#Romania a beaucoup de travail à faire à la maison et à Bruxelles disent #Greens

| 11 Janvier, 2019

Au début de la présidence roumaine du Conseil de l'UE, Philippe Lamberts (photo), président du groupe des Verts / ALE au Parlement européen, a déclaré: «Il reste peu de temps dans cette législature, mais il reste beaucoup de travail à faire. La réforme de Dublin, la protection du climat, les émissions de CO2 des voitures et des camions, la protection des lanceurs d'alerte, la justice fiscale, des salaires et conditions de travail équitables et une Europe sociale relèvent désormais de la présidence roumaine. Les Verts / ALE attendent de la présidence roumaine qu'elle rende l'Union européenne plus respectueuse de l'environnement, plus juste et plus sociale. Améliorer les conditions de vie des citoyens est le meilleur moyen de briser les voiles des populistes de droite avant les élections européennes.

«Malgré tous ses efforts en faveur de l'Europe, la présidence autrichienne du Conseil a véritablement laissé tomber le débat sur la justice fiscale, qui constitue un enjeu clé pour les citoyens européens et pour l'instauration d'un climat de confiance en Europe. La présidence roumaine devrait faire preuve de leadership européen en œuvrant rapidement en faveur d'une fiscalité plus équitable pour les entreprises et d'une transparence fiscale pour les multinationales. "

Ska Keller, président du groupe des Verts / ALE au Parlement européen, a déclaré: «La nature de la présidence du Conseil de l'UE signifie qu'une attention supplémentaire est accordée à l'État membre qui détient les règnes. À l'heure actuelle, aucun contrôle international n'a été mis sur la corruption généralisée de l'élite roumaine et les efforts du gouvernement pour réduire les acquis dans la lutte contre la corruption dans le pays. Le renvoi de la procureure anti-corruption Laura Codruța Kövesi ainsi que la récente démission de son remplaçant, la brutalité dont ont fait preuve les manifestants pacifiques contre la corruption et les efforts visant à amnistier les responsables d'infractions de corruption saperont gravement l'engagement de la Roumanie à l'égard de l'état de droit , droits civils et lutte contre la corruption.

«Dans un pays où la corruption perd un peu moins de € 40 par an, le gouvernement roumain devrait saisir l'occasion de la présidence pour prouver son engagement dans la lutte contre la corruption, l'état de droit et les valeurs européennes. Le reste de l'Europe regarde. "

Mots clés: , , ,

Catégories: Une page d'accueil, EU, Parlement européen, Légumes verts, Roumanie