Suivez nous sur

Commerce

Passer au vert devient plus cher alors que l’UE impose des droits de douane sur les voitures électriques chinoises

PARTAGEZ:

Publié le

on

Les prix des voitures électriques chinoises vont augmenter dans l'Union européenne après que la Commission ait cédé aux pressions des politiciens inquiets de la concurrence pour leur industrie automobile nationale. Il a « provisoirement conclu » que les constructeurs chinois de véhicules électriques (VE) seront confrontés à des droits de douane à partir du 4 juillet « si les discussions avec les autorités chinoises ne conduisent pas à une solution efficace ».

La Chine a averti que les droits de douane violeraient les règles du commerce international et a qualifié l'enquête de la Commission de « protectionnisme ». Les fabricants de véhicules électriques qui ont coopéré à l’enquête seront confrontés à des droits de douane moyens de 21 %, tandis que ceux qui n’ont pas coopéré seront confrontés à des droits de 38.1 %.

La déclaration de la Commission est la suivante :

Dans le cadre de son enquête en cours, la Commission a provisoirement conclu que le véhicules électriques à batterie (BEV) en Chine bénéficie de subvention injuste, ce qui provoque un menace de préjudice économique pour les producteurs européens de BEV. L'enquête a également examiné les conséquences et l'impact probables des mesures sur les importateurs, les utilisateurs et les consommateurs de VEB dans l'UE.

Par conséquent, la Commission a contacté les autorités chinoises pour discuter de ces conclusions et explorer les moyens possibles de résoudre les problèmes identifiés d'une manière compatible avec les règles de l'OMC.

Dans ce contexte, la Commission a a divulgué au préalable le niveau des droits compensateurs provisoires qu'il imposerait sur les importations de véhicules électriques à batterie (« BEV ») en provenance de Chine. Si les discussions avec les autorités chinoises n'aboutissaient pas à une solution efficace, ces droits compensateurs provisoires seraient introduits à partir du 4 juillet par une garantie (sous la forme à déterminer par les douanes de chaque État membre). Ils ne seraient perçus que si et lorsque des droits définitifs seraient imposés.  

Publicité

Les droits individuels que la Commission appliquerait aux trois producteurs chinois retenus dans l'échantillon seraient les suivants : 

• BYD : 17,4% ; 

•Geely : 20 % ; et 

• SAIC : 38,1%. 

Les autres producteurs de BEV en Chine, qui ont coopéré à l'enquête mais n'ont pas été retenus dans l'échantillon, seraient soumis au droit moyen pondéré suivant : 21 %. 

Tous les autres producteurs de BEV en Chine qui n'ont pas coopéré à l'enquête seraient soumis au droit résiduel suivant : 38,1 %. 

Procédure et prochaines étapes 

Le 4 octobre 2023, la Commission a officiellement ouvert d'office une enquête antisubventions sur les importations de véhicules électriques à batterie destinés aux passagers en provenance de Chine. Toute enquête sera conclue dans un délai maximum de 13 mois après son ouverture. Des droits compensateurs provisoires peuvent être publiés par la Commission dans les 9 mois suivant l'ouverture (c'est-à-dire au plus tard le 4 juillet). Les mesures définitives doivent être imposées dans les quatre mois suivant l'institution des droits provisoires.

Suite à une demande motivée, un producteur de BEV en Chine – Tesla – peut recevoir un taux de droit calculé individuellement au stade définitif. Toute autre entreprise produisant en Chine non sélectionnée dans l'échantillon final et souhaitant faire l'objet d'une enquête sur sa situation particulière peut demander un réexamen accéléré, conformément au règlement antisubventions de base, juste après l'imposition des mesures définitives (c'est-à-dire 13 mois après l'ouverture). . Le délai pour conclure un tel examen est de 9 mois.  

Des informations sur les niveaux envisagés de droits provisoires sont fournies à toutes les parties intéressées (y compris les producteurs, importateurs et exportateurs de l'Union et leurs associations représentatives, les producteurs-exportateurs chinois et leurs associations représentatives, ainsi que le pays d'origine et/ou d'exportation, à savoir la Chine), et aux États membres de l'UE avant que de telles mesures ne soient imposées, conformément aux procédures établies par le règlement antisubventions de base de l'UE.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance