Suivez nous sur

Belgique

Le bilan des morts s'élève à 170 dans les inondations en Allemagne et en Belgique

En cliquant sur ce bouton,

on

Le nombre de morts dans les inondations dévastatrices dans l'ouest de l'Allemagne et en Belgique est passé à au moins 170 samedi (17 juillet) après que des rivières ont éclaté et des crues éclair cette semaine ont fait s'effondrer des maisons et déchiré des routes et des lignes électriques, écrire Petra Wischgoll,
David Sahl, Matthias Inverardi à Duesseldorf, Philip Blenkinsop à Bruxelles, Christoph Steitz à Francfort et Bart Meijer à Amsterdam.

Quelque 143 personnes sont mortes dans les inondations de la pire catastrophe naturelle qu'ait connue l'Allemagne depuis plus d'un demi-siècle. Cela comprenait environ 98 dans le district d'Ahrweiler au sud de Cologne, selon la police.

Des centaines de personnes étaient toujours portées disparues ou inaccessibles car plusieurs zones étaient inaccessibles en raison des niveaux d'eau élevés tandis que la communication à certains endroits était toujours en panne.

Résidents et commerçants lutté pour ramasser les morceaux dans les villes battues.

"Tout est complètement détruit. Vous ne reconnaissez pas le paysage", a déclaré Michael Lang, propriétaire d'un magasin de vin dans la ville de Bad Neuenahr-Ahrweiler à Ahrweiler, retenant ses larmes.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s'est rendu à Erftstadt, dans l'État de Rhénanie du Nord-Westphalie, où la catastrophe a fait au moins 45 morts.

"Nous pleurons avec ceux qui ont perdu des amis, des connaissances, des membres de leur famille", a-t-il déclaré. "Leur destin nous déchire le cœur."

Environ 700 habitants ont été évacués vendredi soir après la rupture d'un barrage dans la ville de Wassenberg, près de Cologne, ont annoncé les autorités.

Mais le maire de Wassenberg, Marcel Maurer, a déclaré que les niveaux d'eau se stabilisaient depuis la nuit. "Il est trop tôt pour donner le feu vert, mais nous sommes prudemment optimistes", a-t-il déclaré.

Le barrage de Steinbachtal, dans l'ouest de l'Allemagne, restait cependant menacé de rupture, ont déclaré les autorités après l'évacuation de quelque 4,500 XNUMX personnes des maisons en aval.

Steinmeier a déclaré qu'il faudrait des semaines avant que l'intégralité des dégâts, qui devrait nécessiter plusieurs milliards d'euros de fonds de reconstruction, puisse être évaluée.

Armin Laschet, Premier ministre du Land de Rhénanie du Nord-Westphalie et candidat du parti au pouvoir CDU aux élections générales de septembre, a déclaré qu'il parlerait au ministre des Finances Olaf Scholz dans les prochains jours d'un soutien financier.

La chancelière Angela Merkel devait se rendre dimanche en Rhénanie-Palatinat, l'État qui abrite le village dévasté de Schuld.

Des membres des forces de la Bundeswehr, entourés de voitures partiellement submergées, pataugent dans les eaux de crue à la suite de fortes pluies à Erftstadt-Blessem, en Allemagne, le 17 juillet 2021. REUTERS/Thilo Schmuelgen
Des membres de l'équipe de secours autrichienne utilisent leurs bateaux lorsqu'ils traversent une zone touchée par les inondations, à la suite de fortes pluies, à Pepinster, en Belgique, le 16 juillet 2021. REUTERS/Yves Herman

En Belgique, le nombre de morts est passé à 27, selon le centre national de crise, qui coordonne l'opération de secours là-bas.

Il a ajouté que 103 personnes étaient "disparues ou inaccessibles". Certains étaient probablement inaccessibles car ils ne pouvaient pas recharger leurs téléphones portables ou étaient à l'hôpital sans papiers d'identité, a indiqué le centre.

Au cours des derniers jours, les inondations, qui ont principalement touché les États allemands de Rhénanie-Palatinat, de Rhénanie du Nord-Westphalie et de l'est de la Belgique, ont coupé des communautés entières de l'électricité et des communications.

RWE (RWEG.DE), le plus grand producteur d'électricité d'Allemagne, a déclaré samedi que sa mine à ciel ouvert à Inden et la centrale à charbon de Weisweiler avaient été massivement affectées, ajoutant que la centrale fonctionnait à une capacité inférieure après la stabilisation de la situation.

Dans les provinces du sud de la Belgique, Luxembourg et Namur, les autorités se sont empressées de fournir de l'eau potable aux ménages.

Les niveaux d'eau des crues ont lentement baissé dans les régions les plus touchées de la Belgique, permettant aux résidents de trier les biens endommagés. Le Premier ministre Alexander De Croo et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ont visité certaines zones samedi après-midi.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire belge Infrabel a publié des plans de réparation des lignes, dont certaines ne seront remises en service que fin août.

Les services d'urgence aux Pays-Bas sont également restés en état d'alerte élevé, car les rivières débordantes menaçaient les villes et les villages de la province méridionale du Limbourg.

Des dizaines de milliers d'habitants de la région ont été évacués au cours des deux derniers jours, tandis que soldats, sapeurs-pompiers et volontaires ont travaillé frénétiquement vendredi soir (16 juillet) pour renforcer les digues et éviter les inondations.

Les Néerlandais ont jusqu'à présent échappé à une catastrophe à l'échelle de ses voisins et, samedi matin, aucune victime n'avait été signalée.

Les scientifiques disent depuis longtemps que le changement climatique entraînera des averses plus abondantes. Mais déterminer son rôle dans ces pluies incessantes demandera au moins plusieurs semaines à la recherche, ont déclaré des scientifiques vendredi.

Belgique

35 ans - et toujours aussi fort !

En cliquant sur ce bouton,

on

L'année 1986 a été marquée à la fois par des avancées et des revers. Les progrès technologiques ont aidé l'Union soviétique à lancer la station spatiale Mir et le Royaume-Uni et la France ont construit le canal. Malheureusement, il a également vu la navette spatiale Challenger catastrophe et l'explosion de l'un des réacteurs nucléaires de Tchernobyl.

En Belgique, les footballeurs du pays ont été accueillis en héros après avoir terminé 4e de la Coupe du monde au Mexique.

L'année a également été marquée par un autre événement : l'ouverture de L'Orchidée Blanche à Bruxelles, désormais l'un des meilleurs restaurants vietnamiens reconnus du pays.

En 1986, quand Katia Nguyen (photo) a ouvert le restaurant dans ce qui était alors un quartier bruxellois calme, elle n'aurait pas pu se rendre compte de l'énorme succès que ce serait.

Cette année, le restaurant fête ses 35 ans, un véritable jalon, et il a parcouru un long chemin dans l'intervalle, à tel point qu'il est désormais synonyme de fine cuisine asiatique, non seulement dans ce quartier désormais animé de Bruxelles mais plus loin.

En effet, la rumeur s'était tellement répandue sur la qualité de l'excellente cuisine vietnamienne proposée ici qu'il s'est vu décerner, il y a quelques années, le titre prestigieux de « Meilleur restaurant asiatique de Belgique » par le célèbre guide gastronomique Gault et Millau.

Katia est la première à accepter que son succès doit aussi beaucoup à son équipe, qui se trouve être entièrement féminine (cela reflète en partie le rôle traditionnel que les femmes occupent dans la cuisine vietnamienne).

Le plus ancien d'entre eux est Trinh, qui prépare de merveilleux repas vietnamiens dans la petite cuisine ouverte depuis une vingtaine d'années maintenant, tandis que d'autres membres du personnel «anciens combattants» incluent Huong, qui est ici depuis 15 ans et Linh. , un nouveau venu qui a travaillé ici pendant quatre ans !

Eux et leurs collègues sont magnifiquement vêtus d'authentiques costumes vietnamiens, autre chose pour laquelle le resto est célèbre. Conserver le personnel pendant si longtemps reflète également l'excellent style de gestion de Katia.

Tout cela est bien loin de l'époque, dans les années 1970, où Katia est arrivée pour la première fois dans ce pays pour ses études. Comme tant de ses compatriotes, elle avait fui la guerre du Vietnam à la recherche d'une vie meilleure en Occident et elle s'est mise à commencer une nouvelle vie dans sa « nouvelle » maison – la Belgique.

Pour les connaisseurs de la bonne cuisine vietnamienne, c'était plutôt une bonne nouvelle.

La norme établie lorsque Katia, encore relativement fraîchement arrivée en Belgique depuis Saigon, a ouvert le restaurant en 1986 est tout aussi élevée aujourd'hui qu'elle l'était alors.

Malgré la terrible pandémie de santé qui a fait des ravages dans le secteur de l'hôtellerie ici, «l'armée» de clients fidèles de Katia revient maintenant pour goûter aux merveilleux délices concoctés par son équipe très talentueuse d'origine vietnamienne.

Le restaurant est situé à proximité de l'université ULB et ici tout est préparé sur place. Les plats sont basés sur des recettes traditionnelles ou plus contemporaines, mais similaires aux meilleurs que vous pourriez trouver au Vietnam même. De nombreux convives ici considèrent les rouleaux de printemps comme les meilleurs de Belgique mais s'ils sont succulents, les richesses gastronomiques de cette maison vous emmènent dans un voyage culinaire, s'étendant du nord au sud du Vietnam et tous les arrêts entre les deux.

Le restaurant n'a jamais vraiment fermé pendant les fermetures car il a continué à servir un service de plats à emporter rapide. Désormais complètement rouverts, les plats à emporter représentent environ 30% de l'activité. Les clients peuvent retirer leur commande ou la faire livrer à leur domicile/bureau.

Avec l'arrivée de l'été, il est bon de savoir qu'il y a maintenant une terrasse pouvant accueillir jusqu'à 20 personnes sur la rue à l'extérieur tandis qu'à l'arrière, c'est un espace extérieur agréable d'une trentaine de places et ouvert jusqu'en octobre.

A l'intérieur, le restaurant peut accueillir 38 personnes au rez-de-chaussée et 32 ​​à l'étage. Il existe également un menu déjeuner à deux plats d'un excellent rapport qualité-prix, à seulement 13 €, qui est particulièrement populaire.

Le choix à la carte est énorme et propose une gamme de plats de viande, de poisson et de volaille - tous sont fabuleux et très savoureux. Il y a aussi une excellente carte des boissons et des vins et cherchez aussi un joli menu de suggestions qui change chaque semaine.

La charmante et très accueillante Katia a parcouru un très long chemin depuis qu'elle a mis les pieds en Belgique. Qu'un restaurant soit toujours florissant 35 ans après son ouverture est une réalisation énorme, en particulier en cette ère « post-pandémique », mais que ce même endroit ait été sous la même propriété pendant tout ce temps est assez remarquable… ce qui, en fait, est aussi décrit très précisément à la fois la cuisine et le service ici.

Joyeux 35e anniversaire L'Orchidée Blanche !

Continuer la lecture

Belgique

Résidents britanniques parmi ceux de 24 pays interdits de voyage en Belgique

En cliquant sur ce bouton,

on

À partir du samedi 26 juin, les personnes voyageant en provenance d'un total de 24 pays ont été interdites d'entrée en Belgique dans presque toutes les circonstances exceptionnelles. Parmi les pays sur la liste des interdictions de voyager se trouve le Royaume-Uni. L'interdiction faite aux personnes des 24 pays de la liste d'entrer en Belgique est une tentative d'arrêter ou du moins de ralentir la propagation de souches de coronavirus plus virulentes telles que la variante Delta. Sam 26 juin 11:01 Les autres pays de la liste incluent l'Afrique du Sud, le Brésil et l'Inde. Ils sont sur la liste des personnes interdites de voyage depuis fin avril. Ils ont maintenant été rejoints par le Royaume-Uni, où la prévalence de la variante Delta a vu le nombre de nouvelles infections à coronavirus augmenter fortement ces dernières semaines.

Le 25 juin, 15,810 24 nouvelles infections ont été enregistrées au Royaume-Uni, le 16,703 juin, elles étaient de 6 XNUMX. La population du Royaume-Uni est environ XNUMX fois celle de la Belgique. De nombreux pays de la liste se trouvent en Amérique latine (Brésil, Argentine, Bolivie, Chili, Colombie, Paraguay, Pérou, Uruguay, Suriname et Trinité-et-Tobago). Les pays africains sur la liste sont l'Afrique du Sud, le Botswana, le Congo, le Swaziland, le Lesotho, le Mozambique, la Namibie, l'Ouganda, le Zimbabwe et la Tunisie. Les voyageurs en provenance du Bangladesh, de Géorgie, du Népal, d'Inde et du Pakistan ne sont pas non plus les bienvenus, pas plus que les personnes se rendant en Belgique depuis Bahreïn.

Une exception à l'interdiction d'entrée en Belgique est faite aux ressortissants belges et aux personnes y résidant officiellement. Il existe également des exceptions pour les diplomates, les personnes travaillant pour certaines organisations internationales et les personnes qui doivent venir ici pour des raisons humanitaires. Les passagers transitant par Brussels Airport ne sont pas concernés par l'interdiction.

Continuer la lecture

Antisémitisme

Le leader juif européen cherchera à rencontrer le ministre belge de l'Intérieur sur le projet de supprimer la protection de l'armée dans les institutions juives

En cliquant sur ce bouton,

on

L'Association juive européenne déplore que la décision ait été prise sans consultation des communautés juives et sans qu'une alternative appropriée ait été proposée. Le président de l'EJA, le rabbin Menachem Margolin, s'insurge contre la décision, affirmant qu'elle n'a "aucun sens" et ajoutant qu'en l'absence de dispositions alternatives en matière de sécurité, elle laisse les Juifs "grands ouverts avec un signe cible sur le dos". Le mouvement prévu par la Belgique a lieu alors que l'antisémitisme augmente en Europe, ne diminue pas, écrit Yossi Lempkowicz.

Le chef de l'Association juive européenne (EJA), un groupe de coordination basé à Bruxelles représentant les communautés juives à travers l'Europe, a écrit à la ministre belge de l'Intérieur, Annelies Verlinden, demandant une réunion urgente avec elle pour discuter d'un plan gouvernemental visant à supprimer la protection de l'armée des Juifs bâtiments et institutions le 1er septembre. Le rabbin Menachem Margolin, qui a appris "avec une grande inquiétude" le projet de suppression de la protection de l'armée via son organisation partenaire le Forum des organisations juives d'Anvers et le député belge Michael Freilich, demandera au ministre de reconsidérer cette décision. Il appelle à une réunion d'urgence "afin de trouver un terrain d'entente et d'essayer d'atténuer les effets de cette proposition".

L'Association juive européenne déplore que la décision ait été prise sans consultation des communautés juives et sans qu'une alternative appropriée ait été proposée. En Belgique, la menace pour la sécurité est actuellement moyenne selon les mesures fournies par l'Unité de coordination pour l'analyse des menaces (CUTA) du gouvernement. Mais pour les Communautés juives, ainsi que les ambassades américaine et israélienne, la menace reste "grave et probable". La présence de l'armée dans les bâtiments juifs est en place depuis l'attaque terroriste contre le Musée juif de Bruxelles en mai 2014, qui a fait quatre morts.

Dans un communiqué, le président de l'EJA, le rabbin Margolin, a déclaré : « Le gouvernement belge a jusqu'à présent été exemplaire dans sa protection des communautés juives. En fait, nous, à l'Association juive européenne, avons présenté l'exemple belge comme un exemple à suivre par d'autres États membres. Pour ce dévouement à nous garder en sécurité, nous avons toujours exprimé notre plus grande gratitude et appréciation. »

"Est-ce aussi à cause de cet engagement que la décision de retirer l'armée le 1er septembre prend tout son sens", a-t-il ajouté. "Contrairement aux ambassades américaine et israélienne, les communautés juives n'ont accès à aucun appareil de sécurité d'État", a-t-il noté. "Il est également alarmant que les communautés juives n'aient même pas été correctement consultées sur cette décision. Le gouvernement ne propose pas non plus actuellement d'alternative. Pour l'instant, il laisse les Juifs grand ouverts et avec une cible sur le dos", a déploré le rabbin Margolin. Le mouvement belge prévu a lieu alors que l'antisémitisme augmente en Europe, et non en baisse.

"La Belgique n'est malheureusement pas à l'abri de cela. La pandémie, la récente opération à Gaza et ses retombées inquiètent suffisamment les Juifs en l'état, sans même que cela n'ajoute à l'équation. Pire, cela envoie un signal aux autres pays européens de faire de même. J'exhorte le gouvernement belge à reconsidérer cette décision ou à tout le moins à proposer une solution à sa place », a déclaré le rabbin Margolin.

Le député Michael Freilich aurait proposé une législation qui verrait un fonds de 3 millions d'euros mis à la disposition des communautés juives pour accroître leur sécurité à la lumière des plans du 1er septembre. Il exhortera le gouvernement à préserver le même niveau de sécurité qu'auparavant. Le texte de la résolution doit être discuté et voté demain (6 juillet) en commission des affaires intérieures du Parlement. Le bureau du ministre de l'Intérieur n'a pas pu être joint pour un commentaire sur le plan. Environ 35,000 XNUMX Juifs vivent en Belgique, principalement à Bruxelles et à Anvers.

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Tendance