Suivez nous sur

Belgique

Premier président du 80e anniversaire du #Kazakhstan Nursultan Nazarbayev et son rôle dans les relations internationales

En cliquant sur ce bouton,

on

Aigul Kuspan, ambassadeur du Kazakhstan auprès du Royaume de Belgique et chef de mission de la République du Kazakhstan auprès de l'Union européenne, se penche sur la vie et les réalisations du premier président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev.

Aigul Kuspan, Ambassadeur du Kazakhstan

Ambassadeur Kuspan

Le 6 juillet 2020 a marqué le 80e anniversaire du premier président de la République du Kazakhstan - Elbasy Nursultan Nazarbayev. L’évolution de mon pays, d’une partie seulement de l’Union soviétique, à un partenaire de confiance dans les relations internationales - y compris l’UE et la Belgique - est l’histoire d’un succès de leadership pour lequel le premier président devrait se voir accorder. Il a dû construire un pays, créer une armée, notre propre police, notre vie intérieure, tout, des routes à la constitution. Elbasy a dû changer la mentalité du peuple kazakh à 180 degrés, du régime totalitaire à la démocratie, de la propriété de l'État à la propriété privée.


Le Kazakhstan dans les relations internationales

Le premier président du Kazakhstan, Nursultan Nazarbayev, a pris la décision historique en 1991 de renoncer au quatrième plus grand arsenal nucléaire du monde, permettant au Kazakhstan et à toute la région d'Asie centrale de se libérer des armes nucléaires. En raison de son fort désir de faire du monde un endroit pacifique pour nous tous, il est reconnu comme un homme d'État exceptionnel au Kazakhstan et dans le monde entier.

La diplomatie proactive est devenue l'un des outils clés pour garantir la souveraineté et la sécurité du Kazakhstan et la promotion cohérente des intérêts nationaux du pays. Sur la base des principes de coopération multi-vectorielle et de pragmatisme, Nursultan Nazarbayev a établi des relations constructives avec nos voisins les plus proches, la Chine, la Russie, les pays d'Asie centrale et le reste du monde.

D'un point de vue européen et international, l'héritage du Premier Président est tout aussi impressionnant: Nursultan Nazarbayev a engagé sa vie à contribuer à la paix, à la stabilité et au dialogue régionaux et internationaux. Avec ses homologues européens, il a jeté les bases de l'accord historique de partenariat et de coopération renforcés UE-Kazakhstan (EPCA). Il a lancé de nombreux processus d'intégration et de dialogue internationaux, y compris les pourparlers de paix d'Astana sur la Syrie, la résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies appelant à une Journée internationale contre les essais nucléaires, la Conférence sur l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), l'Organisation de coopération de Shanghai ( SCO) et le Conseil de coopération des États turcophones (Conseil turc).

Nursultan Nazarbayev au Conseil de sécurité de l'ONU, 2018

La présidence du Kazakhstan à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) en 2010 et au Conseil de sécurité de l'ONU en janvier 2018 (qui forment l'agenda des questions de sécurité pour le monde entier) a montré le succès et la viabilité de la voie choisie par Nursultan Nazarbayev sur la scène internationale.

Sommet de l'OSCE à Nur-Sultan, 2010

Relations Kazakhstan-UE

Le Kazakhstan est un partenaire important et de confiance de l'Union européenne. Avec ses homologues européens, le premier président a jeté les bases de l'accord historique de partenariat et de coopération renforcés (EPCA) UE-Kazakhstan qui est entré en vigueur le 1er mars 2020. Cet accord marque le début d'une toute nouvelle étape des relations kazakhes-européennes et offre de larges opportunités pour développer une coopération à grande échelle à long terme. Je suis convaincu que la mise en œuvre efficace de l'Accord nous permettra de diversifier le commerce, d'élargir les liens économiques, d'attirer les investissements et les nouvelles technologies. L'importance de la coopération se reflète également dans les relations commerciales et d'investissement. L'UE est le principal partenaire commercial du Kazakhstan, représentant 40% du commerce extérieur. C'est également le principal investisseur étranger dans mon pays, représentant 48% du total des investissements directs étrangers (bruts).

Nursultan Nazarbayev et Donald Tusk

Relations bilatérales entre la Belgique et le Kazakhstan

Étant accrédité en tant qu'ambassadeur auprès du Royaume de Belgique, je suis heureux que les relations entre le Kazakhstan et la Belgique se soient continuellement renforcées depuis l'indépendance de mon pays. Le 31 décembre 1991, le Royaume de Belgique a officiellement reconnu la souveraineté étatique de la République du Kazakhstan. La fondation des relations bilatérales a commencé par une visite officielle du président Nazarbayev en Belgique en 1993, où il a rencontré le roi Boudewijn I et le Premier ministre Jean-Luc Dehaene.

Nursultan Nazarbayev s'est rendu huit fois à Bruxelles, la dernière en 2018. Des échanges culturels ont eu lieu entre la Belgique et le Kazakhstan au-delà des visites de haut niveau. En 2017, nos pays ont célébré leur 25e anniversaire de la relation bilatérale. Il y a également eu plusieurs visites de haut niveau du côté belge au Kazakhstan. Première visite en 1998 du Premier ministre Jean-Luc Dehaene, ainsi que deux visites du prince héritier et du roi de Belgique Philippe en 2002, 2009 et 2010. Les relations interparlementaires se développent positivement en tant qu'outil efficace pour renforcer le dialogue politique.

Rencontre avec le roi Philippe

Des relations diplomatiques solides se sont continuellement développées en soutenant des relations commerciales mutuellement avantageuses. Les échanges économiques entre la Belgique et le Kazakhstan ont également connu une augmentation substantielle depuis 1992 avec des domaines prioritaires de coopération dans les secteurs de l'énergie, de la santé, de l'agriculture, entre les ports maritimes et dans les nouvelles technologies. En 2019, le montant des échanges commerciaux est passé à plus de 636 millions d'euros. Au 1er mai 2020, 75 entreprises ayant des actifs belges étaient enregistrées au Kazakhstan. Le volume des investissements belges dans l'économie kazakhe a atteint 7.2 milliards d'euros au cours de la période 2005-2019.

 Réception officielle au Palais d'Egmont

L'héritage du premier président

Le premier président Nursultan Nazarbayev a dirigé mon pays de 1990 à 2019. Au début des années 1990, Elbasy a guidé le pays pendant la crise financière qui a touché toute la zone post-soviétique. D'autres défis nous attendaient lorsque le Premier Président a dû faire face à la crise de 1997 en Asie de l'Est et à la crise financière russe de 1998 qui ont affecté le développement de notre pays. En réponse, Elbasy a mis en œuvre une série de réformes économiques pour assurer la croissance nécessaire de l'économie. Pendant ce temps, Nursultan Nazarbayev a supervisé la privatisation de l'industrie pétrolière et a apporté les investissements nécessaires de l'Europe, des États-Unis, de la Chine et d'autres pays.

En raison de circonstances historiques, le Kazakhstan est devenu un pays ethniquement diversifié. Le premier président a garanti l'égalité des droits de tous les habitants du Kazakhstan, indépendamment de leurs affiliations ethniques et religieuses, en tant que principe directeur de la politique de l'État. Il s’agit de l’une des principales réformes qui ont conduit au maintien de la stabilité politique et de la paix dans la politique intérieure. Tout au long de nouvelles réformes économiques et de la modernisation, le bien-être social dans le pays a augmenté et une classe moyenne croissante est apparue. Plus important encore, le transfert de la capitale d'Almaty à Nur-Sultan en tant que nouveau centre administratif et politique du Kazakhstan, a conduit au développement économique de tout le pays.

L'un des défis les plus importants évoqués par Nursultan Nazarbayev pour le pays était la stratégie 2050 du Kazakhstan. Le but de ce programme est de promouvoir le Kazakhstan dans l’un des 30 pays les plus développés du monde. Il a lancé la prochaine phase de modernisation de l'économie et de la société civile du Kazakhstan. Ce programme a conduit à la mise en œuvre de cinq réformes institutionnelles ainsi que du plan national des 100 étapes concrètes pour moderniser l'économie et les institutions de l'État. La capacité du premier président à développer des relations internationales et diplomatiques constructives a été un facteur majeur du développement du pays et a conduit à un afflux de milliards d'euros d'investissements au Kazakhstan. Entre-temps, mon pays a rejoint le top 50 des économies compétitives du monde.

Un point culminant de l'héritage du premier président a été sa décision de ne pas poursuivre un État nucléaire. Cette promesse a été confirmée par la fermeture du plus grand site d'essais nucléaires du monde à Semipalatinsk, ainsi que par l'abandon complet du programme d'armes nucléaires du Kazakhstan. Elbasy a également été l'un des leaders de la promotion des processus d'intégration en Eurasie. Cette intégration a conduit à l'Union économique eurasienne, qui est devenue une grande association de pays membres assurant la libre circulation des marchandises, des services, de la main-d'œuvre et des capitaux, et a profité au Kazakhstan et à ses voisins.

En 2015, le premier président Nursultan Nazarbayev a annoncé que l'élection serait la dernière et que «une fois les réformes institutionnelles et la diversification économique réalisées; le pays doit subir une réforme constitutionnelle qui implique le transfert du pouvoir du président au parlement et au gouvernement. »

Démissionnant de ses fonctions en 2019, rapidement remplacé par Kassym-Jomart Tokayev, la nouvelle direction a continué à fonctionner dans l'esprit du premier président en matière de développement économique et de coopération internationale constructive.

Comme l'a mentionné le président Tokaïev dans son récent article: «Il ne fait aucun doute que seul un véritable homme politique, sage et tourné vers l'avenir, peut choisir sa propre voie, se situant entre deux parties du monde - l'Europe et l'Asie, deux civilisations - occidentale et orientale, deux systèmes - totalitaire et démocratique. Avec tous ces éléments, Elbasy a pu former un nouveau type d'État combinant traditions asiatiques et innovations occidentales. Aujourd'hui, le monde entier connaît notre pays comme un État transparent épris de paix, qui participe activement aux processus d'intégration. "

Visite en Belgique pour le 12e sommet de l'ASEM, 2018

Belgique

La Commission approuve un programme de subventions salariales de 434 millions d'euros pour soutenir les entreprises belges touchées par l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un régime belge de subventions salariales de 434 millions d'euros pour soutenir les entreprises qui ont dû suspendre leurs activités en raison de nouvelles mesures d'urgence mises en place par le gouvernement pour limiter la propagation du coronavirus. Le régime a été approuvé au titre de l'aide d'État Cadre temporaire.

Le programme sera ouvert aux entreprises des secteurs de l'hôtellerie, de la culture, des loisirs et de l'événementiel, des sports, des parcs de vacances et des campings, ainsi qu'aux agences de voyages, aux voyagistes et aux services d'information touristique. La mesure s'applique également à certains de leurs fournisseurs, sous réserve qu'ils aient subi une baisse significative de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture forcée de leurs clients.

L'aide publique prendra la forme de subventions directes, d'un montant correspondant aux cotisations de sécurité sociale dues par les employeurs entre juillet et septembre 2020. Le régime vise à éviter les licenciements et à aider les bénéficiaires à reprendre leurs activités après l'arrêt obligatoire. période.

La Commission a constaté que le régime belge était conforme aux conditions énoncées dans la Cadre temporaire. En particulier, le soutien (i) sera accordé aux entreprises particulièrement touchées par l'épidémie de coronavirus; (ii) ne dépassera pas 80% du salaire brut du personnel bénéficiaire au cours de la période de 3 mois concernée; et iii) est soumis à la condition que les employeurs s'engagent à ne pas licencier le personnel concerné pendant les trois mois suivant l'octroi de l'aide. La Commission a conclu que le régime était nécessaire, approprié et proportionné pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans le cadre temporaire.

Sur cette base, la Commission a approuvé la mesure conformément aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. Vous trouverez plus d'informations sur le cadre temporaire et d'autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.59297 dans le registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Continuer la lecture

Belgique

Les maisons de retraite en Belgique violent les droits de l'homme

En cliquant sur ce bouton,

on

Les droits humains fondamentaux des personnes âgées dans les maisons de retraite en Belgique ont été violés pendant la pandémie de coronavirus, a déclaré un groupe de défense des droits dans un rapport. Selon un rapport d'Amnesty International sur les maisons de retraite médicalisées en Belgique, les autorités du pays ont «abandonné» des personnes âgées dans des maisons de retraite médicalisées et elles sont décédées «tôt» faute de soins de santé suffisants, écrit Busra Nur Bilgic Cakmak.

Le rapport - préparé à partir d'entretiens avec des personnes dans des maisons de soins infirmiers, des employés et des gestionnaires en mars-octobre - a déclaré que 61% des personnes décédées pendant cette période dans le pays étaient celles qui sont restées dans des maisons de retraite. En Belgique, avec une population de 11.4 millions, 535,000 14,000 cas et plus de 19 XNUMX décès ont été enregistrés depuis le début de la pandémie de COVID-XNUMX.

Selon le rapport, les autorités ont retardé la prise de mesures pour protéger les personnes âgées qui restent dans des maisons de retraite. Le rapport a également fait valoir que jusqu'en août, la capacité de test était insuffisante pour les employés des maisons de soins infirmiers, qui ont travaillé sans équipement de protection adéquat pendant une longue période.

Continuer la lecture

Belgique

La Belgique lance des ascenseurs pour patients COVID en Allemagne

En cliquant sur ce bouton,

on

By

La deuxième vague croissante de cas de COVID-19 en Belgique l'a obligée à déplacer certains patients gravement malades, dont beaucoup sous ventilateurs, vers l'Allemagne voisine, et des ambulances aériennes ont commencé à transporter des patients belges plus loin dans le pays mardi 3 novembre, écrivez Philip Blenkinsop et .

L'opérateur d'hélicoptère transporte chaque victime de COVID dans un sac en plastique transparent géant connecté à des dispositifs médicaux. La plupart des patients transférés sont intubés et sous ventilateurs.

La Belgique a eu l'un des taux de mortalité par habitant les plus élevés de la première vague de coronavirus en mars-avril, et a maintenant le plus grand nombre par habitant de nouvelles infections confirmées d'Europe, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Le pays de 11 millions d'habitants compte 7,231 1,302 patients COVID hospitalisés, dont XNUMX XNUMX en réanimation et les hotspots locaux, comme la ville orientale de Liège, ont vu la capacité des lits de soins intensifs être atteinte.

Les ambulances ont commencé à transporter des patients de l'autre côté de la frontière la semaine dernière et ont jusqu'à présent transféré 15. Des hélicoptères d'ambulance aérienne ont commencé à transférer des patients plus profondément en Allemagne à partir de mardi.

Olivier Pirotte, coordinateur des opérations du Centre Medical Heliporte (centre médical d'hélicoptères), a déclaré que le transport aérien était nécessaire pour minimiser le temps de trajet des patients.

Un voyage comme dans la ville allemande de Münster prendrait au moins trois heures de route, mais peut être effectué jusqu'à trois fois plus rapidement par avion, et avec moins de chocs pour le patient, tels que les bosses de la route.

Martin Kotthaus, ambassadeur d'Allemagne en Belgique, a déclaré qu'un mécanisme avait été mis en place pour permettre aux patients belges de se transférer dans des hôpitaux de l'État allemand de Rhénanie du Nord-Westphalie, où il y a plus de capacité disponible.

«Dans la première vague, l'Allemagne comptait plus de 230 patients d'Italie, de France et des Pays-Bas. Maintenant, nous étendons notre aide à la Belgique », a-t-il déclaré à Reuters. «Mais à l'avenir, ce sont peut-être les Allemands qui devraient venir en Belgique.»

Continuer la lecture
Publicité

Facebook

Twitter

Tendance