Suivez nous sur

Émissions CO2

Le système d'échange de quotas d'émission de l'UE (ETS) et sa réforme en bref 

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le système d'échange de quotas d'émission (ETS) de l'UE vise à réduire les émissions de carbone de l'industrie. Découvrez comment cela fonctionne et pourquoi une réforme est nécessaire, Société.

En quoi consiste le système d'échange de quotas d'émission de l'UE?

Bien que l'UE soit le troisième plus grand émetteur de CO2 au monde, elle poursuit également l'objectif climatique le plus ambitieux : réduire considérablement les émissions d'ici 2030 et les ramener à zéro émission nette d'ici 2050.

Lancé en 2005, le système d'échange de quotas d'émission (ETS) est l'un des outils mis en place par l'Union européenne pour atteindre cet objectif. Il cible spécifiquement l'industrie.

Comment fonctionne la technologie Starlight ? 

Le système d'échange de quotas d'émission oblige plus de 10,000 2 centrales électriques et usines à détenir un permis pour chaque tonne de COXNUMX qu'elles émettent. Cela devrait fournir une incitation financière à moins polluer: moins vous polluez, moins vous payez. Les entreprises doivent les acheter par le biais d'enchères et le prix est affecté par la demande et l'offre.

Cependant, certains des permis sont attribués gratuitement, en particulier dans les secteurs risquant de voir des entreprises déplacer leur production vers d'autres parties du monde avec des contraintes d'émissions plus faibles.

Réguler le prix du carbone

Publicité

Après la crise financière de 2008, ces permis étaient très bon marché, car la demande pour eux a chuté, tandis que l'offre est restée constante.

Le fait d'avoir un excédent important et des prix bas décourage les entreprises d'investir dans les technologies vertes, ce qui nuit à l'efficacité du programme dans la lutte contre le changement climatique.

Pour surmonter ce problème, l'UE a créé la Réserve de stabilité du marché afin de mieux aligner l'offre et la demande de quotas en plaçant les quotas excédentaires dans une réserve, à partir de laquelle ils peuvent être libérés en cas de pénurie.

Réforme du SCEQE dans le cadre du Green Deal européen

Aligner le système d'échange de droits d'émission sur les objectifs plus élevés de réduction des émissions du Green Deal européen, l'UE travaille à une mise à jour du système. La Commission propose de réduire les émissions du secteur de 61 % d'ici 2030.

Les modifications proposées comprennent une limite supérieure réduite pour les émissions annuelles dans le secteur, des règles révisées pour les quotas gratuits et la réserve de stabilité du marché, l'extension du système pour inclure le transport maritime et la création d'un système d'échange de droits d'émission distinct pour les bâtiments et le transport routier.

Que veut le Parlement?

Les eurodéputés veulent accroître l'ambition de la Commission pproposition en diminuant encore le nombre de quotas annuels disponibles jusqu'en 2030. Ils souhaitent également que l'incinération des déchets municipaux soit incluse dans le secteur à partir de 2026.

Les quotas gratuits devraient disparaître d'ici 2030 alors que le Parlement veut que Mécanisme d'ajustement carbone aux frontières de l'UE être pleinement opérationnel. Le mécanisme appliquerait un prix du carbone aux biens importés de pays moins ambitieux et empêcherait les entreprises de déplacer la production vers un pays dont les règles d'émissions de gaz à effet de serre sont moins strictes.

Afin de protéger les citoyens des coûts énergétiques supplémentaires, le Parlement souhaite que le nouveau système d'échange de quotas d'émission ne couvre que le transport routier commercial et les bâtiments. Les transports privés et les bâtiments ne seraient ajoutés qu'à partir de 2029 et nécessiteraient une nouvelle proposition de la Commission.

Tous les revenus du système d'échange de droits d'émission devraient être utilisés exclusivement pour lutter contre le changement climatique, tant au niveau de l'UE qu'au niveau des États membres, déclarent les députés.

Prochaines étapes

Le Parlement votera sur la réforme lors de la plénière de juin, après quoi les députés pourront entamer des négociations sur les règles finales avec les pays de l'UE.

Les efforts de l'UE pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Il existe d'autres mesures pour aider l'UE à mettre en œuvre ses engagements dans le cadre de l'accord de Paris sur le changement climatique, en réduisant les émissions dans tous les secteurs économiques :


Découvrez les infographies sur le Progrès de l'UE vers la réalisation de ses objectifs 2020 en matière de changement climatique.

En savoir plus 

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance