Faites un don € 1 à EU Reporter maintenant

# Enquête sur les pesticides: «La santé devrait être la priorité»

Eric Andrieu 

Le comité des pesticides du Parlement a jusqu'à la fin de 2018 pour enquêter et proposer des améliorations à la procédure d'autorisation des pesticides. En savoir plus sur son travail.     

Il existe des préoccupations de longue date sur la façon dont certains composants de pesticides, tels que le glyphosate, pourraient affecter la santé des gens. En octobre 2017 Les députés ont exigé une interdiction complète des herbicides à base de glyphosate par 2022 et les restrictions immédiates sur l'utilisation de la substance. Cependant, les pays de l'UE ont décidé en novembre 2017 que l'herbicide peut être utilisé dans l'UE pour cinq autres années, sans interdiction complète en vue.

Dans 2018, le Parlement européen a mis en place un comité spécial chargé d'examiner la question. Nous avons parlé des tâches à venir avec le président du comité Eric Andrieu (sur la photo), un membre français du groupe S & D.

Les pays de l'UE ont décidé de renouveler l'autorisation pour les glyphosates jusqu'à 2022, alors pourquoi le Parlement a-t-il décidé de créer un comité spécial cette année?

Renouveler l'autorisation n'aborde pas la question de la controverse scientifique. Il est irresponsable de renouveler sans avoir plus de preuves que la molécule de glyphosate et ses co-formulants ne sont pas dangereux pour la santé. Afin de préserver la santé de 500 millions d'Européens, nous devons évaluer le processus existant et vérifier si des améliorations sont nécessaires.

Selon vous, quelles devraient être les premières tâches du comité?

 Une tâche consisterait à mettre à jour les connaissances des membres du comité. Il s'agira alors d'évaluer chaque étape de la procédure d'autorisation en interrogeant les parties prenantes: entreprises, ONG, scientifiques. À la fin, nous présenterons des propositions concrètes pour améliorer le processus.

Cela affecte beaucoup de gens: les agriculteurs, les entreprises et surtout les citoyens. Comment allez-vous équilibrer leurs différents intérêts?

Pour nous, le plus important est de protéger la santé de 500 millions d'Européens.

Bien sûr, les agriculteurs utilisent du glyphosate, mais quand vous leur demandez: «Continuerez-vous à utiliser du glyphosate s'il s'avère qu'ils présentent un danger pour la santé?», Ils disent «non». Ils vont trouver une solution.

Certains scientifiques critiquent le choix des études par EFSA. Nous devrons voir comment cette sélection d'études est faite. Nous devons également sensibiliser l'industrie aux questions de santé et d'éthique. Nous ne pouvons pas tout tolérer au nom de la relance de l'économie. Pour moi, la santé devrait être la priorité. Il s'agit d'amener l'industrie à agir différemment.

Le scandale de Monsanto Papers a suscité beaucoup d'intérêt. Que peut faire le Parlement européen pour garantir l'existence d'études scientifiques indépendantes?

Davantage de ressources sont certainement nécessaires pour assurer l'indépendance des scientifiques et nous devrons nous pencher là-dessus. Quelles garanties avons-nous que les rapports produits par l'EFSA sont indépendants? Comment empêcher le lobbying d'influencer le processus? Nous avons donc besoin de règles pour nous assurer que personne ne peut douter de la validité ou de l'indépendance des études et des choix qui ont été faits. La fusion Monsanto-Bayer montre à nouveau comment le contrôle des entreprises sur le monde vivant est concentré entre les mains de quelques-uns. Pour moi, c'est inacceptable.

Les glyphosates sont maintenant autorisés jusqu'à 2022. Peut-on s'attendre à des changements avant cette date?

La décision prise par la Commission européenne et le Conseil n'a pas été contestée devant les tribunaux européens.

Je n'ai pas les moyens de contester la décision moi-même, sinon je l'aurais fait. Cependant, il est possible que nous demandions une réévaluation scientifique avant la fin du mandat. Dans ce cas, il est possible que les glyphosates soient interdits.

Le comité des pesticides a jusqu'à la fin de 2018 pour présenter des propositions. Que considéreriez-vous comme un bon résultat?

 Nous aurons réussi si nous arrivons à des propositions concrètes en décembre montrant à la Commission européenne ce qu'il faut faire pour que 500 millions d'Européens puissent manger, boire et respirer sans avoir à s'inquiéter de leur santé.

En ce moment, il ne se passe pas une semaine sans qu'un nouveau scandale de santé fasse les gros titres. Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour assurer une meilleure protection de la santé des consommateurs.

C'est notre responsabilité. Nous devons réussir. On n'a pas le choix.

Sur 15 Mai, le comité des pesticides a organisé un audience publique sur la procédure d'approbation de l'UE pour les pesticides.

Mots clés: ,

Catégories: Une page d'accueil, EU, Parlement européen, Pesticides