Dans #Brexit showdown, May est confronté à un problème de 'vote significatif'

| 13 juin 2018

Le Premier ministre britannique Theresa May affronte au parlement cette semaine des législateurs qui veulent plus de pouvoir pour contester un éventuel accord sur le Brexit, testant à la fois son autorité et ses plans pour quitter l'Union européenne, écrire Elizabeth Piper, Andrew MacAskill.

Au premier jour des votes qui pourraient compliquer davantage ses négociations torturées pour quitter l'UE, le parlement débattra de la demande d'un "vote significatif" sur tout accord que négociera avec Bruxelles avant de quitter le bloc en mars prochain. Un tel vote donnerait à la chambre basse plus de pouvoir pour définir la «direction» du gouvernement si la Chambre rejette l'accord.

Ce sera le premier grand test après que la Chambre des Lords, la Chambre des Lords, ait présenté les changements majeurs apportés par 15 à son projet Brexit, le projet de loi de retrait de l'UE, y compris celui sur le «vote significatif».

Soulignant la crainte que certains de ses conservateurs puissent voter contre le gouvernement, May a adressé ses propres législateurs à une réunion de son comité 1922 dans un dernier appel pour qu'ils s'unissent autour de ses plans de quitter l'UE.

"Si les amendements des Lords sont maintenus, cette position de négociation sera minée", at-elle dit, ajoutant qu'elle était confiante que "je peux obtenir un accord qui nous permet de conclure nos propres accords commerciaux tout en ayant une frontière avec l'UE qui est aussi sans friction que possible ".

Son appel a été applaudi et applaudi.

Le Parlement débattra également d'autres amendements déposés par la Chambre des Lords, notamment une contestation du plan du gouvernement visant à légaliser 29 March 2019 ou «Brexit Day» et à tenter de durcir l'engagement d'assurer une frontière sans friction entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande voisine, qui restera dans l'UE.

Mercredi (13 juin), le Parlement considérera également un défi à son engagement à quitter le marché unique et l'union douanière de l'UE, ce qui transformera les futures relations commerciales de la Grande-Bretagne pour de nombreuses années à venir.

Si elle est défaite à la Chambre des communes, ce sera encore un autre coup porté à un premier ministre dont l'autorité a été contestée à plusieurs reprises depuis qu'elle a perdu la majorité du Parti conservateur lors d'une élection mal jugée l'an dernier. Elle compte maintenant sur le soutien d'une petite partie nord-irlandaise.

Les dirigeants du Parti ont fait pression pour convaincre les législateurs qui ont menacé de voter contre le gouvernement de rester en ligne, en utilisant des arguments allant de la menace d'être tourmenté par un gouvernement dirigé par le leader du parti travailliste, Jeremy Corbyn, à des négociations de Brexit UE.

On a dit aux ministres et aux autres législateurs de s'assurer qu'ils seront au parlement pour les votes.

"Il y a eu beaucoup de réunions, nous sommes désireux de discuter avec tous les membres du parti parlementaire", a déclaré le porte-parole de May. "Et j'imagine qu'il y en aura (plus)."

Mots clés: ,

Catégories: Une page d'accueil, Brexit, EU, UK