Suivez nous sur

Économie

La BCE autorisera l'inflation à dépasser 2% pendant une "période transitoire"

En cliquant sur ce bouton,

on

S'exprimant à l'issue de la première réunion du Conseil des gouverneurs depuis que la BCE a présenté sa revue stratégique, la présidente de la BCE Christine Lagarde a annoncé que l'inflation pourrait dépasser l'objectif de 2% pour une "période transitoire", mais se stabiliser à 2% à moyen terme. 

L'examen stratégique a adopté ce que l'on appelle un objectif d'inflation symétrique de XNUMX % à moyen terme. Dans le passé, la banque centrale de la zone euro avait pris pour position de ne jamais dépasser l'objectif. La nouvelle flexibilité, qui a fait l'unanimité, est néanmoins traitée avec une certaine prudence par certaines banques centrales plus prudentes face à l'inflation, notamment la Bundesbank allemande. 

La BCE s'attend à ce que l'inflation augmente en grande partie en raison de la hausse des prix de l'énergie, des pressions temporaires sur les coûts dues à une demande renouvelée dans l'économie avec certains goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement et l'impact d'une réduction temporaire de la TVA en Allemagne l'année dernière. Elle s'attend à ce que d'ici début 2022, l'impact de ces facteurs rééquilibre la situation. La faible croissance globale des salaires et l'appréciation de l'euro signifient que les pressions sur les prix resteront probablement modérées dans l'ensemble. 

Publicité

route rocheuse

La croissance pourrait être inférieure aux attentes de la BCE si la pandémie s'intensifie ou si les pénuries d'approvisionnement se révèlent plus persistantes et freinent la production. Cependant, l'activité économique pourrait dépasser nos attentes si les consommateurs dépensent plus que prévu et puisent plus rapidement dans les économies qu'ils ont accumulées pendant la pandémie.

La dernière enquête de la BCE sur les prêts bancaires montre que les conditions de crédit pour les entreprises et les ménages se sont stabilisées et que les liquidités restent abondantes. Alors que les taux des prêts bancaires pour les entreprises et les ménages restent historiquement bas, on pense que cela peut être dû au fait que les entreprises sont bien financées grâce à leurs emprunts lors de la première vague de la pandémie.

Publicité

Économie

Les transports urbains durables à l'honneur de la Semaine européenne de la mobilité

En cliquant sur ce bouton,

on

Environ 3,000 XNUMX villes à travers l'Europe participent à la Semaine européenne de la mobilité, qui a commencé hier et durera jusqu'au mercredi 22 septembre. La campagne 2021 a été lancée sous le thème « Sûr et sain avec une mobilité durable » et encouragera l'utilisation des transports publics en tant qu'option de mobilité sûre, efficace, abordable et à faibles émissions pour tous. 2021 est également le 20e anniversaire de la journée sans voiture, à partir de laquelle s'est développée la Semaine européenne de la mobilité.

« Un système de transport propre, intelligent et résilient est au cœur de nos économies et au cœur de la vie des gens. C'est pourquoi, à l'occasion du 20e anniversaire de la Semaine européenne de la mobilité, je suis fière des 3,000 XNUMX villes d'Europe et au-delà pour avoir montré comment des options de transport sûres et durables aident nos communautés à rester connectées en ces temps difficiles », a déclaré la commissaire aux transports Adina Vălean. .

Pour cette année historique, la Commission européenne a créé un musée virtuel présentant l'histoire de la semaine, son impact, ses histoires personnelles et ses liens avec les priorités plus larges de l'UE en matière de développement durable. Ailleurs, les activités à travers l'Europe comprennent des festivals de vélo, des expositions de véhicules électriques et des ateliers. L'événement de cette année coïncide également avec une consultation publique sur les idées de la Commission pour un nouveau cadre de mobilité urbaine, et le Année européenne du rail avec ses Correspondance Europe Express train.

Publicité

Continuer la lecture

coronavirus

La Commission approuve un régime portugais de 500,000 XNUMX euros destiné à soutenir davantage le secteur du transport de passagers aux Açores dans le contexte de l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé un régime portugais de 500,000 XNUMX € pour soutenir davantage le secteur du transport de passagers dans la région des Açores dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. La mesure a été approuvée au titre de l'aide d'État Cadre temporaire. Il fait suite à un autre régime portugais de soutien au secteur du transport de passagers aux Açores que la Commission a approuvé le 4 Juin 2021 (SA.63010). Dans le cadre du nouveau régime, l'aide prendra la forme de subventions directes. La mesure sera ouverte aux entreprises de transport collectif de passagers de toutes tailles actives aux Açores. Le but de la mesure est d'atténuer les pénuries soudaines de liquidités auxquelles ces entreprises sont confrontées et de faire face aux pertes subies en 2021 en raison de l'épidémie de coronavirus et des mesures restrictives que le gouvernement a dû mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus.

La Commission a constaté que le régime portugais était conforme aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. En particulier, l'aide (i) ne dépassera pas 1.8 million d'euros par entreprise ; et (ii) sera accordée au plus tard le 31 décembre 2021. La Commission a conclu que la mesure est nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie d'un État membre, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b). TFUE et les conditions du cadre temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé la mesure au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État. De plus amples informations sur le cadre temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus peuvent être trouvées ici. La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro SA.64599 dans le aides d'État s'inscrire sur la Commission site de la compétition une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus.

Publicité

Continuer la lecture

Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

L'UE collabore avec d'autres pays de l'OCDE pour proposer l'interdiction des crédits à l'exportation pour les projets de centrales au charbon

En cliquant sur ce bouton,

on

Les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) tiennent une réunion extraordinaire aujourd'hui (15 septembre) et jeudi (16 septembre) pour discuter d'une éventuelle interdiction des crédits à l'exportation pour les projets internationaux de production d'électricité au charbon sans mesures de compensation. Les discussions porteront sur une proposition présentée par l'UE et d'autres pays (Canada, République de Corée, Norvège, Suisse, Royaume-Uni et États-Unis) au début du mois. La proposition soutient l'écologisation de l'économie mondiale et constitue une étape importante vers l'alignement des activités des agences de crédit à l'exportation sur les objectifs de l'Accord de Paris.

Les crédits à l'exportation sont un élément important de la promotion du commerce international. En tant que participant à l'arrangement de l'OCDE sur les crédits à l'exportation bénéficiant d'un soutien public, l'UE joue un rôle majeur dans les efforts visant à garantir des règles du jeu équitables au niveau international et à assurer la cohérence de l'objectif commun de lutte contre le changement climatique. L'UE s'est engagée à mettre fin à l'aide aux crédits à l'exportation de charbon sans mesures compensatoires, et s'engage en même temps au niveau international à une transition juste.

En janvier 2021, le Conseil de l'Union européenne a appelé à la suppression progressive à l'échelle mondiale des subventions aux combustibles fossiles préjudiciables à l'environnement selon un calendrier clair et à une transformation mondiale résolue et juste. vers la neutralité climatique, y compris l'élimination progressive du charbon sans mesures compensatoires dans la production d'énergie et, dans un premier temps, la fin immédiate de tout financement de nouvelles infrastructures charbonnières dans les pays tiers. Dans son examen de la politique commerciale de février 2021, la Commission européenne s'est engagée à proposer la fin immédiate du soutien au crédit à l'exportation pour le secteur de l'électricité à partir du charbon.

Publicité

En juin de cette année, les membres du G7 ont également reconnu que la poursuite des investissements mondiaux dans la production d'électricité au charbon sans réduction était incompatible avec l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 1.5 °C et se sont engagés à mettre fin au nouveau soutien direct du gouvernement à la production mondiale d'électricité au charbon. à l'échelle internationale d'ici la fin de 2021, y compris grâce à un financement public.

Publicité
Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance