Suivez nous sur

Environnement

L’année des élections européennes signifie un examen attentif de la politique de l’UE.

PARTAGEZ:

Publié le

on

L’une des politiques phares de la Commission actuelle est le Green Deal. Le Green Deal européen est un ensemble d’initiatives politiques visant à mettre l’UE sur la voie d’une transition verte, avec pour objectif ultime d’atteindre la neutralité climatique d’ici 2050.

Selon l'UE, il soutient la transformation de l'UE en une société juste et prospère dotée d'une économie moderne et compétitive.

Il y a cinq ans, le Green Deal était en partie le résultat d’une mobilisation massive des jeunes Européens en faveur du climat (et de votes en faveur des partis écologistes).

Pour certains, il s’agissait d’un projet sans précédent visant à transformer le continent et à restaurer sa place économique et géopolitique dans la mondialisation.

Cela était censé se traduire par un ensemble très dense de réglementations.

L’objectif était que l’UE devienne la pionnière de l’économie à faibles émissions de carbone et la championne des normes environnementales, sociales et numériques.

Sébastien Treyer est membre de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI), un groupe de réflexion indépendant qui cherche à faciliter la transition vers le développement durable.

Publicité

Il affirme qu’à l’approche des élections de juin 2024, l’Europe et son projet d’avenir, y compris le Green Deal, seront probablement au centre d’une attention médiatique et publique sans précédent.

Il a déclaré : « Peut-être que le Green Deal de l’UE pourrait être présenté au grand public comme un emblème de la coordination et de l’effet de levier que la coopération européenne peut apporter. »

« Les résultats et les perspectives du Green Deal pourraient être utilisés soit comme un outil partisan, soit comme base pour faire comprendre au public la nécessité de continuer à construire l’Europe. »

Mais la question se pose également : le Green Deal est-il réellement ce que veut le public ?

A study commissioned by the European Council on Foreign Relations (ECFR) predicts that the results of the Euro elections this Spring could have significant consequences for the EU’s policy agenda and direction of future legislation – including the European Green Deal. 

Rédigée par les politologues et sondeurs Simon Hix et le Dr Kevin Cunningham, l'étude intitulée « A Sharp Right Turn,A Forecast for the 2024 Euro Elections » prédit une montée en popularité parmi les partis anti-européens, populistes et de droite. et une diminution considérable du soutien aux partis traditionnels.

Les « plus grandes implications » de cette situation, dit-il, concerneront probablement la politique environnementale.

Au Parlement actuel, une coalition de centre-gauche (S&D, RE, G/ALE et La Gauche) a eu tendance à l'emporter sur les questions de politique environnementale, mais bon nombre de ces votes ont été remportés avec de très faibles marges. Avec un virage significatif vers la droite, il est probable qu’une coalition « d’action politique anti-climat » dominera au-delà de juin 2024.

Cela nuirait considérablement au cadre du Green Deal de l’UE ainsi qu’à l’adoption et à l’application de politiques communes visant à atteindre les objectifs de zéro émission nette de l’UE.

Tout récemment, l’Europe a été témoin de manifestations diverses et violentes à grande échelle de la part des agriculteurs contre la politique environnementale de l’UE, y compris le Green Deal. La communauté agricole prétend bénéficier d’un large soutien du public dans ses préoccupations.

Nicola Procaccini, co-leader du groupe ECR, fait partie de ceux qui ont exprimé leur « profonde frustration » face à l’impact des politiques du Green Deal de la Commission sur les agriculteurs, les éleveurs et les pêcheurs.
 
L’eurodéputé a dénoncé la Commission pour « avoir imposé aux agriculteurs un fardeau implacable avec la législation du Green Deal qui non seulement ne parvient pas à aider les agriculteurs, mais rend également leur travail plus difficile, réduit leurs revenus et affecte négativement leurs moyens de subsistance ».
 
“On average every four months it has thrown a law in our faces against farmers, breeders and fishermen”, Procaccini said.
 
Le député affirme que la politique européenne « de la ferme à la table », par exemple, a « écrasé les agriculteurs » tandis que la réglementation sur les emballages a « interdit les emballages garantissant la fraîcheur des fruits et légumes ».
 
La Loi de Restauration de la Nature « a décidé que les êtres humains nuisent à la planète, il faut donc abandonner les champs cultivés, retirer les berges des rivières et exhumer les marécages ».
 
"Dieu merci", ajoute l'eurodéputé, "que cette PAC à moitié foutue a été adoptée, car si elle s'était déroulée comme Greta Thunberg et les écologistes en fauteuil le souhaitaient, cela aurait été encore pire qu'il ne l'est actuellement".

C’est dans ce contexte que le Green Deal de l’UE est soumis à une pression croissante.

L’UE est désormais confrontée à des demandes croissantes de la part des États membres pour qu’ils changent leur approche du changement climatique à la suite des protestations croissantes des agriculteurs.

Alexandr Vondra – a member of the eurosceptic European Conservatives and Reformists Group – described the EU environmental targets as “unrealistic ambitions”, according to the Reuters news agency.

Pendant ce temps, les protestations se poursuivent.

Spain and Bulgaria recently again saw hundreds of their farmers take to the streets – blocking roads and causing severe disruption to motorists.

Comme les agriculteurs d’ailleurs, ils exigent plus de flexibilité de la part de l’UE, des contrôles plus stricts sur les produits des pays tiers et plus d’aide de leur gouvernement.

Les agriculteurs grecs ont également discuté de la possibilité de bloquer les routes principales afin de forcer le gouvernement à accéder à leurs demandes.

Le Green Deal européen est la stratégie de l'UE pour atteindre les objectifs climatiques et rendre l'Europe neutre pour le climat d'ici 2050. Le paquet comprend des initiatives couvrant le climat, l'environnement, l'énergie, les transports, l'industrie, l'agriculture et la finance durable.

The aim is to make the EU’s climate, energy, transport and taxation policies fit for reducing net greenhouse gas emissions by at least 55% by 2030, compared to 1990 levels.

Un porte-parole de la CE a déclaré : « Le Green Deal européen est notre bouée de sauvetage pour sortir de la pandémie de COVID-19. »

« Un tiers des 1.8 XNUMX milliards d’euros d’investissements du plan de relance NextGenerationEU et du budget septennal de l’UE financeront le Green Deal européen.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance