#Oceana: la flotte de pêche extérieure de l'UE pour devenir la réforme juridique la plus transparente, responsable et durable à l'échelle mondiale

Oceana, Environmental Justice Foundation et WWF se sont félicité d'un nouveau règlement annoncé hier sur la vaste flotte de pêche de l'Union européenne, qui opère à travers le monde et est responsable de 28% des captures totales de poissons de l'UE. Après près de deux ans de négociations, plus que les navires 23,000 devront respecter les mêmes normes de durabilité, peu importe où elles opèrent.

La nouvelle loi marquée entre les Commission européenne, la Parlement et le Conseil des ministres des pêches sera:

  • Faire connaître pour la première fois les données officielles sur les navires pêchant où. Cela comprendra des accords privés - où un navire marqué par l'UE conclut un contrat direct avec le gouvernement d'un État côtier non communautaire pour pêcher dans ses eaux, ce qui rend la flotte extérieure de l'UE la plus transparente au monde;
  • Exigent les mêmes normes strictes pour tous les navires qui demandent l'autorisation de pêcher en dehors des eaux de l'UE;
  • Arrêter le soi-disant réchauffement abusif, où un navire change rapidement et rapidement son drapeau aux fins de contourner les mesures de conservation;
  • Veiller à ce que les activités de pêche dans le cadre d'accords privés respectent les normes de l'UE. Auparavant, ceux qui opéraient dans le cadre de ces accords étaient autorisés à pêcher sans surveillance de l'UE et n'étaient pas tenus de respecter les exigences de gestion de l'UE. Ces navires fonctionnaient sous le radar, sans information publique ou à l'échelle de l'UE disponible sur les poissons où.

Le règlement précédent, en place depuis 2008, a entraîné une concurrence déloyale entre les opérateurs et empêché les autorités de l'UE de veiller à ce que les navires pêchent légalement et durablement. La nouvelle loi supprime ces incohérences et garantit que tous les navires sont soumis aux mêmes exigences rigoureuses pour pêcher en dehors des eaux de l'UE.

"Les nouvelles règles constituent une avancée majeure pour la transparence mondiale et la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (INN). L'UE conduit par l'exemple et maintenant d'autres doivent faire de même dans tous les coins du monde de la pêche. Ce n'est qu'avec une plus grande transparence que nous pouvons éradiquer la pêche INN, reconstruire les pêcheries dans le monde et aider les pays en développement qui dépendent fortement de cette ressource naturelle ", a déclaré María José Cornax, directrice des politiques et plaidoyer d'Oceana en Europe.

«Nous félicitons vivement l’Union européenne pour ces nouvelles mesures visant à assurer la durabilité et la responsabilité de sa flotte de pêche externe. En mettant en œuvre ce nouveau règlement, l'UE continuera à montrer la voie dans la lutte mondiale contre la pêche illégale. Nous comptons maintenant sur les autres pays pour en prendre acte et mettre en place des normes similaires pour leurs navires. Il sera très important que les informations sur les lieux de pêche de ces navires soient accessibles au public. Ce faisant, ils prendront également des mesures vitales pour protéger les droits des pêcheurs légitimes et protéger nos océans pour les communautés qui en dépendent pour leur nourriture et leurs moyens de subsistance », a déclaré Steve Trent, directeur exécutif de la FEJ.

"Le WWF se félicite de ces politiques de gouvernance de la pêche progressives et ambitieuses qui profiteront indubitablement aux populations, aux communautés côtières, aux stocks de poissons et aux écosystèmes marins. L'Europe démontre son engagement à mener sur une gouvernance durable et équitable de la pêche internationale et à lutter contre les activités de pêche illégales partout dans le monde ", a déclaré le Dr Samantha Burgess, responsable de la politique maritime européenne au WWF-EPO.

Toutes les organisations susmentionnées font partie d'une coalition d'ONG * en faveur d'une réforme ambitieuse pour la flotte externe de l'UE et a accueilli favorablement cet accord.

WhoFishesFar.org Est une base de données créée par la coalition et ses partenaires, ce qui rend public, pour la première fois, des données sur toutes les autorisations de pêche depuis 2008 (à l'exception des accords privés) lorsque la réglementation de la flotte externe a été adoptée, y compris des données sur les navires étrangers qui pêchent dans les eaux de l'UE. Cela montre que, pendant la période 2008-2015:

  • Certaines flottes comme celles de la Belgique, du Danemark, de l'Estonie et de la Suède ont tendance à fonctionner à proximité des eaux européennes de l'Atlantique Nord-Est
  • La France, l'Allemagne, l'Irlande, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, l'Espagne et le Royaume-Uni ont été autorisés à pêcher les côtes de l'Afrique de l'Ouest et du Centre (Cap-Vert, Ivory Côte Gabon, Guinée, Guinée-Bissau, Mauritanie, Maroc, São Tomé et Príncipeet Sénégal)
  • Des navires français, italiens, portugais, espagnols et britanniques opéraient dans l’océan Indien (en Zone de la CTOIet dans le cadre des accords d’accès officiels de l’UE avec Comores, Madagascar, Ile Maurice, Mozambique et les Seychelles).
  • Des navires allemands, polonais et espagnols ont été autorisés à pêcher dans les eaux antarctiques Zone CCAMLR)
  • - Dans le Pacifique Sud, des navires des Pays-Bas, de Lettonie, de Lituanie, de Pologne, du Portugal et d'Espagne ont été autorisés à pêcher (en Zone SPRFMO)
  • - Les navires battant pavillon européen opérant dans le Pacifique occidental étaient tous des transporteurs de poisson (en Zone WCPFC)

Mots clés: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Conférence des Régions Périphériques Maritimes d'Europe (CRPM), EU, La pêche illégale, Maritime, Oceana, surpêche