Faites un don € 1 à EU Reporter maintenant

#EUOmbudsman dit que les Etats membres doivent ouvrir des négociations opaques sur les lois de l'UE

| 13 Février, 2018

Suite à une enquête approfondie, le Médiateur européen Emily O'Reilly (photo) a constaté que le Conseil de l'UE - à travers des pratiques qui empêchent le contrôle du projet de législation de l'UE - porte atteinte au droit des citoyens de demander des comptes à leurs représentants élus. Ceci constitue une mauvaise administration.

Le Médiateur critique spécifiquement l'incapacité du Conseil à enregistrer systématiquement l'identité des prises de positions des Etats membres lors des discussions sur les projets de loi, et la pratique répandue consistant à marquer de manière disproportionnée les documents non destinés à la circulation, ou LIMITE.

L'approche est en deçà de ce que l'on attend du Conseil en termes de transparence législative. Le Médiateur demande maintenant au Conseil d'enregistrer systématiquement les positions des États membres dans les groupes de travail du Conseil et lors des réunions des ambassadeurs du COREPER et, en principe, de rendre ces documents disponibles proactivement au public en temps opportun.

O'Reilly demande également des critères clairs pour l'utilisation du statut «LIMITE» et que le statut soit révisé avant l'adoption d'une loi.

"Il est presque impossible pour les citoyens de suivre les discussions législatives au Conseil entre les représentants des gouvernements nationaux. Cette approche «à huis clos» risque d'aliéner les citoyens et de nourrir un sentiment négatif », a déclaré O'Reilly. "Les représentants des gouvernements nationaux impliqués dans le travail législatif sont des législateurs de l'UE et devraient être responsables en tant que tels. Si les citoyens ne savent pas quelles sont les décisions que prennent leurs gouvernements et ont pris, tout en façonnant les lois de l'UE, la culture du «blâme Bruxelles» continuera. Les citoyens de l'UE ont le droit de participer à l'élaboration des lois qui les concernent, mais pour ce faire, ils ont besoin de plus d'ouverture de la part de leurs gouvernements à Bruxelles.

"Rendre le processus législatif européen plus transparent vis-à-vis du public, en étant plus ouvert, enverrait un signal important en amont des élections européennes dans 2019", a déclaré le Médiateur.

Le Médiateur attend du Conseil qu'il réponde 9 May 2018. Contexte Le Conseil est un co-législateur avec le Parlement européen. Avant que les ministres nationaux réunis au sein du Conseil ne se prononcent officiellement sur un projet de loi, des discussions préparatoires ont lieu lors des réunions des ambassadeurs nationaux du Conseil et des groupes de travail du Conseil 150 auxquels assistent les fonctionnaires nationaux.

Au cours de son enquête, le Médiateur a posé des questions spécifiques à 14 au Conseil et son bureau a inspecté les documents de trois dossiers du Conseil afin d'avoir un aperçu de la manière dont les documents sont produits, distribués et publiés. Le bureau a également organisé une consultation publique, qui a reçu des soumissions de 21, y compris des membres du public, des parlements nationaux, de la société civile et des universitaires.

L'enquête du Médiateur a également montré, par exemple, que pour obtenir une image complète de tous les documents concernant une législation, quatre recherches différentes dans le registre des documents du Conseil sont nécessaires pour les négociations dans les instances préparatoires et deux recherches dans d'autres sections du site. pour des discussions au niveau du Conseil.

Le Médiateur enquête sur les cas de mauvaise administration dans les institutions, agences et organes de l'UE. Tout citoyen de l'UE, résident ou entreprise ou association dans l'UE peut déposer une plainte auprès du Médiateur. Les pouvoirs du Médiateur comprennent le droit d'inspecter les documents de l'UE, d'appeler les fonctionnaires à témoigner et d'ouvrir des enquêtes stratégiques de sa propre initiative. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Mots clés: ,

Catégories: Une page d'accueil, EU, Médiateur européen, Article vedette