Suivez nous sur

Les arts ;

Les `` chers camarades '' d'Andrey Konchalovsky de Russie salués par la critique au Festival de Venise

En cliquant sur ce bouton,

on

Chers camarades, le film réalisé par le célèbre réalisateur russe Andrey Konchalovsky, a reçu de nombreuses récompenses de la part de la critique au Festival de Venise cette année. Le 77e Festival international du film, premier événement majeur dans le monde de l'art depuis le verrouillage mondial, est sur le point de se terminer à Venise demain (12 septembre). Le programme principal du festival comprenait 18 films, dont des œuvres des États-Unis (Nomadland par Chloé Zhao et Le monde à venir par Mona Fastvold), Allemagne (Et demain le monde entier par Julia von Heinz), Italie (Les soeurs Macaluso par Emma Dante et Padrenostro par Claudio Noce), France (Les amoureux par Nicole Garcia), entre autres.

La critique a été acclamée par la "Cher camarades "film, le drame historique réalisé par le russe Andrey Konchalovsky et produit par le philanthrope et homme d'affaires russe Alisher Usmanov. Usmanov est également le principal mécène du film.

Le noir et blanc stylistique Chers camarades raconte l'histoire d'une tragédie de l'ère soviétique. À l'été 1962, les employés de l'une des plus grandes entreprises du pays - une usine locale de locomotives électriques à Novotcherkassk - se sont rendus à un rassemblement pacifique, manifestant contre la hausse du coût des denrées alimentaires de base, associée à une augmentation du taux de production, ce qui a conduit à une baisse des salaires.

Avec d'autres habitants de la ville se joignant aux grévistes de l'usine, la manifestation s'est généralisée. Selon les forces de l'ordre, environ cinq mille personnes y ont participé. La manifestation a été rapidement et brutalement réprimée par des unités militaires armées. Plus de 20 personnes, dont des passants, sont décédées des suites de la fusillade sur la place près du bâtiment de l'administration de la ville, et 90 autres ont été blessées, selon la version officielle des événements. Le nombre réel de victimes, que beaucoup considèrent comme supérieur aux données officielles, est encore inconnu. Plus d'une centaine de participants aux émeutes ont par la suite été condamnés, dont sept ont été exécutés.

On pense que cette tragédie a entraîné la fin du «dégel de Khrouchtchev» et le début d'une longue période de stagnation tant de l'économie que de la mentalité du pays. Ce moment tragique de l'histoire soviétique a été immédiatement classé et n'a été rendu public qu'à la fin des années 1980. Malgré cela, de nombreux détails ne sont pas devenus de notoriété publique et ont reçu jusqu'à présent peu d'attention académique. Le réalisateur et scénariste du film Andrei Konchalovsky a dû reconstituer les événements, collecter des documents d'archives et s'entretenir avec les descendants de témoins oculaires qui ont également pris part au tournage.

Au cœur du film se trouve l'histoire du personnage idéologique et intransigeant Lyudmila, une fervente communiste. Sa fille, sympathisant avec les manifestants, disparaît dans le chaos intense des manifestations. C'est un moment décisif qui voit les convictions autrefois inébranlables de Lyudmila commencer à perdre leur stabilité. «Chers camarades!» sont les premiers mots d'un discours qu'elle s'apprête à prononcer devant les membres du Parti communiste, dans l'intention de dénoncer les «ennemis du peuple». Mais Lyudmila ne trouve jamais la force de prononcer ce discours, traversant le drame personnel le plus difficile, qui la dépouille de son engagement idéologique.

Ce n'est pas la première fois que Konchalovsky aborde des thèmes historiques. Ayant commencé sa carrière au début des années 1960, il a exploré un certain nombre de genres différents (ceux-ci comprenaient des sorties hollywoodiennes populaires comme Les amants de Maria (1984), Runaway Train (1985), et Tango & Cash (1989), avec Sylvester Stallone et Kurt Russell), tandis que son travail ultérieur se concentre sur des drames historiques déconstruisant des personnalités et des destins compliqués.

Ce n'est pas non plus la première fois que Konchalovsky est nominé au Festival de Venise: en 2002, son Maison des fous a reçu un prix spécial du jury, tandis que Konchalovsky a reçu deux Silver Lions du meilleur réalisateur: Les nuits blanches du facteur (2014) et Paradise (2016), ce dernier étant la première expérience de Konchalovsky en collaboration avec le magnat russe des métaux et de la technologie, le célèbre philanthrope Alisher Usmanov, qui est intervenu en tant que producteur du film. Leur dernier film Péché, qui a également été un énorme succès, raconte l'histoire de la vie du célèbre sculpteur et peintre de la Renaissance Michelangelo Buonarroti. Vladimir Poutine a notamment offert une copie du film au pape François en 2019.

Alors que nous ne saurons jamais si le pape a apprécié Péché, Le nouveau drame historique de Konchalovsky Chers camarades semble avoir gagné le cœur des critiques à Venise cette année. Le film, contrairement à de nombreuses autres œuvres sorties récemment en Russie, est une pièce de cinéma très originale, qui capture à la fois parfaitement l'atmosphère et le sentiment de l'époque et résume les contradictions détaillées qui régnaient dans la société soviétique à l'époque.

Le film ne défend pas son propre agenda politique, n'offre ni lignes droites ni réponses définitives, mais ne fait pas non plus de compromis, offrant une attention intense aux détails historiques. C'est aussi une tentative d'offrir une image équilibrée de l'époque. Le réalisateur a déclaré à propos de l'ère soviétique: «Nous avons traversé une période historique dramatique mais extrêmement charnière qui a donné au pays une impulsion puissante.»

Chers camarades donne aux téléspectateurs occidentaux la possibilité d'acquérir une large compréhension de la Russie grâce à une représentation précise de l'ère soviétique et de ses personnages. Le film est loin d'être une production hollywoodienne typique, ce que nous nous attendons à ce que les téléspectateurs trouvent rafraîchissant. Le film sera dans les salles à partir de novembre.

Andrei Konchalovsky

Andrei Konchalovsky est un réalisateur russe de renom connu pour ses drames fascinants et ses représentations viscérales de la vie en Union soviétique. Ses œuvres notables comprennent Sibériade (1979), Runaway Train (1985), L'Odyssée (1997), Les nuits blanches du facteur (2014) et Paradise complète au niveau des unités (2016).

Les œuvres de Konchalovsky lui ont valu un certain nombre de distinctions, y compris le Cannes Grand Prix Spécial du Jury, à Prix ​​FIPRESCI, Deux Lions d'argent, Trois Prix ​​Golden Eagle, Primetime Emmy Award, ainsi qu'un certain nombre de décorations internationales d'État.

Alisher Usmanov

Alisher Usmanov est un milliardaire, entrepreneur et philanthrope russe qui a apporté une contribution substantielle aux arts depuis les débuts de sa carrière. Au cours des 15 dernières années, selon Forbes, les entreprises d'Usmanov et ses fondations ont consacré plus de 2.6 milliards de dollars à l'organisation caritative. Il a également notamment promu l'art russe à l'étranger, a soutenu la restauration de bâtiments et monuments historiques à l'international. Usmanov est le fondateur de l'Art, Science and Sport Foundation, une organisation caritative, qui s'associe à de nombreuses institutions culturelles de premier plan.

Les arts ;

Le livre de l'historien russe Oleg Kuznetsov réitère l'avertissement d'Umberto Eco sur la menace nazie

En cliquant sur ce bouton,

on

Chacun de nos lecteurs, quelle que soit sa nationalité, ses opinions politiques ou ses croyances religieuses, conserve une partie de la douleur du XXe siècle dans son âme. Douleur et mémoire de ceux qui sont morts dans la lutte contre le nazisme. L'histoire des régimes nazis du siècle dernier, d'Hitler à Pinochet, prouve incontestablement que le chemin du nazisme emprunté par n'importe quel pays a des traits communs. Quiconque, sous prétexte de préserver l'histoire de son pays, réécrit ou cache les vrais faits, ne fait que plonger son peuple dans l'abîme en imposant cette politique agressive aux États voisins et au monde entier.

En 1995, Umberto Eco, l'un des écrivains les plus célèbres au monde et auteur de livres à succès tels que Pendule de Foucault et Le nom de la rose, a participé à un symposium organisé par les départements italien et français de l'Université Columbia à New York ( le jour de la célébration de l'anniversaire de la libération de l'Europe du nazisme). Eco s'est adressé au public avec son essai Eternal Fascism qui contenait un avertissement au monde entier sur le fait que la menace du fascisme et du nazisme persiste même après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les définitions inventées par Eco diffèrent des définitions classiques du fascisme et du nazisme. Il ne faut pas chercher de parallèles clairs dans ses formulations ni signaler d'éventuelles coïncidences; son approche est assez particulière et parle plutôt des caractéristiques psychologiques d'une certaine idéologie qu'il a qualifiée de «fascisme éternel». Dans le message au monde, l'écrivain dit que le fascisme ne commence ni par les marches courageuses des chemises noires, ni par la destruction des dissidents, ni par les guerres et les camps de concentration, mais avec une vision du monde et une attitude très spécifiques des gens, avec leurs habitudes culturelles. , des instincts sombres et des impulsions inconscientes. Ils ne sont pas la véritable source des événements tragiques qui secouent des pays et des continents entiers.

De nombreux écrivains recourent encore à ce sujet dans leurs œuvres journalistiques et littéraires, tout en oubliant souvent que, dans ce cas, la fiction artistique est peu appréciée, et parfois criminelle. Publié en Russie, le livre State Policy of Glorification of Nazism in Armenia de l'historien militaire Oleg Kuznetsov réitère les propos d'Umberto Eco: «Nous avons besoin d'un ennemi pour donner de l'espoir aux gens. Quelqu'un a dit que le patriotisme est le dernier refuge des lâches; ceux qui n'ont pas de principes moraux s'enroulent généralement autour d'eux et les salauds parlent toujours de la pureté de la race. L'identité nationale est le dernier bastion des dépossédés. Mais le sens de l'identité repose désormais sur la haine, sur la haine de ceux qui ne sont pas les mêmes. La haine doit être cultivée comme une passion civique. »

Umberto Ecp savait de première main ce qu'était le fascisme, puisqu'il a grandi sous la dictature de Mussolini. Né en Russie, Oleg Kuznetsov, comme presque toutes les personnes de son âge, a développé son attitude envers le nazisme en se basant non pas sur des publications et des films, mais principalement sur les témoignages de témoins oculaires qui ont survécu à la Seconde Guerre mondiale. N'étant pas un politicien mais parlant au nom du peuple russe ordinaire, Kouznetsov commence son livre par les paroles que le chef de son pays d'origine a prononcées le 9 mai 2019, le jour où la victoire sur le fascisme est célébrée: «Aujourd'hui, nous voyons comment dans un nombre d'Etats ils déforment consciemment les événements de la guerre, comment ils idolâtrent ceux qui, ayant oublié l'honneur et la dignité humaine, ont servi les nazis, comment ils mentent sans vergogne à leurs enfants, trahissent leurs ancêtres ». Les procès de Nuremberg ont toujours été et continueront d'être un obstacle à la renaissance du nazisme et de l'agression en tant que politique de l'État - à la fois de nos jours et à l'avenir. Les résultats des épreuves sont un avertissement à tous ceux qui se considèrent comme les «maîtres élus des destinées» des États et des peuples. Le but du tribunal pénal international de Nuremberg était de condamner les dirigeants nazis (principaux inspirateurs idéologiques et chefs), ainsi que les actions cruelles injustifiées et les outrages sanglants, et non le peuple allemand tout entier.

À cet égard, le représentant britannique aux procès a déclaré dans son discours de clôture: «Je répète une fois de plus que nous ne cherchons pas à blâmer le peuple allemand. Notre objectif est de le protéger et de lui donner l'opportunité de se réhabiliter et de gagner le respect et l'amitié du monde entier.

Mais comment faire cela si nous laissons en son sein impunis et sans condamnation ces éléments du nazisme qui sont principalement responsables de la tyrannie et des crimes et qui, comme le tribunal peut le croire, ne peuvent pas être orientés vers la liberté et la justice? »

Le livre d'Oleg Kuznetsov est un avertissement qui ne vise pas à inciter à la haine ethnique entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan; c'est un appel au bon sens. Le plaidoyer pour exclure la falsification de faits historiques (qui permettent de manipuler les gens ordinaires) de la politique de l'État. Dans son livre, l'auteur pose la question: «La glorification sous diverses formes de nazisme en Arménie à travers la mémorialisation de la mémoire du criminel nazi Garegin Nzhdeh et sa théorie ouvertement rasée du tseharkon, la doctrine du surhomme arménien, fait l'objet d'un Les autorités dirigées de manière délibérée et systématique et la diaspora arménienne ont fait de sérieux efforts ces dernières années pour exalter la personnalité de Garegin Nzhdeh, et non quelqu'un d'autre parmi les nationalistes arméniens qui ont davantage contribué à l'apparition de la République d'Arménie sur la carte politique de le monde que Nzhdeh. »

Il y a moins d'un an, la Troisième Commission de l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté un projet de résolution (initié par la Russie) sur la lutte contre «la glorification du nazisme, du néonazisme et d'autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racis, de discrimination raciale, de xénophobie et intolérance liée. » 121 États ont voté en faveur du document, 55 se sont abstenus et deux s'y sont opposés.

On sait que la question de la lutte unifiée contre le nazisme et ses adeptes modernes a toujours été aussi fondamentale pour l’Azerbaïdjan et ses dirigeants politiques (sans aucune tolérance du moindre compromis) qu’elle l’a été pour la Russie. Le président Ilham Aliyev a parlé à plusieurs reprises - à la fois à l'Assemblée des Nations Unies et à la réunion du Conseil des chefs d'État de la CEI - de la politique de l'État de glorifier le nazisme en Arménie, citant des faits irréfutables pour prouver cette affirmation. Lors de la réunion du Conseil des ministres de la Défense de la CEI, le président Aliyev a non seulement soutenu la politique russe de lutte contre le nazisme et le néonazisme à l'échelle mondiale, mais a également élargi sa portée, désignant l'Arménie comme le pays du nazisme victorieux. Cela dit, les représentants de l'Arménie à l'ONU ont toujours voté pour l'adoption de la résolution appelant à la lutte contre toute manifestation du nazisme, tandis que les dirigeants de leur pays ont ouvertement érigé des monuments au criminel nazi Nzhdeh dans les villes d'Arménie, rebaptisées avenues, rues. , des places et des parcs en son honneur, établi des médailles, frappé des pièces de monnaie, émis des timbres-poste et financé des films racontant ses «actes héroïques». En d'autres termes, il a fait tout ce que l'on appelle «glorification du nazisme» dans le langage de la résolution pertinente de l'Assemblée générale des Nations Unies.

L'Arménie a maintenant un nouveau gouvernement, mais les autorités ne sont pas pressées d'éliminer l'héritage nazi de leurs prédécesseurs, démontrant ainsi leur attachement aux pratiques de glorification du nazisme qui avaient été adoptées dans le pays avant le coup d'État qui a eu lieu deux ans. depuis. Les nouveaux dirigeants arméniens, dirigés par le Premier ministre Nikol Pashinyan, ne pouvaient ou ne voulaient pas changer radicalement la situation dans leur pays - et se sont retrouvés soit en otages, soit en continuateurs idéologiques de la glorification du nazisme qui avait été pratiquée avant leur arrivée au pouvoir. Dans son coin, Oleg Kuznetsov dit: «À partir du Millénaire, les autorités arméniennes ont poursuivi consciemment et délibérément et, malgré le changement de régime politique dans le pays en mai 2018, poursuivent toujours un cours politique interne 21 vers la nation. Nazification par la propagande étatique de la théorie du tséhakron en tant qu'idéologie nationale de tous les Arméniens vivant à la fois en Arménie et dans la diaspora, tout en simulant les efforts internationaux pour combattre la glorification du nazisme et du néonazisme afin de masquer la culture de ces phénomènes sur le territoire sous leur contrôle, y compris les régions occupées de la République d'Azerbaïdjan. »

Fridtjof Nansen, explorateur et scientifique polaire norvégien, a noté: «L'histoire du peuple arménien est une expérience continue. Expérience de survie ». De quelle manière les expériences menées aujourd'hui par les politiciens arméniens et basées sur des manipulations de faits historiques affecteront-elles la vie des résidents ordinaires du pays? Le pays qui a donné au monde un certain nombre de scientifiques, d'écrivains et de créateurs remarquables dont les œuvres n'ont jamais été marquées du sceau du nazisme. Avec le livre de Kuznetsov révélant les faits historiques, ceux qui ont étudié en profondeur l'idéologie du nazisme allemand pourraient développer une attitude différente face aux paroles prononcées par l'Allemagne et se sentir coupables envers son peuple jusqu'à la fin de ses jours. À la fin de sa vie, il écrit: «L'histoire est une politique qui ne peut plus être corrigée. La politique est une histoire qui peut encore être corrigée ».

Oleg Kuznetsov

Oleg Kuznetsov

Continuer la lecture

Les arts ;

Le pavillon pétrolier de LUKOIL nommé meilleur projet au monde pour l'utilisation de la réalité virtuelle

En cliquant sur ce bouton,

on

LUKOIL est devenu lauréat du concours international Prix ​​Golden World de l'IPRA en quatre catégories pour la restauration du site historique Huile Pavillon au VDNKh de Moscou. Il s'agit de la plus grande exposition multimédia russe consacrée aux sciences appliquées, qui présente l'industrie pétrolière à ses visiteurs à travers des installations interactives.

Le système Pavillon du pétrole a reçu le statut de meilleur projet mondial en Jeux et réalité virtuelle, Business-to-business, Relations médias et Parrainage catégories.

C'est le deuxième LUKOIL Prix ​​Golden World de l'IPRA gagner; la société a reçu deux prix l'an dernier. La campagne de LUKOIL pour promouvoir la ville de Kogalym (Yugra) en tant que centre touristique de la Sibérie occidentale a reçu le prix du meilleur projet au monde en Voyage et tourisme et Un engagement communautaire catégories.

IPRA Golden World Awards (GWA) est le concours mondial de relations publiques et de communication le plus influent au monde.

IPRA GWA, créé en 1990, reconnaît l'excellence dans la pratique des relations publiques dans le monde entier, en tenant compte de critères tels que la créativité, la complexité de la réalisation et le caractère unique du projet. Les plus grands experts et leaders mondiaux de la communication et du marketing, y compris des représentants des différentes plus grandes entreprises, forment le jury de GWA.

Continuer la lecture

Les arts ;

Фильм «Дорогие товарищи» российского режиссера Андрея Кончаловского получил высокую оценку критиков на Венецианском кинофестивале

En cliquant sur ce bouton,

on

Фильм известного российского режиссера Андрея Кончаловского «Дорогие товарищи» получил многочисленные положительные отклики критиков на Венецианском кинофестивале этого года.

Завтра, 12 сентября, в Венеции завершится 77-й Международный кинофестиваль, первое крупное событие в мире искусства после мировой изоляции. В главной программе фестиваля было представлено 18 фильмов, в том числе работы из США ( «Земля кочевников» Хлои Чжао и «Грядущий мир» Моны Фастволд), Германии ( «А завтра весь мир» Джулии фон Хайнц), Италии ( «Сестры Макалузо» Эммы Данте и «Отче наш» Клаудио Ноче), Франции («Влюбленные» Николь Гарсиа) и других стран. Широкое одобрение критиков снискал фильм «Дорогие товарищи», историческая драма российского режиссера Андрея Кончаловского, спродюсированная российским филантропом и бизнесменом Алишером Усмановым Г-н Усманов также является главным спонсором фильма.

Стилизованная черно-белая картина «Дорогие товарищи» повествует о трагической истории из советской. Летом 1962 года рабочие одного из крупнейших предприятий страны - Новочеркасского электровозостроительного завода - вышли на мирный митинг, протестуя против повышения цен на важнейшие продукты и одновременно увеличения нормы выработки, приведшего к сокращению зарплат.

Благодаря присоединению других жителей города к бастующим заводским рабочим, протеста стал масовыт. По данным правоохранительных органов, в нем приняло участие около пяти тысяч человек. Демонстрация была быстро и жестоко подавлена ​​армейскими подразделениями. По официальной версии событий, в результате расстрела на площади у здания городской администрации погибло более 20 человек, в том числе случайные прохожие; еще 90 человек получили ранения. Реальное количество жертв, которое, по мнению многих, превышает официальные данные, до сих позревр. Более ста участников беспорядков были впоследствии осуждены, семь из них казнены.

Считается, что эта трагедия положила конец «хрущевской оттепели» и стала началом долгой эпохи застоя как в экономике, так и в сознании населения страны. Этот трагический момент советской истории был сразу же засекречен и обнародован лишь в концде 1980-вх в. Несмотря на это, многие детали до сих пор не стали достоянием общественности и не получили достаточного внимания со стороны историков. Режиссеру и сценаристу фильма Андрею Кончаловскому пришлось воссоздавать события, собирать архивные документы и беседовать с потомками очевидцев, которые также участвовали в съемках.

В центре картины - история идейной и бескомпромиссной героини Людмилы, убежденной коммунистки. Ее дочь, сочувствующая протестующим, исчезает посреди хаоса демонстрации. Это решающий момент, когда некогда непоколебимые убеждения Людмилы начинают терять силу. «Дорогие товарищи!» - вступительные слова речи, которую она готовится произнести перед членами коммунистической партии, намереваясь разоблачить «врагов народа». Но Людмила так и не находит в себе сил произнести эту речь, переживая сложную личную драмуй имеделе.

Кончаловский не в первый раз обращается к историческим темам. Начав свою карьеру в начале 1960-х, он пробовал себя в различных жанрах (среди них популярные голливудские релизы «Возлюбленные Марии» (1984), «Поезд-беглец» (1985), «Танго и Кэш» (1989) с Сильвестром Сталлоне и Куртом Расселом в главных ролях). Однако в более поздних своих работах он сосредоточился на исторических драмах, декострубирутих

Не в первый раз Кончаловский выдвигается и на Венецианский кинофестиваль: в 2002 году его «Дом дураков» был удостоен специального приза жюри, а автор картины получил два «Серебряных льва» за лучшую режиссуру фильмов «Белые ночи почтальона» 2014 и «Рай», 2016, который стал первым опытом сотрудничества Кончаловского с российским металлургическим и технологическим инвестором, известным филантропом Алишером Усмановым, выступившим в роли одного из продюсеров фильма. Их последний совместный фильм «Грех», который также пользовался большим успехом, рассказывает историю жизни известного скульптора и художника эпохи Возрождения Микеланджело Буонарроти. Примечательно, что Владимир Путин подарил копию этого фильма папе Франциску в 2019 году.

Хотя мы никогда не узнаем, насколько «Грех» понравился Папе Римскому, новая историческая драма Кончаловского «Дорогие товарищи», похоже, завоевала сердца критиков в Венеции в этом году. Фильм, в отличие от многих других работ, выпущенных за последнее время в России, является весьма оригинальным произведением кинематографа, которое прекрасно передает атмосферу и ощущение эпохи, а также детально представляет противоречия, царившие в советском обществе в то время.

Фильм не имеет собственной политической позиции, он не предлагает прямых или окончательных ответов, но и не идет на компромиссы, уделяя глубокое внимание историческим деталям. Это также попытка демонстрации сбалансированной картины того времени. Сам режиссер говорит о советской эпохе так: «Мы прошли через драматический, но чрезвычайно важный исторический период, который дал стране мощный импульс».

«Дорогие товарищи» дает западному зрителю возможность получить широкое представление о России благодаря точному изображению советской эпохи и ее героев. Фильм не похож на типичный голливудский продукт, что, как мы предполагаем, дает ему возможнответвелься возможнотвятвелься возможнотвять Лента выйдет в кинопрокат в ноябре.

Andrey Konchalovsky

Андрей Кончаловский - известный российский кинорежиссер, знаменитый своими захватывающими драмами и живописанием жизни в Советском Союзе. Среди его выдающихся работ - «Сибириада» (1979), «Поезд-беглец» (1985), «Одиссея» (1997), «Белые ночи» почат. (2014)

Работы Кончаловского заслужили множество наград, в том числе Специальный гран-при жюри Каннского фестиваля, приз ФИПРЕССИ, два «Серебряных льва», три премии «Золотой орел», премию «Эмми», а также ряд международных государственных наград.

Alisher Usmanov

Алишер Усманов - российский предприниматель-миллиардер и меценат, с самых ранних этапов своей карьеры вносящий значительный вклад в искусство. За последние 15 лет, по данным Forbes, компании Усманова и его фонды направили на благотворительные целеволевиливолевилевилевилевилевилевиливолевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевилевил Он также активно продвигет российское искусство за рубежом и поддерживает реставрацию исторических зданий и памятников на международном уровне. -Усманов Г является основателем Î благотворительного фонда «Искусство, наука и спорт», который сотрудничает со многими значимыми культурными учреждениями.

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance