et nos économies dépendent de plus en plus des solutions numériques, nous avons besoin d'une culture de sécurité de pointe dans des secteurs vitaux qui reposent sur les technologies de l'information et de la communication.»

Promouvoir notre mode de vie européen La vice-présidente Margaritis Schinas a déclaré: «La révision de la directive sur les réseaux et les systèmes d'information fait partie intégrante de notre prochaine stratégie de l'Union de la sécurité de l'UE qui fournira une approche coordonnée et horizontale de l'UE face aux défis de sécurité».

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «La crise des coronavirus a mis en évidence l'importance d'assurer la résilience de nos infrastructures de réseau, en particulier dans des secteurs sensibles tels que la santé. Cette consultation est l'occasion pour les parties prenantes d'informer la Commission sur l'état de préparation des entreprises et organisations en matière de cybersécurité et de proposer des moyens de l'améliorer davantage.

Depuis son adoption, le Directive NIS a veillé à ce que les États membres soient mieux préparés aux cyberincidents et ont renforcé leur coopération grâce au Groupe de coopération des NEI. Elle oblige les entreprises qui fournissent des services essentiels dans des secteurs vitaux, à savoir l'énergie, les transports, la banque, les infrastructures des marchés financiers, la santé, l'approvisionnement et la distribution d'eau et les infrastructures numériques, ainsi que les principaux fournisseurs de services numériques, tels que les moteurs de recherche, les services de cloud computing ou en ligne marchés, pour protéger leurs systèmes informatiques et signaler les incidents majeurs de cybersécurité aux autorités nationales.

La consultation, qui sera ouverte jusqu'au 2 octobre 2020, sollicite les opinions et les expériences de toutes les parties prenantes et citoyens intéressés. Plus d'informations sur les actions de l'UE visant à renforcer les capacités de cybersécurité sont disponibles ici et dans ces questions et réponses, et plus d'informations sur le travail du groupe de coopération NIS sont ici.

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance