Suivez nous sur

France

La France organise une réunion pro-nucléaire pour faire pression pour la reconnaissance par l'UE des objectifs climatiques

PARTAGEZ:

Publié le

on

La France a accueilli mardi 16 mai une réunion des ministres de 16 États européens pronucléaires visant à coordonner l'expansion de l'énergie atomique et à exhorter l'UE à reconnaître son rôle dans la réalisation des objectifs climatiques pour 2050, a déclaré le ministère de l'énergie du pays.

La réunion à Paris comprenait le commissaire européen à l'énergie Kadri Simson et des représentants de 14 pays de l'UE, dont la France, la Belgique et les Pays-Bas, ainsi que l'Italie en tant qu'observateur et le Royaume-Uni en tant qu'invité non membre de l'UE.

Un responsable du ministère français a déclaré que la participation du Royaume-Uni était précieuse car le pays construit deux réacteurs et pourrait partager des informations sur les économies d'échelle.

Chaque pays fera le point sur ses projets nucléaires. "Nous pourrons ... voir quels types de synergies et de coordination peuvent être mis en place sur des questions telles que le financement, la formation professionnelle et le recrutement pour relancer le secteur nucléaire en Europe", a déclaré le responsable.

Yves Desbazeille, directeur du groupe de pression européen Nucleareurope, fera également une présentation, incluant des chiffres sur la création potentielle d'emplois et d'investissements.

Un projet de déclaration post-réunion a déclaré que les pays encourageraient le commissaire à intégrer l'énergie nucléaire dans la politique énergétique de l'UE en reconnaissant le nucléaire aux côtés d'autres technologies d'énergie verte dans les objectifs de décarbonation de l'UE.

Les discussions porteront sur la loi européenne Net Zero Industry Act, la banque de l'hydrogène, les définitions de l'hydrogène à faible émission de carbone et les stratégies d'importation d'hydrogène, entre autres sujets, a déclaré le responsable français.

Publicité

Le projet de document demande également la publication d'une communication de l'UE sur les petits réacteurs modulaires.

La déclaration, qui pourrait encore changer avant son adoption mardi, a déclaré que les participants prévoyaient de porter la capacité nucléaire de l'UE à 150 gigawatts d'ici 2050 contre 100 GW aujourd'hui en construisant 30 à 45 nouveaux réacteurs, à petite et à grande échelle.

Le renforcement de la chaîne d'approvisionnement et la réduction de la dépendance vis-à-vis de la Russie figurent également parmi les objectifs de coordination.

Un responsable de la Commission européenne a déclaré que la présence de Simson était "un signal d'attention active à une industrie en croissance et à une technologie clé pour le net zéro, mais sans s'écarter de notre rôle limité et de notre position neutre", car toute déclaration signée ne concernerait que les représentants nationaux.

L'énergie nucléaire a fait un bond en avant dans l'agenda de la politique énergétique de l'UE cette année lorsque pays éclatés dans des alliances pro et anti-nucléaires au milieu d'un différend sur l'opportunité de compter la source d'énergie dans les objectifs de l'UE en matière d'énergie renouvelable.

Après un compromis de dernière minute sur cette loi, la France et d'autres États pro-nucléaires cherchent maintenant à améliorer plus largement le statut de l'énergie nucléaire et à renforcer la coopération entre les pays qui utilisent cette technologie.

L'énergie nucléaire peut produire de grandes quantités d'électricité de base sans CO2, et les pays européens, dont la Pologne, prévoient leurs premiers réacteurs pour aider à éliminer progressivement les combustibles fossiles.

Certains États sans littoral, comme la République tchèque, considèrent le nucléaire comme une source d'énergie verte clé, notamment parce qu'ils ne peuvent pas, contrairement aux États côtiers, construire de grands parcs éoliens offshore.

Les opposants de l'UE à l'énergie nucléaire - parmi lesquels l'Allemagne, qui a éteint ses derniers réacteurs le mois dernier, le Luxembourg et l'Autriche - citent des préoccupations telles que l'élimination des déchets et les problèmes de maintenance qui ont tourmenté la flotte française ces dernières années.

L'Autriche et le Luxembourg poursuivent l'UE en justice pour sa décision d'étiqueter officiellement les investissements nucléaires comme "verts".

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance