#Brexit - La Commission intensifie ses travaux de préparation et présente un plan d'action d'urgence en cas de scénario sans issue avec le Royaume-Uni

| 16 novembre 2018

La Commission européenne a publié des informations détaillées sur ses travaux de préparation et de préparation des urgences en cours en cas de scénario d'absence d'accord dans les négociations sur l'article 50 avec le Royaume-Uni.

  1. Tout d'abord, la Commission a publié une communication, qui décrit un nombre limité de mesures d'urgence dans des domaines prioritaires qui pourraient être mises en œuvre si aucun accord n'était conclu avec le Royaume-Uni. Cela fait suite à une première préparation Communication publiée sur 19 Juillet 2018.
  2. Deuxièmement, le collège des commissaires a adopté deux propositions législatives visant à modifier le droit de l'Union en vigueur dans le domaine de visas et l'efficacité énergétique tenir compte du retrait du Royaume-Uni. Ces adaptations législatives ciblées sont nécessaires, quel que soit le résultat des négociations de retrait.
  3. Troisièmement, un avis a été publié et fournit des informations détaillées sur les changements qui surviendront - en cas d'absence d'accord - pour les personnes voyageant entre l'UE et le Royaume-Uni, et vice versa, après 29 March 2019, ou pour les entreprises fournissant des services en rapport avec ce type de voyage. Il contient notamment des informations sur les contrôles aux frontières et aux douanes, les permis de conduire et les passeports pour animaux de compagnie.

Alors que la Commission européenne travaille d'arrache-pied pour parvenir à un accord et continue de placer les citoyens au premier plan des négociations, le retrait du Royaume-Uni entraînera sans aucun doute des perturbations - dans les chaînes d'approvisionnement des entreprises par exemple - qu'il s'agisse ou non d'un accord. Les mesures d'urgence ne peuvent remédier à tous les effets de cette perturbation. Dans le cas d’un scénario d’absence d’accord, ces perturbations seront encore plus importantes et la vitesse des préparatifs devrait s’accélérer de manière significative. Des mesures d'urgence dans des zones étroitement définies peuvent être exceptionnellement nécessaires pour protéger les intérêts et l'intégrité de l'UE.

Communication: un plan d'action d'urgence

La communication fournit des détails sur les types de mesures d'urgence qui pourraient être prises s'il devait sembler probable que le Royaume-Uni quitterait l'UE de manière désordonnée. La Commission a identifié des domaines prioritaires dans lesquels de telles mesures pourraient être nécessaires, compte tenu de l'impact considérable qu'un scénario sans accord aurait sur les citoyens et les entreprises: problèmes de résidence et de visa, services financiers, transport aérien, douanes, règles sanitaires / phytosanitaires, transfert des données personnelles et la politique climatique. Toutes les mesures d'urgence ne seraient prises que dans des zones limitées où elles sont nécessaires pour protéger les intérêts vitaux de l'UE et où des mesures de préparation ne sont actuellement pas possibles. Ils seraient de nature temporaire, de portée limitée, adoptés unilatéralement par l'UE et devaient rester compatibles avec le droit de l'Union. La communication d'aujourd'hui présente également les mesures législatives détaillées qui devraient être prises si de telles mesures d'urgence étaient jugées nécessaires.

Comme indiqué dans le premier rapport de la Commission Communication de 19 July 2018, seule une petite partie des préparatifs peut être effectuée par les institutions de l’UE. La préparation du retrait du Royaume-Uni est un effort commun aux niveaux européen, national, régional et local, ainsi que par les opérateurs économiques. Alors que les mesures nationales prises par les États membres représentent un élément central de la planification des mesures d’urgence, la Commission est disposée à intensifier sa coordination des travaux des États membres afin de garantir que l’Union européenne reste unie et que toutes les mesures soient appliquées de manière cohérente et cohérente au sein de l’UE. La Commission aidera notamment l'Irlande à trouver des solutions aux problèmes spécifiques des entreprises irlandaises.

Propositions législatives (efficacité énergétique et exigences relatives aux visas)

Le collège des commissaires a adopté deux propositions législatives:

L'efficacité énergétique: La Commission a proposé de procéder à une adaptation technique de la législation de l'UE en matière d'énergie (le La directive sur l'efficacité énergétique) pour tenir compte du retrait du Royaume-Uni. Les objectifs d'efficacité énergétique de l'UE sont basés sur les chiffres de consommation d'énergie EU28. Étant donné que le Royaume-Uni s'en va, il est nécessaire d'adapter ces chiffres de consommation pour refléter l'Union européenne à 27. Ceci n'affecte en aucune manière l'accord politique 2018 de juin sur les objectifs d'efficacité énergétique de l'UE. L'UE reste attachée à son objectif d'efficacité énergétique pour 2030 d'au moins 32.5%.

Visas: La Commission a proposé de modifier le règlement sur les visas. Cela signifierait que lorsque le droit de l'Union ne s'applique plus au Royaume-Uni, le 30 March 2019 en cas de non-accord ou à la fin de la période de transition en cas de retrait ordonné, les ressortissants britanniques seraient exemptés de l'obligation de visa pour les séjours de courte durée. reste dans l'UE. Ceci est entièrement conditionnel à ce que le Royaume-Uni accorde également des voyages sans visa réciproques et non discriminatoires aux citoyens de l'UE se rendant au Royaume-Uni. Cela va dans le sens de l'engagement de la Commission de placer les citoyens au premier plan des négociations avec le Royaume-Uni.

Au cours de l’année écoulée, la Commission a examiné l’ensemble de l’Union acquis (corpus de lois de l'UE) pour examiner si des changements sont nécessaires à la lumière du retrait du Royaume-Uni. À cet effet, la Commission a adopté (et adoptera chaque fois que nécessaire) des propositions législatives spécifiques et ciblées visant à garantir le bon fonctionnement des règles de l'UE dans une Union de 27 après le retrait du Royaume-Uni. Les deux propositions d'aujourd'hui font partie de ce travail. Une liste complète de ces propositions législatives est annexée à la communication de ce jour.

Les mesures proposées sont spécifiques, limitées et visent à remédier à l'impact négatif d'un retrait désordonné ou à permettre l'adaptation nécessaire de la législation.

Avis sur les voyages entre l’UE et le Royaume-Uni après 29 March 2019

La communication d'aujourd'hui souligne plusieurs domaines dans lesquels le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne aura une incidence importante sur la facilité des déplacements entre l'UE et le Royaume-Uni après le Brexit. Dans le cas d'un scénario d'absence d'accord, le droit de l'Union européenne cessera de s'appliquer au Royaume-Uni à minuit le 29 de mars. 2019 - certaines vérifications d'entrée et de sortie aux frontières extérieures de l'UE seront nécessaires. Les marchandises entrant dans l'UE en provenance du Royaume-Uni, en particulier d'origine animale, peuvent également être soumises à des contrôles douaniers et à d'autres contrôles, contrôles et restrictions connexes. Certains permis et certificats, tels que les permis de conduire ou les passeports pour animaux de compagnie, peuvent également ne plus être valables.

Séminaires de préparation

Au cours de l'année écoulée, la Commission a tenu des discussions techniques avec les États membres d'EU27, à la fois sur des questions générales de préparation et sur des étapes de préparation sectorielles, juridiques et administratives spécifiques. La Commission intensifiera ses efforts de coordination et de soutien au cours des prochaines semaines en organisant une série de séminaires intensifs de préparation sur diverses questions, notamment les services financiers, le transport aérien, la coordination de la sécurité sociale, les exigences sanitaires et phytosanitaires.

Contexte

29, le Royaume-Uni a notifié au Conseil européen son intention de quitter l'Union européenne. Sauf si un accord de retrait ratifié fixe une autre date ou si le Conseil européen, conformément à l'article 2017 (50) du traité sur l'Union européenne et en accord avec le Royaume-Uni, décide à l'unanimité que les traités cessent de s'appliquer à une date ultérieure, toutes les dispositions de l'Union les lois primaires et secondaires cesseront de s'appliquer au Royaume-Uni à partir de 3 March 30, 2019: 00h (CET) (ci-après la «date de retrait»). Le Royaume-Uni deviendra alors un pays tiers.

Les parties prenantes, ainsi que les autorités nationales et européennes, doivent donc se préparer à deux scénarios principaux possibles:

  • Si l'accord de retrait est ratifié avant 30 March 2019, le droit de l'UE cessera de s'appliquer à et au Royaume-Uni sur 1 January 2021, c'est-à-dire après une période de transition des mois 21.
  • Si l'accord de retrait n'est pas ratifié avant le 30 March 2019, il n'y aura pas de période de transition et le droit de l'Union européenne cessera de s'appliquer au Royaume-Uni à compter du 30 March 2019. C'est ce qu'on appelle le scénario «pas d'accord» ou «au bord d'une falaise».

Au cours de l'année écoulée, la Commission a publié des avis de préparation spécifiques au secteur 78 afin d'informer le public sur les conséquences du retrait du Royaume-Uni en l'absence d'accord de retrait. Celles-ci sont presque toutes disponibles dans toutes les langues officielles de l'UE. La Commission a également adopté huit propositions relatives à l'état de préparation législative concernant des mesures à adopter, que le retrait du Royaume-Uni soit ordonné ou non. Par exemple, par 30 March 2019, les deux agences basées à Londres - l'Agence européenne des médicaments et l'Autorité bancaire européenne - ainsi que d'autres organismes basés au Royaume-Uni, tels que le centre de surveillance Galileo Security, quitteront le Royaume-Uni et s'acquitteront de plusieurs tâches. Royaume-Uni devront également être réaffectés hors du Royaume-Uni.

Le travail de préparation de la Commission est coordonné par le secrétariat général de la Commission.

Plus d'information

Texte de la communication

Avis sur les déplacements entre l'UE et le Royaume-Uni

Proposition législative: Efficacité énergétique

Proposition législative: Conditions de visa

Fiche d'information: «Sept choses à savoir lorsque vous voyagez entre le Royaume-Uni et l'Union européenne après le Brexit» (voir ci-joint)

1st Communication sur la préparation, juillet 2018

Liste des initiatives législatives en suspens sur la «préparation»

Préparation de la Commission européenne au Brexit website (incl. “Avis de préparation au Brexit»)

Conseil européen (article 50) - Conclusions de 29 June 2018

Conseil européen (article 50) Lignes directrices sur le cadre des futures relations entre l'UE et le Royaume-Uni (23 March 2018)

Mots clés: , , , , , , , , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Brexit, EU, Commission européenne, UK