Comment l'UE améliore #WorkersRights et #WorkingConditions

Personnes marchant dans une rue tôt le matin © AP Images / European Union-EPL'UE veut améliorer les conditions de travail © AP Images / Union Européenne-PE

Découvrez comment l'UE améliore les droits des travailleurs et les conditions de travail dans l'ensemble de l'Europe, des heures de travail aux congés parentaux, en passant par la santé et la sécurité au travail.

L'UE a mis en place un ensemble de règles du travail pour assurer une protection sociale forte. Ils incluent des exigences minimales sur les conditions de travail - telles que le temps de travail, le travail à temps partiel, les droits des travailleurs - relatives à des informations sur des aspects importants de leur emploi et du détachement de travailleurs. Ils sont devenus l'une des pierres angulaires de Politiques sociales européennes.

Les partenaires sociaux - syndicats et organisations d’employeurs - participent à l’élaboration des politiques sociales et de l’emploi européennes par le biais de ce que l’on appelle dialogue social, par le biais de consultations et d’opinions, et peut également négocier des accords-cadres sur des questions spécifiques.

Ouvriers'droits et nouvelles formes de travail

L’UE a introduit des normes communes minimales sur heures de travail applicable à tous les Etats membres. La législation de l'UE en matière de temps de travail établit les droits individuels de tous les travailleurs, avec une durée maximale hebdomadaire de travail de 48, des congés payés d'au moins quatre semaines par an, des périodes de repos et des règles concernant le travail de nuit, le travail posté et les conditions de travail.

Au fil des ans, l’Europe a été témoin de changements importants sur le marché du travail, notamment la numérisation et le développement de nouvelles technologies, la flexibilité croissante et la fragmentation du travail. Ces développements ont généré nouvelles formes d'emploi, avec une augmentation des postes temporaires et des emplois non standard.

Afin de protéger tous les travailleurs de l'UE et d'améliorer les droits des employés les plus vulnérables sous contrat atypique, les députés européens ont adopté dans 2019 de nouvelles règles introduisant droits minimaux sur les conditions de travail. La législation prévoit des mesures de protection, telles que la limitation de la durée de la période probatoire à six mois, l'introduction d'une formation obligatoire gratuite et l'interdiction des contrats restrictifs. Les règles exigent également que tous les nouveaux employés obtiennent des informations essentielles sur leurs responsabilités au plus tard une semaine après le début de leur travail.

L’UE souhaite également que les travailleurs soient associés au processus de décision de leur entreprise et a mis en place un cadre général pour les droits des travailleurs à être informés et consultés.

Les règles de l'UE exigent qu'en cas de licenciement massif, les employeurs doivent négocier avec les représentants des travailleurs.

Au niveau transnational, les employés sont représentés par des comités d'entreprise européens. À travers ces organes, les travailleurs sont informés et consultés par la direction sur toute décision importante au niveau de l'UE susceptible d'avoir une incidence sur les conditions d'emploi ou de travail.

Boîte de numérisation pour ouvrier d'entrepôt © AP Images / European Union-EPL'UE a mis en place des normes communes minimales sur la durée du travail © AP Images / Union Européenne-EP

Ouvriers'mobilité au sein de l'UE

Règles de l'UE sur la coordination des systèmes de sécurité sociale des états membres garantir que les personnes puissent pleinement bénéficier de leur droit de s'établir dans un autre pays de l'UE pour étudier, travailler ou s'installer, tout en bénéficiant des avantages sociaux et sanitaires auxquels elles ont droit. La législation de l'UE couvre les maladies, les congés de maternité et de paternité, la famille, le chômage et des prestations similaires et fait actuellement l'objet d'un réexamen.

EN 2019, les députés ont approuvé le projet de création d’une nouvelle agence de l’UE, le Autorité européenne du travail, qui, pour aider les États membres et la Commission européenne à appliquer et à faire respecter le droit de l'UE en matière de mobilité de la main-d'œuvre et à coordonner les systèmes de sécurité sociale. L'agence sera entièrement opérationnelle par 2023.

Les employés peuvent être envoyés temporairement par leur entreprise dans un autre pays de l'UE pour y effectuer des tâches spécifiques. En 2018, les règles de l’UE sur la détachement de travailleurs ont été remaniés pour assurer le principe du salaire égal pour un travail égal au même endroit.

Pour lutter contre le chômage et mieux faire correspondre l'offre et la demande du marché du travail en Europe, le Parlement a approuvé une nouvelle loi visant à réformer le Réseau européen de l'emploi (Eures) avec une base de données européenne de demandeurs d’emploi et de postes vacants dans 2016.

Ouvriers' santé et sécurité

L’UE adopte une législation dans le domaine de la santé et sécurité au travail compléter et soutenir les activités des Etats membres.

Le Directive cadre européenne sur la sécurité et la santé au travail établit des principes généraux relatifs aux exigences minimales en matière de santé et de sécurité. Elle s'applique à presque tous les secteurs d'activité publics et privés et définit des obligations pour les employeurs et les employés.

En outre, des règles spécifiques couvrent l'exposition à des substances dangereuses, à des groupes de travailleurs tels que les femmes enceintes et les jeunes travailleurs, à des tâches spécifiques telles que la manutention manuelle de charges et les lieux de travail tels que les navires de pêche.

Par exemple, la directive sur la protection des travailleurs contre les risques liés à la cancérogènes ou mutagènes au travail est mis à jour régulièrement, fixant des limites d'exposition pour des substances spécifiques.

Les pays de l'UE sont libres de fixer des normes plus strictes lorsqu'ils transposent les directives de l'UE en droit national.

Avec le vieillissement de la population active, le risque de développer des problèmes de santé a augmenté. Dans 2018, les députés ont adopté un rapport proposant des mesures pour faciliter le retour des personnes sur le lieu de travail après congé de maladie de longue durée et à mieux inclure les personnes souffrant de maladie chronique ou ayant une incapacité sur le marché du travail.

Promotion de la conciliation travail-vie personnelle et de l'égalité des sexes

Le Parlement européen a toujours été un ardent défenseur de la l'égalité des sexes. Afin de donner plus d'égalité des chances aux hommes et aux femmes et d'encourager un meilleur partage des responsabilités familiales, les députés européens ont adopté dans 2019 un ensemble de nouvelles règles permettant aux parents et aux travailleurs de prendre en charge des proches souffrant de graves problèmes médicaux. un meilleur équilibre travail-vie.

La directive fixe un minimum de 10 jours de congé de paternité, un minimum de quatre mois de congé parental par parent (dont deux ne sont pas transférables) et cinq jours de congé par an et prévoit des modalités de travail plus flexibles.

Les droits de maternité sont définis dans le Directive sur les travailleuses enceintes, fixant la période minimale de congé de maternité à 14 semaines, avec deux semaines de congé obligatoire avant et / ou après l’accouchement.

Par ailleurs, le Parlement demande sans cesse davantage de mesures pour lutter contre le écart de rémunération entre hommes et femmes, rétrécir le Écart de pension et a appelé les règles de l'UE à lutter contre mobbing et harcèlement sexuel.

Commentaires

Commentaires Facebook

Mots clés: , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Emploi, EU, EU, Parlement européen, Les droits des travailleurs

Les commentaires sont fermés.