Suivez nous sur

EU

Semaine à venir : l'état dans lequel nous sommes

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

La grande pièce maîtresse de cette semaine sera le discours sur l'état de l'UE (SOTEU) du président de la Commission européenne von der Leyen devant le Parlement européen à Strasbourg. C'est une vanité empruntée aux États-Unis, lorsque le président des États-Unis s'adresse au Congrès au début de chaque année pour exposer ses plans (et cela a toujours été un lui à ce jour) pour l'année à venir. 

Je suis toujours étonné par la confiance en soi américaine et la croyance presque indestructible que l'Amérique est la plus grande nation sur terre. Bien que penser que vous êtes juste génial doit être un état d'esprit agréable, l'état précaire des États-Unis à tant de niveaux en ce moment me fait penser que le regard excessivement critique que les Européens jettent sur leur sort peut être une perspective plus saine. Pourtant, parfois, ce serait bien si nous pouvions reconnaître les nombreux avantages de l'UE et être un peu plus «européens et fiers».

Il est difficile d'évaluer l'intérêt que la SOTEU exerce en dehors des personnes les plus engagées dans les activités de l'UE. En règle générale, les Européens, à l'exception d'un petit groupe des plus dévots, ne se plaignent pas de l'épanouissement de l'UE, ou ne sont généralement pas enthousiasmés par sa direction. Bien que nous ayons pu réfléchir au contrefactuel, le Royaume-Uni a fourni à chaque citoyen de l'UE un regard très dur de « et si ? » 

Publicité

En regardant où le monde, l'UE semble être dans un état plus sain que la plupart - cela a également un sens littéral cette année, nous sommes probablement le continent le plus vacciné sur terre, il existe un plan ambitieux pour dynamiser notre économie hors de son marasme pandémique et le continent a tiré le menton et a décidé de faire rien de moins que de diriger le monde dans la lutte contre le changement climatique. Personnellement, je ressens une grande vague d'espoir du fait que nous semblons avoir collectivement décidé qu'assez c'est assez avec ceux au sein de l'UE qui veulent revenir sur les valeurs démocratiques et l'état de droit. 

Plusieurs propositions viendront de la Commission cette semaine : Vestager présentera le plan pour la « Décennie numérique de l'Europe » ; Borrell exposera les plans de l'UE pour les liens avec la région indo-pacifique ; Jourova présentera le plan de l'UE sur la protection des journalistes ; et Schinas présentera le paquet de l'UE sur la réponse et la préparation aux urgences sanitaires. 

Il s'agit bien entendu d'une session plénière du Parlement. Outre la SOTEU, la situation humanitaire en Afghanistan et les relations de l'UE avec le gouvernement taliban seront débattues ; la liberté des médias et l'état de droit en Pologne, l'Union européenne de la santé, la carte bleue européenne pour les migrants hautement qualifiés et les droits des LGBTIQ sont autant de sujets de discussion.

Publicité

EU

Semaine à venir : Averti en a un avant-gardiste

En cliquant sur ce bouton,

on

Le vice-président de la Commission, Maroš Šefčovič, présentera mercredi 8 septembre le deuxième rapport annuel de prospective stratégique de la Commission. Le rapport intervient une semaine avant le discours annuel sur « l'état de l'UE » du président de la Commission. L'initiative fait partie d'un effort visant à garantir que l'UE est résiliente face aux défis, mais également capable de se préparer en intégrant la prévoyance dans tous les aspects de l'élaboration des politiques. Le rapport 2021 examinera les mégatendances structurelles mondiales vers 2050 qui devraient affecter l'UE et identifiera les domaines dans lesquels l'UE pourrait renforcer son leadership mondial. 

Mardi 7 septembre, le commissaire Hahn tiendra une conférence de presse sur l'adoption du cadre des obligations vertes. taxonomie de l'UE ».

Parlement

Publicité

L'Europe à l'ère du numérique La vice-présidente exécutive et commissaire à la concurrence Margrethe Vestager se réunira (6 septembre) avec les présidents de cinq commissions (INGE, ITRE, IMCO, LIBE, AIDA) au Parlement pour un échange de vues sur l'agenda numérique. 

Le Comité des droits des femmes et la délégation pour les relations avec l'Afghanistan se réuniront pour discuter de la situation des droits des femmes et des filles.

Le comité spécial sur la lutte contre le cancer se réunira jeudi 9 septembre pour discuter de l'échange de données sur la santé et de la numérisation dans la prévention et les soins du cancer, ainsi que d'une mise à jour sur la mise en œuvre de la stratégie de l'UE sur les produits chimiques pour la durabilité dans le contexte de prévention du cancer.

Publicité

La sous-commission de la sécurité et de la défense discutera de la situation en Afghanistan, ainsi que d'une étude sur « la préparation et les réponses de l'UE aux menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN) » et le projet de rapport du député européen Sven Mikser (S&D, EE) sur « » Défis et perspectives pour les régimes multilatéraux de maîtrise des armes de destruction massive et de désarmement ». 

Tribunal

La Cour de justice de l'Union européenne rendra son avis sur le recouvrement de 2.7 milliards d'euros auprès du Royaume-Uni pour son incapacité à mettre en place une approche fondée sur les risques en matière de contrôle douanier, malgré les avertissements répétés de l'OLAF, l'office indépendant de lutte contre la fraude de l'UE. L'incapacité à résoudre ce problème signifiait également que les fabricants de l'UE devaient concurrencer des marchandises sous-évaluées entrant dans l'UE via l'UE. Le chiffre de l'OLAF couvre les années 2011-2017. D'autres arrêts importants sont attendus dans le domaine de l'asile (C-18/20, C-768/19).

Conseil

Les ministres de l'Agriculture et de la Pêche se réuniront de manière informelle du 5 au 7. Les ministres de l'Économie et des Finances tiendront une réunion informelle par vidéoconférence le 6 septembre et tiendront une autre réunion informelle les 10-11. Comme d'habitude, l'Eurogroupe se réunira avant la réunion inclusive du 10. 

BCE

La Banque centrale européenne tiendra sa réunion mensuelle régulière jeudi, alors que l'inflation dépasse désormais l'objectif de 2%, tous les yeux seront rivés sur ce que la BCE fera ensuite.

Tunisie

Le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, se rendra en Tunisie vendredi 10 septembre. En juillet, le président tunisien Kais Saied a destitué le Premier ministre et soupçonné le parlement d'invoquer des pouvoirs d'urgence face aux manifestations contre les difficultés économiques et l'augmentation des cas de Covid-19. L'UE a appelé la Tunisie à respecter sa constitution et l'État de droit. . 

Continuer la lecture

EU

Retour à l'école, regard de EU Reporter sur la semaine à venir

En cliquant sur ce bouton,

on

À ceux d'entre vous qui ont réussi à s'évader pour une pause estivale réparatrice, bravo, vous en aurez besoin. Le prochain mandat va être (un autre) chargé. 

Une grande partie de la législation a commencé son parcours législatif à travers la machine décisionnelle complexe de l'UE, avec de nombreuses propositions très charnues sur le point d'être tranchées, coupées en dés et épicées, et finalement jetées dans la poêle à frire du comité de conciliation pour être présentées à cinq heures du matin par un politicien aux yeux larmoyants comme un triomphe de la présidence durement gagné. Parmi les grands, il y a les propositions pour le climat numérique et « Fit for 55 ». Les propositions climatiques promettent d'être particulièrement meurtrières étant donné que la « loi sur le climat » fixant les engagements carbone a déjà été acceptée ; trouver un équilibre définitif entre les propositions va nécessiter un marchandage d'une ampleur jusqu'alors inconnue.

Le périphérique de Bruxelles était assez en sommeil en août jusqu'à ce que les événements catastrophiques en Afghanistan aient conduit à une sortie de panique et sans gloire de 20 ans d'intervention occidentale. L'« Occident » se trouve dans un gâchis en lambeaux, avec une confiance au plus bas. La Commission von der Leyen s'est présentée comme une commission « géopolitique », l'administration Biden a déclaré « L'Amérique est de retour ! - et pourtant nous y sommes. Une chose que j'ai apprise, c'est que les choses ne sont jamais si mauvaises qu'elles ne peuvent pas empirer. Le triomphe des talibans et le rappel brutal que l'Etat islamique n'est pas parti apporteront du secours à ceux qui soutiennent leurs idéaux ailleurs. Ce n'est pas une belle image, mais l'Europe et l'« Occident » au sens large doivent avoir le courage d'être mieux eux-mêmes qui défendent les droits, la démocratie, l'État de droit et la prospérité tant au pays qu'à l'étranger. 

Publicité

La semaine prochaine, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense se réuniront pour des conseils informels afin de discuter des conséquences des récents événements. La grave instabilité plus proche de chez nous en Afrique du Nord, au Liban et en Biélorussie - entre autres - et, bien sûr, en Afghanistan.

Les ministres de la défense se réuniront pour discuter de la boussole stratégique de l'UE, l'objectif est d'avoir un document complet d'ici novembre ; les événements récents ont montré que l'UE doit assumer davantage ses responsabilités et une action concertée en matière de sécurité et de défense.

Mardi (31 août) aura lieu une réunion extraordinaire des ministres de la justice et des affaires intérieures qui se réuniront pour discuter de la manière dont ils traiteront les inévitables mouvements de personnes en provenance d'Afghanistan, la réinstallation dans l'UE et le soutien aux pays voisins qui ont déjà accueilli des millions de réfugiés qui auront besoin de plus de soutien financier.

Publicité

Règle de loi

Il est difficile d'être un phare pour l'État de droit à l'étranger, si vos propres éléments constitutifs déchirent joyeusement les normes, ce qui m'amène en Pologne et en Hongrie où l'état de stase est resté pendant l'été.

Von der Leyen a repoussé les députés européens et les experts juridiques dans une lettre de cinq pages qui énumérait comment la Hongrie avait enfreint six des huit principes de l'état de droit liés aux dépenses du budget de l'UE et devrait donc déclencher la «conditionnalité de l'état de droit» récemment créée. mécanisme pour empêcher le détournement de fonds. Von der Leyen a écrit que les députés européens n'avaient pas fourni suffisamment de preuves des violations et que la Commission "n'avait pas été correctement appelée à agir".

Le jour des comptes de la Pologne, le 16 août, était un non-événement, avec de nouvelles tergiversations de la part du siège de la Commission. On ne peut s'empêcher de penser qu'il y a quelqu'un au service juridique de la Commission qui a encadré la citation de Douglas Adams sur son mur : « J'adore les délais. J'adore le bruit qu'ils font au passage.

La Commission a donné un coup de pied sur la route en « lisant et en analysant » la réponse de la Pologne. La vice-présidente Jourova se rendra en Pologne lundi 30 août. Les bruits provenant du ministre de la Justice Zbigniew Ziobro ne sont pas encourageants, tweetant récemment que l'UE est engagée dans une « guerre hybride » contre l'UE. 

Entre-temps, la Slovénie continue de ralentir la nomination de procureurs au Parquet européen, le Premier ministre slovène Jansa bloquant les nominations.

Continuer la lecture

Économie

Europe mondiale : 79.5 milliards d'euros pour soutenir le développement

En cliquant sur ce bouton,

on

L'UE s'apprête à investir 79.5 milliards d'euros dans le développement et la coopération internationale dans les pays voisins et au-delà d'ici 2027, Société.

Dans le cadre de son budget 2021-2027, l'Union européenne repense ses investissements en dehors du bloc. Suite à un accord historique avec les pays de l'UE en décembre 2020, les députés voteront lors de la session plénière de juin à Strasbourg sur la création du fonds Global Europe de 79.5 milliards d'euros, qui fusionne plusieurs instruments européens existants, dont le Fonds européen de développement. Cette rationalisation permettra à l'UE de défendre et de promouvoir plus efficacement ses valeurs et ses intérêts dans le monde et de répondre plus rapidement aux défis mondiaux émergents.

L'instrument financera les priorités de la politique étrangère de l'UE dans les sept années à venir et soutenir le développement durable dans pays voisins de l'UE, ainsi qu'en Afrique subsaharienne, en Asie, dans les Amériques, dans le Pacifique et dans les Caraïbes. Global Europe soutiendra des projets qui contribuent à résoudre des problèmes tels que l'éradication de la pauvreté et migration et promouvoir les valeurs de l'UE telles que droits de l'homme et démocratie.

Publicité

Le programme soutiendra également les efforts multilatéraux mondiaux et veillera à ce que l'UE soit à la hauteur de ses engagements dans le monde, y compris les objectifs de développement durable et l'accord de Paris sur le climat. Trente pour cent du financement global du programme contribueront à atteindre objectifs climatiques.

Au moins 19.3 milliards d'euros sont réservés aux pays voisins de l'UE, 29.2 milliards d'euros devant être investis en Afrique subsaharienne. Le financement de Global Europe sera également mis de côté pour une action de réponse rapide, y compris la gestion des crises et la prévention des conflits. L'UE renforcera son soutien à l'investissement durable dans le monde entier dans le cadre de la Fonds européen pour le développement durable Plus, qui mobilisera des capitaux privés pour compléter l'aide directe au développement.

Lors des négociations avec le Conseil, le Parlement a assuré une implication accrue des députés européens dans les décisions stratégiques concernant le programme. Une fois approuvé, le règlement sur l'Europe mondiale s'appliquera rétroactivement à partir du 1er janvier 2021.

Publicité

L'Europe mondiale est l'une des 15 programmes phares de l'UE soutenu par le Parlement dans les négociations sur le budget de l'UE pour 2021-2027 et le Instrument de relance de l'UE, qui permettront collectivement à l'Union de fournir plus de 1.8 billion d'euros de financement au cours des années à venir.

Global Europe 

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance