Suivez nous sur

Économie

Chaque cycle économique a sa guerre des devises

PARTAGEZ:

Publié le

on

Dans les années 1920, la France, l’Allemagne et la Belgique ont dévalué leur monnaie pour revenir à l’étalon-or, abandonné pendant la Première Guerre mondiale. Dans les années 1930, les principales économies mondiales ont eu recours à des dévaluations compétitives pour retrouver la prospérité perdue après la Bourse américaine de 1929. krach boursier. En 2024, la force du dollar pourrait déclencher une nouvelle guerre des devises, explique Johan Gabriels, directeur régional chez iBanPremier, l'un des principaux fournisseurs de services de change et de paiements internationaux pour les entreprises. 

Allons-nous vers une nouvelle guerre des devises ? Pour l’instant, seuls quelques pays interviennent pour contrer l’effondrement de leur monnaie face au dollar américain. Ces pays ont un point commun : ils sont tous situés en Asie. L'Indonésie a relevé ses taux en mai pour soutenir la roupie, tandis que le Japon s'appuie sur des achats directs de yens sur le marché des changes.

Succès mitigé des interventions de la Banque du Japon 

Selon les dernières estimations, les deux interventions de la Banque du Japon au début du mois ont coûté 60 milliards de dollars. Le Japon dispose d’importantes réserves de change et peut, en théorie, continuer à intervenir. Toutefois, l’efficacité d’une intervention unilatérale est douteuse. Dans le passé, les interventions réussies étaient coordonnées et alignées sur la politique monétaire. Pour que l'intervention japonaise soit efficace, il faudrait également que le Trésor américain achète du yen, ce qui n'est pas prévu actuellement. En outre, la Banque du Japon devrait normaliser davantage sa politique monétaire, car une politique ultra-accommodante est incompatible avec une monnaie forte à long terme.

Dévaluations compétitives en Asie 

Ce qui inquiète le marché, c'est le risque de dévaluations compétitives en Asie pour contrer la force du dollar. Une dévaluation du yuan pourrait être le premier domino à tomber. Cela permettrait à la Chine de retrouver sa compétitivité et de relancer son économie axée sur les exportations jusqu’aux niveaux d’avant la pandémie. Les analystes craignent ce scénario depuis des mois.

Publicité

Mais y a-t-il un risque réel ? Nous ne le croyons pas. Les appels à une dépréciation significative (voire à une dévaluation) du yuan ignorent les réalités économiques. La Chine affiche un excédent courant important, de l’ordre de 1 à 2 % de son PIB. Son excédent commercial est de 3 à 4 % du PIB, et celui du secteur manufacturier dépasse 10 % du PIB. Compte tenu de la taille de l’économie chinoise – 18 15 milliards de dollars, soit XNUMX % du PIB mondial – ces excédents sont énormes ».

Le risque de fuite des capitaux 

Toutefois, cela ne signifie pas qu’il n’y a aucun problème. De nombreux exportateurs ne convertissent pas leurs bénéfices en renminbi. En raison des écarts de taux d’intérêt et du manque de confiance dans la politique chinoise, les sorties de capitaux sont importantes. En 2023, ils ont atteint leur plus haut niveau depuis cinq ans, rappelant de mauvais souvenirs aux autorités. 

De plus, une dévaluation du yuan ne ferait que renforcer la fuite des capitaux, comme ce fut le cas en 2015-16. Ce moment douloureux de l'histoire économique de la Chine incite probablement Pékin à être prudent dans la gestion du taux de change. Depuis le début de l'année, la Chine a principalement cherché à maintenir la stabilité du renminbi par rapport au dollar sans utiliser les vastes réserves de change de la banque centrale. Au lieu de cela, elle s'est appuyée sur le fixage quotidien et l'intervention directe sur le marché des banques commerciales publiques pour signaler qu'une dépréciation du yuan par rapport au dollar n'était pas souhaitée.

Manipulation de devises ? 

Contrairement à l’ère Trump, l’administration Biden semble satisfaite du niveau du yuan. L'excédent du compte courant de la Chine n'est pas suffisamment élevé pour que le Trésor américain puisse le considérer comme un signe de manipulation monétaire. En outre, la croissance des réserves de change de la Chine est relativement stable, ce qui indique encore une fois l'absence de manipulation. Enfin, Washington est bien conscient que la pression baissière sur le yuan reflète en partie la force du dollar.

Tant que la Réserve fédérale américaine ne s’orientera pas vers une baisse des taux – ce qui n’est pas certain cette année – la force du dollar restera un problème pour la Chine et le reste du monde. Cependant, les analystes d'iBanFirst doutent que la réponse appropriée à la force du dollar soit une série de dévaluations compétitives, notamment en Chine.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance