#Grèce - Gratuit #ParthenonMarbles de la «prison trouble» du British Museum

| 18 avril 2019

Le président grec a appelé lundi (15 avril) à la Grande-Bretagne pour libérer les marbres du Parthénon de la "prison sombre" de son musée national, renforçant ainsi le discours dans une campagne proche du 200 pour le retour des sculptures, écrit Renee Maltezou.

Le président Prokopis Pavlopoulos a pris la parole devant le musée de l'Acropole à Athènes, dont les militants espèrent qu'il abritera un jour les reliefs et les figures classiques pris par un diplomate britannique au début du XIXe siècle.

"Laissez le British Museum venir ici et faites la comparaison entre ce musée de la lumière (Acropolis) et la prison obscure, si je puis dire, du British Museum où sont placées en guise de trophées les marbres du Parthénon", a déclaré Pavlopoulos.

Il n’ya pas eu de réponse immédiate du British Museum.

Ils ont été placés dans une galerie du British Museum de Londres éclairée par une longue lucarne.

La Grèce a demandé à plusieurs reprises leur retour depuis son indépendance dans 1832 et a intensifié sa campagne dans 2009 en ouvrant son nouveau musée au pied de la colline de l'Acropole.

Ce bâtiment abrite les sculptures laissées par Elgin à côté de moulages en plâtre des pièces manquantes, éclairées par le soleil pénétrant à travers un mur de verre donnant sur le site d'origine.

«Ce musée peut accueillir les marbres», a déclaré Pavlopoulos. "Nous menons une bataille sacrée pour un monument unique."

Le British Museum a refusé de rendre les sculptures, affirmant qu'elles avaient été acquises par Elgin en vertu d'un contrat légal avec l'empire ottoman.

Le musée et d'autres institutions britanniques ont également résisté à d'autres campagnes de rapatriement, invoquant une législation les empêchant de démanteler leurs collections et affirmant qu'ils peuvent conserver les objets et les présenter à un public international.

Commentaires

Commentaires Facebook

Mots clés: , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, EU, Grèce, UK

Les commentaires sont fermés.