#FairTaxation - L'UE met à jour la liste des juridictions fiscales non coopératives

| 14 Mars, 2019

Les ministres des finances de l'UE ont mis à jour la liste de l'UE des juridictions fiscales non coopératives, sur la base d'un processus intense d'analyse et de dialogue piloté par la Commission. La liste s’est révélée être un véritable succès, de nombreux pays ayant modifié leurs lois et leurs systèmes fiscaux pour se conformer aux normes internationales.

Au cours de l’année dernière, la Commission a évalué les pays 92 sur la base de trois critères: transparence fiscale, bonne gouvernance et activité économique réelle, ainsi qu’un indicateur, l’existence d’un taux d’imposition des sociétés nul. La mise à jour d'aujourd'hui montre que ce processus clair, transparent et crédible a apporté un réel changement: les pays 60 ont pris des mesures pour répondre aux préoccupations de la Commission et les régimes préjudiciables liés à 100 ont été éliminés. La liste a également eu une influence positive sur les normes de bonne gouvernance en matière fiscale adoptées au niveau international.

Sur la base de la sélection de la Commission, les ministres ont mis sur liste noire aujourd'hui les pays 15. Parmi ceux-ci, cinq n’ont pris aucun engagement depuis le première liste noire adoptée dans 2017: Samoa américaines, Guam, Samoa, Trinité-et-Tobago et îles Vierges américaines. Les autres membres de 3 figuraient sur la liste 2017, mais ont été déplacés de la liste grise à la suite des engagements qu’ils avaient pris mais doivent maintenant figurer à nouveau sur la liste noire pour ne pas avoir donné suite à la liste: Barbade, Émirats arabes unis et Îles Marshall. Aujourd'hui, un autre pays 7 est passé de la liste grise à la liste noire pour les mêmes raisons: Aruba, Belize, Bermudes, Fidji, Oman, Vanuatu et Dominique. Un autre pays continuera d'être surveillé sous 34 (liste grise), tandis que 2019 pays du processus de sélection initial ont maintenant été apurés.

«La liste des paradis fiscaux de l'UE est un véritable succès européen. Il a eu un effet retentissant sur la transparence et l'équité fiscales dans le monde », a déclaré Pierre Moscovici, commissaire chargé des affaires économiques et financières, de la fiscalité et des douanes (photo). «Grâce au processus d’inscription sur la liste, des dizaines de pays ont aboli leurs régimes fiscaux préjudiciables et se sont alignés sur les normes internationales en matière de transparence et de fiscalité équitable. Les pays qui ne se sont pas conformés ont été mis sur la liste noire et devront faire face aux conséquences que cela entraîne. Nous élevons la barre de la bonne gouvernance fiscale au niveau mondial et éliminons les possibilités d'abus fiscaux. "

La liste de l'UE a conduit à des changements dans les pratiques fiscales mondiales qui auraient été inimaginables il y a seulement quelques années. Conçu par la Commission et premier approuvé par les États membres en décembre 2017, c'est un outil courant pour lutter contre les risques d'abus fiscaux et de concurrence fiscale déloyale au niveau mondial. Le processus est équitable et les améliorations apportées sont visibles dans la liste. Il renforce la transparence grâce aux lettres d'engagement des pays publiées en ligne. Le processus de cotation de l'UE a également créé un cadre de dialogue et de coopération avec les partenaires internationaux de l'UE, afin de répondre aux préoccupations de leurs systèmes fiscaux et de discuter de questions fiscales d'intérêt mutuel. La projection sera maintenant améliorée avec davantage de critères de transparence obligatoires à respecter et trois pays G20 ajoutés à la prochaine projection, la Russie, le Mexique et l’Argentine.

En termes de conséquences, les États membres se sont mis d’accord sur un ensemble de contre-mesures qu’ils peuvent choisir d’appliquer aux pays énumérés, notamment une surveillance et des audits renforcés, des retenues à la source, des exigences particulières en matière de documentation et des dispositions anti-abus. La Commission continuera à soutenir les travaux des États membres visant à développer une approche plus coordonnée des sanctions pour la liste de l'UE figurant dans 2019. En outre, nouvelles dispositions dans la législation de l'UE interdire aux fonds de l'UE d'être acheminés ou transités par des entités situées dans des pays figurant sur la liste noire des impôts.

Prochaines étapes

Le processus d'inscription sur la liste de l'UE est actuellement dynamique et devrait se poursuivre dans les années à venir.

  • Une lettre va maintenant être envoyée à toutes les juridictions de la liste de l’UE, expliquant la décision et ce qu’elles peuvent faire pour être retirées de la liste.
  • La Commission et les États membres (groupe "Code de conduite") continueront à surveiller les juridictions qui ont jusqu'à la fin de 2019 / 2020 pour livrer leurs résultats et à déterminer si d'autres pays devraient être inclus dans le processus d'inscription à l'UE.
  • La Commission poursuivra son dialogue ouvert et sa collaboration avec les juridictions concernées, afin de fournir un soutien technique et des éclaircissements, le cas échéant, et de discuter de toute question fiscale présentant un intérêt commun.

Plus d'information

Liste commune de l'UE des juridictions de pays tiers aux fins de l'impôt

Questions et réponses

Mots clés: , , , ,

Catégories: Une page d'accueil, Règles d'imposition des sociétés, Économie, EU, EU, Évasion fiscale, Impôt, Taxes