La querelle a éclaté à propos du carnaval d’Aalst après que le maire de la ville eut défendu le char antisémite qui décrivait des marionnettes de Juifs orthodoxes au nez crochu avec des rats assis sur des sacs à provisions. La ville a continué à être provocante malgré la condamnation de l'UNESCO et de la Commission européenne. En octobre dernier, en vue de l'édition du défilé 2020, les organisateurs du carnaval ont distribué des rubans à l'intention des participants qui se moquaient de l'UNESCO et des juifs. Les rubans 150 décrivaient des caricatures antisémites stéréotypées de Juifs avec des calottes, des boucles latérales, des nez crochus et même des dents en or, le tout sur une imitation du logo de l'UNESCO.

Le carnaval est inscrit sur la liste de l'UNESCO depuis 2010.

Plusieurs groupes juifs en Belgique et à l'étranger se sont plaints et ont demandé à l'UNESCO d'éliminer le carnaval.

Dimanche (1 décembre), le maire d’Alost a annoncé avoir pris cette décision alors qu’il s’attendait à ce que l’UNESCO supprime sa ville de la désignation lors de la réunion de son comité à Bogoto, les deux parties n’ayant pas réussi à trouver un compromis.

"Les citoyens d'Alost ont subi des accusations grotesques", a déclaré le maire dans un communiqué de presse, selon l'agence de presse belge.

«Nous ne sommes ni antisémites ni racistes. Tous ceux qui soutiennent cela agissent de mauvaise foi. Alost restera toujours la capitale de la moquerie et de la satire », a-t-il déclaré.

Le Forum des organisations juives d'Anvers a noté qu'Alost avait opté pour le vol à venir. "C'est probablement considéré comme moins humiliant", a déclaré le porte-parole du groupe, Hans Knoop. "Mais nous sommes heureux que le carnaval ne soit plus sous l'empreinte de l'UNESCO, cela donnerait sa légitimité."