Suivez nous sur

entreprise

#EU Cybersecurity: la Commission lance une consultation publique sur la directive NIS

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a lancé un consultation publique sur la révision de la Directive sur la sécurité des réseaux et des systèmes d'information (la directive NIS). Depuis que la directive actuelle est entrée en vigueur en 2016, le paysage des cybermenaces a évolué rapidement. La Commission envisage à présent de lancer la procédure de révision des la directive NIS, en commençant par une consultation publique qui vise à recueillir des avis sur sa mise en œuvre et sur l'impact d'éventuels changements futurs.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré: «Alors que notre vie quotidienne et nos économies dépendent de plus en plus des solutions numériques, nous avons besoin d'une culture de sécurité de pointe dans des secteurs vitaux qui reposent sur les technologies de l'information et de la communication.»

Promouvoir notre mode de vie européen La vice-présidente Margaritis Schinas a déclaré: «La révision de la directive sur les réseaux et les systèmes d'information fait partie intégrante de notre prochaine stratégie de l'Union de la sécurité de l'UE qui fournira une approche coordonnée et horizontale de l'UE face aux défis de sécurité».

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: «La crise des coronavirus a mis en évidence l'importance d'assurer la résilience de nos infrastructures de réseau, en particulier dans des secteurs sensibles tels que la santé. Cette consultation est l'occasion pour les parties prenantes d'informer la Commission sur l'état de préparation des entreprises et organisations en matière de cybersécurité et de proposer des moyens de l'améliorer davantage.

Depuis son adoption, le Directive NIS a veillé à ce que les États membres soient mieux préparés aux cyberincidents et ont renforcé leur coopération grâce au Groupe de coopération des NEI. Elle oblige les entreprises qui fournissent des services essentiels dans des secteurs vitaux, à savoir l'énergie, les transports, la banque, les infrastructures des marchés financiers, la santé, l'approvisionnement et la distribution d'eau et les infrastructures numériques, ainsi que les principaux fournisseurs de services numériques, tels que les moteurs de recherche, les services de cloud computing ou en ligne marchés, pour protéger leurs systèmes informatiques et signaler les incidents majeurs de cybersécurité aux autorités nationales.

La consultation, qui sera ouverte jusqu'au 2 octobre 2020, sollicite les opinions et les expériences de toutes les parties prenantes et citoyens intéressés. Plus d'informations sur les actions de l'UE visant à renforcer les capacités de cybersécurité sont disponibles ici et dans ces questions et réponses, et plus d'informations sur le travail du groupe de coopération NIS sont ici.

Aviation / compagnies aériennes

#Aviation - Déclaration du commissaire Vălean sur l'intention de la Commission de prolonger la dispense de créneau

En cliquant sur ce bouton,

on

La commissaire aux transports Adina Vălean a publié une déclaration à la suite de l'adoption de la Commission rapport sur l'extension potentielle du Modification du règlement sur les créneaux horaires.

Le commissaire Vălean a déclaré: «Le rapport montre que les niveaux de trafic aérien restent faibles et, plus important encore, ils ne devraient pas se redresser dans un proche avenir. Dans ce contexte, le manque de certitude sur les créneaux horaires fait qu'il est difficile pour les compagnies aériennes de planifier leurs horaires, ce qui rend la planification difficile pour les aéroports et les passagers. Pour répondre au besoin de certitude et répondre aux données de trafic, j'ai l'intention de prolonger la dispense de créneau pour la saison d'hiver 2020/2021, jusqu'au 27 mars 2021. »

La déclaration complète est disponible en ligne.

Continuer la lecture

Aviation / compagnies aériennes

La Commission approuve une garantie de prêt roumaine de 62 millions d'euros pour indemniser Blue Air des dommages subis en raison de l'épidémie de #Coronavirus et fournir à la compagnie aérienne un soutien urgent en liquidités

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, une garantie de prêt roumaine d'un montant maximum d'environ 62 millions d'euros (environ 301 millions de RON) en faveur de la compagnie aérienne roumaine Blue Air. Blue Air est une compagnie aérienne privée roumaine avec des bases en Roumanie, en Italie et à Chypre. Elle s'est qualifiée d'entreprise en difficulté avant l'épidémie de coronavirus, c'est-à-dire au 31 décembre 2019. Plus précisément, l'entreprise était déficitaire en raison des investissements importants qu'elle a engagés depuis 2016 pour améliorer son réseau de routes. La compagnie aérienne était revenue à la rentabilité en 2019 et début 2020, mais elle a subi des pertes importantes en raison de l'épidémie de coronavirus.

La mesure consiste en une garantie publique pouvant aller jusqu'à environ 62 M € sur un prêt à la compagnie aérienne qui sera alloué comme suit: (i) une garantie publique d'environ 28 M € pour indemniser Blue Air des dommages directement causés par l'épidémie de coronavirus entre le 16 mars 2020 et 30 juin 2020; et (ii) une aide au sauvetage d'environ 34 M € sous forme de garantie publique sur un prêt destiné à couvrir en partie les besoins aigus de liquidité de Blue Air en raison des pertes d'exploitation élevées qu'elle a subies suite à l'épidémie de coronavirus. Blue Air n'est pas éligible pour bénéficier d'un soutien au titre du cadre temporaire des aides d'État de la Commission, destiné aux entreprises qui n'étaient pas déjà en difficulté au 31 décembre 2019.

La Commission a donc évalué la mesure au regard d'autres règles en matière d'aides d'État, conformément à la notification de la Roumanie. En ce qui concerne l'indemnisation des dommages, la Commission a apprécié la mesure au regard de l'article 107 (2) b), qui permet à la Commission d'approuver les mesures d'aides d'État accordées par les États membres pour indemniser des entreprises spécifiques pour les dommages directement causés par des événements exceptionnels, tels que l'épidémie de coronavirus.

En ce qui concerne l'aide au sauvetage, la Commission l'a appréciée au regard de la Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration, qui permettent aux Etats membres de soutenir les entreprises en difficulté, à condition notamment que les mesures publiques de soutien soient limitées dans le temps et dans leur portée et contribuent à un objectif d'intérêt commun. La Commission a donc conclu que la mesure roumaine était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État.

La vice-présidente exécutive Margrethe Vestager, en charge de la politique de la concurrence, a déclaré: «Le secteur de l'aviation a été sévèrement touché par l'épidémie de coronavirus. Cette garantie de prêt roumain de 62 millions d'euros permettra en partie à la Roumanie d'indemniser Blue Air pour les dommages subis à la suite de l'épidémie de coronavirus. En même temps, il fournira à la compagnie aérienne les ressources nécessaires pour faire face à une partie de ses besoins urgents et immédiats de liquidités. Cela évitera les perturbations pour les passagers et garantira la connectivité régionale, en particulier pour le nombre important de citoyens roumains travaillant à l'étranger et pour de nombreuses petites entreprises locales qui dépendent de billets abordables proposés par Blue Air sur un réseau d'itinéraires visant à répondre à leurs besoins spécifiques. Nous continuons à travailler avec les États membres pour discuter des possibilités et trouver des solutions viables pour préserver cette partie importante de l'économie conformément aux règles de l'UE. »

A communiqué de presse complet est disponible en ligne.

Continuer la lecture

Aviation / compagnies aériennes

La Commission approuve une aide de liquidité portugaise de 133 millions d'euros à la compagnie aérienne #SATA; ouvre une enquête sur d'autres mesures de soutien public

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État, 133 millions d'euros de soutien de liquidité à SATA Air Açores (SATA). L'aide permettra à l'entreprise de remplir ses obligations de service public, de fournir des services essentiels et d'assurer la connectivité de la région ultrapériphérique des Açores. Dans le même temps, la Commission a ouvert une enquête pour évaluer si certaines mesures publiques de soutien du Portugal en faveur de l'entreprise sont conformes aux règles de l'UE sur les aides d'État aux entreprises en difficulté.

SATA est une société de transport aérien contrôlée en dernier ressort par la région autonome portugaise des Açores. En collaboration avec une autre société appartenant au même groupe (SATA Internacional - Azores Airlines), SATA fournit des services de transport aérien de passagers et de fret aux Açores, et depuis et vers plusieurs destinations nationales et internationales. En ce qui concerne certaines liaisons, il s'est vu confier une obligation de service public d'assurer la connectivité des îles. SATA fournit également d'autres services essentiels, par exemple la gestion et l'exploitation de cinq petits aéroports dans différentes îles des Açores.

La SATA fait face à des difficultés financières déjà avant l'épidémie de coronavirus, c'est-à-dire le 31 décembre 2019. Depuis au moins 2014, la société subit des pertes d'exploitation et a déclaré des fonds propres négatifs ces dernières années, aggravées par les effets de l'épidémie de coronavirus . La société fait actuellement face à des besoins urgents de liquidité.

La mesure portugaise de soutien à la liquidité

Le Portugal a notifié à la Commission son intention d'accorder une aide urgente à SATA, dans le but de doter l'entreprise de ressources suffisantes pour faire face à ses besoins urgents et immédiats de liquidités jusqu'à la fin janvier 2021.

SATA n'est pas éligible pour bénéficier d'une aide au titre du cadre temporaire des aides d'État de la Commission, destiné aux entreprises qui n'étaient pas déjà en difficulté au 31 décembre 2019. La Commission a donc évalué la mesure au regard d'autres règles relatives aux aides d'État, à savoir Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration. Ceux-ci permettent aux États membres d'accorder des aides temporaires de liquidité aux prestataires de services d'intérêt économique général pour maintenir et préserver les services essentiels tels que, par exemple, la connectivité du transport aérien et la gestion des aéroports. Cette possibilité est également disponible en cas d'aides accordées par l'État membre à la même entreprise en difficulté faisant l'objet d'une enquête de la Commission.

Les autorités portugaises ont estimé que les besoins de liquidité de la SATA pour les six prochains mois au titre des obligations de service public et des services essentiels de la SATA s'élèvent à environ 133 millions d'euros.

La Commission a constaté que l'aide individuelle à l'entreprise sous la forme d'une garantie publique d'un montant maximum d'environ 133 millions d'euros sur un prêt temporaire concerne strictement les besoins urgents de liquidité liés à la fourniture par SATA de services essentiels, y compris des liaisons soumises à des obligations de service public et services d'intérêt économique général dans les aéroports locaux. Il a estimé que l'aide était nécessaire pour permettre à l'entreprise de continuer à fournir ces services.

Sur cette base, la Commission a approuvé la mesure en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Ouverture d'une enquête sur d'autres mesures de soutien

Par ailleurs, la Commission a décidé d'ouvrir une enquête pour déterminer si certaines mesures publiques de soutien en faveur du SATA sont conformes à la Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration.

À partir de 2017, la région autonome des Açores, qui détient à XNUMX% la SATA, a approuvé trois augmentations de capital pour remédier en partie au déficit de capital de la société. La plupart des montants semblent avoir déjà été payés. Les autorités portugaises font valoir que les augmentations de capital en question ne constituent pas une aide d’État au sens des règles de l’UE, car le gouvernement régional des Açores, en tant qu’actionnaire unique de SATA, a agi en tant qu’investisseur privé opérant aux conditions du marché.

La Commission va à présent examiner plus en détail si les augmentations de capital constituaient une aide d’État qui aurait dû être notifiée à la Commission et, dans l’affirmative, si les mesures de soutien passées remplissent les conditions du Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration. L'ouverture d'une enquête approfondie donne au Portugal et aux autres parties intéressées la possibilité de présenter des observations. Il ne préjuge pas de l'issue de l'enquête.

Contexte

La région autonome des Açores est un archipel composé de neuf îles volcaniques et de 245,000 1,400 habitants. La région des Açores est considérée comme une région ultrapériphérique de l'Union européenne, située dans l'océan Atlantique Nord, à environ XNUMX XNUMX km du Portugal continental. Les îles sont accessibles depuis le continent en deux à trois jours par voie maritime ou en deux heures en avion. La Région est dépendante du transport aérien pour les passagers et le fret, en particulier pendant la saison hivernale, lorsque les conditions météorologiques rendent souvent le transport maritime indisponible.

En vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, les interventions publiques en faveur des entreprises peuvent être considérées comme exemptes d'aides d'État lorsqu'elles sont effectuées à des conditions qu'un opérateur privé aurait acceptées dans les conditions du marché (principe de l'opérateur en économie de marché - MEOP). Si ce principe n'est pas respecté, les interventions publiques impliquent des aides d'État au sens de Article 107 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne, car ils confèrent au bénéficiaire un avantage économique que ses concurrents n'ont pas. Les critères d'évaluation des interventions publiques dans les entreprises en difficulté sont définis dans le Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration.

Sous la Commission Lignes directrices de 2014 sur les aides d'État au sauvetage et à la restructuration, les entreprises en difficulté financière peuvent bénéficier d'aides d'État à condition qu'elles remplissent certaines conditions. L'aide peut être accordée pour une période maximale de six mois ("aide au sauvetage"). Au-delà de cette période, l'aide doit être soit remboursée, soit un plan de restructuration doit être notifié à la Commission pour que l'aide soit approuvée («aide à la restructuration»). Le plan doit garantir que la viabilité à long terme de l'entreprise est rétablie sans soutien supplémentaire de l'État, que l'entreprise contribue à un niveau adéquat aux coûts de sa restructuration et que les distorsions de concurrence créées par l'aide sont corrigées par des mesures compensatoires.

En veillant au respect de ces conditions, la Commission maintient une concurrence loyale et effective entre les différentes entreprises sur le marché du transport aérien, comme dans d'autres secteurs.

L'article 349 du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne reconnaît les contraintes spécifiques des régions ultrapériphériques et prévoit l'adoption de mesures spécifiques dans la législation de l'UE pour aider ces régions à relever les défis majeurs auxquels elles sont confrontées en raison de leur éloignement, de leur insularité, de leur petite taille , topographie et climat difficiles, et dépendance économique à un nombre réduit de produits.

La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro de cas dans le SA.58101 Registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tout problème de confidentialité a été résolu. Les décisions d'aides d'État nouvellement publiées au Journal officiel et sur Internet sont répertoriées dans le State Aid Weekly e-Nouvelles.

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance