Suivez nous sur

Environnement

Le producteur pétrochimique SIBUR s'attaque au gaspillage alimentaire

PARTAGEZ:

Publié le

on

Selon le Programme des Nations Unies pour l'environnementMoi, plus d’un milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année dans le monde, ce qui représente 1 % de la nourriture produite dans le monde. C'est un chiffre colossal, et il n'inclut même pas les pertes qui surviennent lors de la production et du transport des denrées alimentaires (19 % supplémentaires). Selon le La Banque Mondiale, le gaspillage alimentaire occupe la première place parmi les déchets municipaux solides.

Les aliments jetés par les ménages, les établissements de restauration et le commerce de détail se décomposent et représentent jusqu'à 10 % des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale. C’est cinq fois plus que les émissions du transport aérien. L’ONU vise une réduction de 50 % du gaspillage alimentaire mondial d’ici 2030, ce qui devrait apporter une contribution significative à la lutte contre le réchauffement climatique.

Sans surprise, Sibur affirme que les emballages en polymère sont un moyen de réduire le gaspillage alimentaire. Ce type d'emballage préserve les aliments et prolonge ainsi leur durée de conservation. Ses propriétés barrières – empêchant l’eau et l’air de passer à travers – sa légèreté, sa flexibilité et son faible coût le distinguent des autres types d’emballage. Les emballages en polymère sont indispensables pour de nombreuses applications, comme le stockage de produits surgelés et d'aliments prêts à consommer dans des emballages portionnés, ce qui contribue à réduire le gaspillage alimentaire.

D’après Estimations de l'ONU, La Russie, où environ 3 millions de tonnes de polymères sont utilisées chaque année pour la production d'emballages, présente l'un des niveaux de gaspillage alimentaire les plus bas d'Europe : moins de 60 kg par habitant et par an.

On pourrait affirmer que les emballages en polymères sont eux-mêmes une source de pollution. Cependant, premièrement, la quantité totale de déchets plastiques représente un tiers de la quantité de déchets alimentaires. Deuxièmement, le problème des déchets plastiques est progressivement résolu à mesure que les entreprises collectent et recyclent les emballages polymères usagés et les intègrent dans la production de nouveaux produits.

Les préoccupations du public en matière de durabilité poussent les producteurs de polymères à investir dans des projets de collecte et de recyclage des bouteilles en plastique et des emballages en polymère usagés. Sibur, par exemple, construit un réseau d'entreprises partenaires dont le travail consiste à collecter et à broyer les déchets collectés en petits flocons, que SIBUR mélange ensuite avec des matières premières polymères primaires pour la production.

Publicité

L'entreprise a développé toute une gamme de polymères à usages divers sous la marque Vivilen, qui contiennent jusqu'à 70 % de plastique recyclé – par exemple des granulés rPET pour produire des bouteilles en plastique écologiques avec 30 % de contenu recyclé. Pour produire ces granulés, SIBUR utilise jusqu'à 34,000 1.7 tonnes de plastique recyclé par an, ce qui permet d'éviter l'élimination de jusqu'à XNUMX milliard de bouteilles en plastique par an.

Les emballages multicouches et les emballages contaminés sont plus difficiles à recycler. Pour surmonter cette difficulté, SIBUR voit des promesses dans le recyclage chimique (thermolyse) – une technologie qui utilise des températures et des pressions élevées pour convertir les déchets d’emballage en matières premières liquides pour la production de nouveaux produits polymères. L'entreprise prévoit de prendre cette année une décision d'investissement dans un projet pilote de thermolyse.

Mais il est utile que les initiatives des entreprises privées soient également encouragées, voire réglementées, par les politiques gouvernementales. En 2022, la Russie a approuvé son programme d'économie circulaire, qui vise à garantir que 100 % des déchets municipaux solides soient triés d'ici 2030 et que 50 % de ces déchets soient recyclés en matières premières secondaires pouvant ensuite être utilisées dans la production de nouveaux produits. .

Le monde dans son ensemble s’oriente vers le recyclage des déchets polymères. Selon Inger Andersen, directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l'environnement, un prochain accord mondial sur le plastique pourrait interdire « les produits plastiques inutiles à usage unique et de courte durée de vie » qui sont souvent enterrés, brûlés ou jetés.

Dans le même temps, l’ONU n’a pas l’intention d’abandonner complètement les polymères, car ils « ont de nombreuses applications qui aident le monde ». Il est important que les polymères fassent partie d'un cycle de production en boucle fermée au même titre que acier et aluminium. Environ 30 % de la production annuelle de ces métaux provient du recyclage de leurs déchets. Un résultat similaire peut être obtenu avec les polymères.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance