Déclaration de la première vice-présidente, Frans Timmermans, et de la commissaire Věra Jourová à l'occasion du 80ème anniversaire de #Kristallnacht (Nuit du verre brisé)

| 8 novembre 2018

Il y a plusieurs années 80 demain (novembre 9), la vie et l'histoire des Juifs en Europe ont changé pour toujours en l'espace d'une nuit. L'antisémitisme du régime nazi parrainé par l'État a provoqué l'assassinat de Juifs, l'incendie de synagogues et le pillage d'entreprises commerciales et de maisons appartenant à des Juifs.

Environ trente mille Juifs ont été déportés lors de la «Kristallnacht», un événement qui a marqué le début de l'Holocauste et l'extermination de six millions de Juifs. Aujourd’hui, nous devons faire une pause pour réfléchir à ces événements et nous rappeler pourquoi nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher que cela ne se reproduise.

Il y a des raisons d'être vigilant, car malgré les horreurs de notre passé, les récents développements montrent que l'antisémitisme est toujours présent dans notre société; il y a encore des personnes qui nient que ces événements se soient produits. Des Juifs sont toujours attaqués et menacés dans les rues de nombreux pays de l'UE. le discours de haine continue de se répandre et il y a encore de la place pour inciter à la violence, en particulier en ligne. La haine a commencé avec les mots et s'est terminée par la violence. Et nous constatons encore cette tendance à travers les meurtres choquants de Toulouse, Bruxelles, Paris et Copenhague, et plus récemment à Pittsburgh aux États-Unis.

Nous ne pouvons pas permettre à notre société de souffrir d'amnésie collective. Nous avons le devoir d'enseigner en permanence à nos jeunes générations à ce sujet et à maîtriser les démons intérieurs de l'Europe - afin que personne ne les oublie. C'est pourquoi nous avons consacré des fonds à la commémoration européenne et que la Commission contribue à sensibiliser et à éduquer les gens sur l'Holocauste.

Pour mieux lutter contre l'antisémitisme, nous devons aussi mieux le comprendre. C'est pourquoi la Commission continue à aider les États membres et la société civile à améliorer les rapports sur l'antisémitisme dans l'UE. Nous avons un coordinateur de la Commission sur la lutte contre l'antisémitisme qui assure la liaison avec les communautés juives et renforce la collaboration avec les organisations internationales, les autorités des États membres et les ONG. Le projet Horizon 2020, "Infrastructure européenne de recherche sur l'holocauste", est le plus vaste programme de recherche sur l'Holocauste jamais financé par l'UE. Il est doté d'un budget de 8 € et vise à renforcer le réseau de recherche européenne sur l'Holocauste.

Les Juifs ne devraient plus jamais se demander si eux-mêmes ou leurs enfants ont un avenir dans l'Union européenne. Ils ne devraient jamais avoir à se demander si les autorités seront à leurs côtés pour garantir leur sécurité. Personne ne devrait jamais avoir peur d'aller dans une synagogue ou de porter une kippa dans l'Union européenne. Aujourd'hui, comme chaque jour, la Commission européenne s'oppose à toutes les formes d'antisémitisme. Nous continuerons à lutter sans relâche contre les préjugés et les stéréotypes en Europe, quels qu’ils soient, et nous défendrons toujours le droit des personnes de pratiquer leur religion - quelle qu’elle soit - librement et sans crainte.

Contexte

La Commission européenne a mis en place diverses actions pour lutter contre l'antisémitisme, notamment en surveillant l'application de la législation européenne en la matière et en guidant les États membres sur la manière de lutter contre les crimes de haine antisémites et les discours de haine.

À 2015, le premier vice-président Timmermans et le commissaire Jourová ont nommé un coordinateur de la Commission de lutte contre l'antisémitisme, chargé de la liaison avec les communautés juives et du renforcement de la collaboration avec les organisations internationales, les autorités des États membres et les ONG.

Aujourd'hui (8 novembre), l'Agence des droits fondamentaux de l'UE publiera des données sur les incidents antisémites émanant d'États membres. Cela montre que l'enregistrement de tels incidents n'est pas toujours efficace ou comparable. Cela contribue à la sous-déclaration de l'étendue, de la nature et des caractéristiques de l'antisémitisme qui se produit aujourd'hui dans l'UE. Le 10 de décembre, l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne présentera les résultats d'une vaste enquête sur l'expérience et la perception de la communauté juive d'antisémitisme dans l'Union européenne.

Sur 8 et 9 de novembre 2018, la Commission européenne organise également une session de formation annuelle sur l'antisémitisme à l'intention de son personnel, dans le but de sensibiliser à la lutte contre l'antisémitisme.

Plus largement pour lutter contre la propagation du discours de haine en Europe, la Commission européenne a lancé le Code de conduite de l'UE sur la lutte contre les discours de haine en ligne illégaux en mai 2016, avec Facebook, Twitter, YouTube et Microsoft.

Plus d'information

Combattre l'antisémitisme

Aperçu des données sur l'antisémitisme de l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne (disponible le vendredi 9 novembre)

Mots clés: , , , , , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Antisémitisme, EU, Holocauste, Israël