Suivez nous sur

France

Le principal suspect dit au procès des attentats de Paris qu'il est "un soldat de l'Etat islamique"

PARTAGEZ:

En cliquant sur ce bouton,

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Le principal suspect d'un déchaînement djihadiste qui a tué 130 personnes à travers Paris s'est décrit avec défi comme « un soldat de l'État islamique » et a crié au plus haut juge mercredi 8 septembre au début d'un procès sur les attentats de 2015, écrire Tangi Salaun, Yiming Woo, Michaela Cabrera, Antony Paone, Ingrid Melander, Benoit Van Overstraeten, Blandine Henault et Ingrid Melander.

Salah Abdeslam, 31 ans, serait le seul membre survivant du groupe qui a perpétré les attentats à la bombe contre six restaurants et bars, la salle de concert du Bataclan et un stade sportif le 13 novembre 2015, au cours desquels des centaines de personnes ont été blessées. .

Il a comparu devant le tribunal vêtu de noir et portant un masque facial noir. Interrogé sur sa profession, le franco-marocain a retiré son masque et a déclaré au tribunal de Paris : "J'ai abandonné mon travail pour devenir soldat de l'Etat islamique".

Publicité

Alors que les autres accusés, qui sont accusés d'avoir fourni des armes, des voitures ou d'avoir aidé à planifier les attaques, ont simplement répondu à des questions de routine sur leur nom et leur profession et sont restés silencieux, Abdeslam a clairement cherché à utiliser le début du procès comme plate-forme.

Interrogé par le plus haut juge du tribunal pour donner son nom, Abdeslam a utilisé la Shahada, un serment islamique, en disant : « Je veux témoigner qu'il n'y a de dieu qu'Allah et que Mohammad est son serviteur.

Il a ensuite crié au plus haut juge du tribunal pendant deux minutes, affirmant que les accusés avaient été traités « comme des chiens », a rapporté la télévision BFM, ajoutant que quelqu'un dans la section publique du tribunal, où sont assis les victimes et les proches des victimes, a répondu : « Espèce de salaud, 130 personnes ont été tuées."

Publicité

Victor Edou, avocat de huit survivants du Bataclan, avait déclaré plus tôt que la déclaration d'Abdeslam selon laquelle il était un soldat de l'État islamique était "très violente".

"Certains de mes clients ne vont pas très bien (...) après avoir entendu une déclaration qu'ils considéraient comme une nouvelle menace directe", a-t-il déclaré. "Ça va être comme ça pendant neuf mois."

D'autres ont dit qu'ils essayaient de ne pas attacher beaucoup d'importance aux commentaires d'Abdeslam.

"J'ai besoin de plus pour être choqué... Je n'ai pas peur", a déclaré Thierry Mallet, un rescapé du Bataclan.

La responsabilité des attaques a été revendiquée par l'État islamique, qui avait exhorté ses partisans à attaquer la France pour son implication dans la lutte contre le groupe militant en Irak et en Syrie.

Les forces de police françaises en sécurité près du palais de justice de Paris sur l'Ile de la Cité France avant le début du procès des attentats de novembre 2015, à Paris, France, le 8 septembre 2021. REUTERS/Christian Hartmann
Une plaque commémorative pour les victimes des attentats de novembre 2015 à Paris est visible près du bar et du restaurant précédemment nommé Comptoir Voltaire à Paris, France, le 1er septembre 2021. Vingt accusés subiront le procès des attentats de novembre 2015 à Paris à partir du 8 septembre 2021 au 25 mai 2022 au palais de justice de Paris sur l'Ile de la Cité, avec près de 1,800 300 parties civiles, plus de 1 avocats, des centaines de journalistes et des défis sécuritaires de grande ampleur. Photo prise le 2021er septembre XNUMX. REUTERS/Sarah Meyssonnier/File Photo

Avant le procès, les survivants et les proches des victimes avaient déclaré qu'ils étaient impatients d'entendre des témoignages qui pourraient les aider à mieux comprendre ce qui s'est passé et pourquoi cela s'est produit.

"Il est important que les victimes puissent témoigner, puissent dire aux auteurs, aux suspects qui sont à la barre, la douleur", a déclaré Philippe Duperron, dont le fils de 30 ans Thomas a été tué dans les attentats.

"Nous attendons aussi avec impatience car nous savons qu'au fur et à mesure que ce procès aura lieu la douleur, les événements, tout reviendra à la surface."

Le procès devrait durer neuf mois, avec près de 1,800 300 plaignants et plus de XNUMX avocats impliqués dans ce que le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti a qualifié de marathon judiciaire sans précédent. Le plus haut juge du tribunal, Jean-Louis Peries, a déclaré qu'il s'agissait d'un procès historique.

Onze des 20 accusés sont déjà en prison dans l'attente de leur procès et six seront jugés par contumace - la plupart d'entre eux seraient morts. La plupart risquent la réclusion à perpétuité s'ils sont reconnus coupables.

La police a mis en place une sécurité renforcée autour du palais de justice du Palais de Justice, dans le centre de Paris. Les accusés ont comparu derrière une cloison en verre renforcé dans une salle d'audience construite à cet effet et toutes les personnes doivent passer par plusieurs points de contrôle pour entrer dans le tribunal. Lire la suite.

"La menace terroriste en France est élevée, surtout à des moments comme le procès des attentats", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin à la radio France Inter.

Les premiers jours du procès devraient être en grande partie procéduraux. Les témoignages des victimes devraient commencer le 28 septembre. L'interrogatoire des accusés commencera en novembre, mais ils ne devraient pas témoigner sur la nuit des attentats et la semaine qui les a précédés jusqu'en mars. Lire la suite.

Un verdict n'est pas attendu avant la fin mai, mais le survivant du Bataclan, Gaetan Honoré, 40 ans, a déclaré que le fait d'être là depuis le début était important.

"C'était important d'être ici le premier jour, symboliquement. J'espère comprendre, d'une manière ou d'une autre, comment cela a pu se produire", a-t-il déclaré.

coronavirus

La Commission autorise un régime d'aides français de 3 milliards d'euros pour soutenir, par le biais de prêts et de prises de participation, les entreprises touchées par la pandémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a autorisé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, le projet de la France de créer un fonds de 3 milliards d'euros qui investira par le biais d'instruments de dette et d'instruments de capitaux propres et hybrides dans les entreprises touchées par la pandémie. La mesure a été autorisée au titre de l'encadrement temporaire des aides d'État. Le programme sera mis en œuvre par le biais d'un fonds, intitulé « Fonds de transition pour les entreprises touchées par la pandémie de COVID-19 », doté d'un budget de 3 milliards d'euros.

Dans le cadre de ce dispositif, le soutien prendra la forme (i) de prêts subordonnés ou participatifs ; et (ii) des mesures de recapitalisation, notamment des instruments hybrides de capital et des actions privilégiées sans droit de vote. La mesure est ouverte aux entreprises établies en France et présentes dans tous les secteurs (hormis le secteur financier), qui étaient viables avant la pandémie de coronavirus et qui ont démontré la pérennité de leur modèle économique. Entre 50 et 100 entreprises devraient bénéficier de ce dispositif. La Commission a considéré que les mesures étaient conformes aux conditions fixées dans l'encadrement temporaire.

La Commission a conclu que la mesure était nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie française, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans la surveillance temporaire. Sur cette base, la Commission a autorisé ces régimes en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Publicité

Vice-présidente exécutive Margrethe Vestager (photo), la politique de la concurrence, a déclaré : « Ce dispositif de recapitalisation de 3 milliards d'euros permettra à la France de soutenir les entreprises touchées par la pandémie de coronavirus en facilitant leur accès au financement en ces temps difficiles. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les États membres pour trouver des solutions pratiques pour atténuer l'impact économique de la pandémie de coronavirus tout en respectant les réglementations de l'UE. »

Publicité
Continuer la lecture

Inondations

Une personne toujours portée disparue après les inondations dans le sud de la France

En cliquant sur ce bouton,

on

By

Le vent, la grêle et la pluie soufflent à Rodilhan, Gard, France le 14 septembre 2021, dans cette capture d'écran obtenue à partir d'une vidéo sur les réseaux sociaux. @YLONA91/via REUTERS

Une personne était toujours portée disparue mardi (14 septembre) après que des pluies torrentielles se soient abattues sur la région du Gard, dans le sud de la France, a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, qui s'est rendu dans la région, écrivent Dominique Vidalon et Benoit Van Overstraeten, Reuters.

D'autres personnes portées disparues ont été retrouvées, ont indiqué les autorités locales.

"Environ 60 villages ont été partiellement touchés", a déclaré Darmanin sur BFM TV.

Publicité

"La situation météorologique s'est améliorée depuis le milieu de l'après-midi mais elle va encore empirer du jour au lendemain", a déclaré le préfet de la région dans un communiqué, ajoutant que les écoles de la région seraient fermées mercredi 15 septembre.

Publicité
Continuer la lecture

France

La Commission approuve un programme français de 3 milliards d'euros destiné à fournir une aide en dette et en capital aux entreprises touchées par l'épidémie de coronavirus

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a approuvé, en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État, le projet français de créer un fonds de 3 milliards d'euros qui investira par le biais d'instruments de dette, hybrides et de capitaux propres dans des entreprises touchées par l'épidémie de coronavirus. Le régime a été approuvé au titre de l'aide d'État Cadre temporaire.

Vice-présidente exécutive Margrethe Vestager (photo), en charge de la politique de concurrence, a déclaré : « Ce plan de recapitalisation de 3 milliards d'euros permettra à la France de soutenir les entreprises touchées par l'épidémie de coronavirus en facilitant leur accès au financement en ces temps difficiles. Nous continuons à travailler en étroite coopération avec les États membres pour trouver des solutions viables pour atténuer l'impact économique de l'épidémie de coronavirus, conformément aux règles de l'UE. »

La mesure de soutien française

Publicité

La France a notifié à la Commission, au titre de l'encadrement temporaire, un régime de 3 milliards d'euros destiné à fournir une aide en dette et en capital aux entreprises touchées par l'épidémie de coronavirus.

Le programme sera mis en œuvre par le biais d'un fonds, qui porte le nom de « Fonds de transition pour les entreprises touchées par l'épidémie de COVID-19 », doté d'un budget de 3 milliards d'euros. Dans le cadre du régime, l'aide prendra la forme (i) de prêts subordonnés et participatifs; et (ii) des mesures de recapitalisation, notamment des instruments hybrides de capital et des actions de préférence sans droit de vote.

La mesure est ouverte aux entreprises établies en France et actives dans tous les secteurs (sauf financier), qui étaient viables avant l'épidémie de coronavirus et ont démontré la pérennité de leur modèle économique. Entre 50 et 100 entreprises devraient bénéficier de ce dispositif.

Publicité

La Commission a constaté que les mesures sont conformes aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire. En particulier:

  • En ce qui concerne le aide sous forme de mesures de recapitalisation (i) le soutien n'est disponible pour les entreprises que s'il est nécessaire au maintien des opérations, aucune autre solution appropriée n'est disponible et il est dans l'intérêt commun d'intervenir ; (ii) l'aide est limitée au montant nécessaire pour assurer la viabilité des bénéficiaires et restaurer leur situation de capital avant l'épidémie de coronavirus ; (iii) le régime prévoit une rémunération adéquate pour l'État et il incite les bénéficiaires et/ou leurs propriétaires à rembourser le soutien le plus tôt possible (y compris une interdiction de dividende et une interdiction de versement de bonus à la direction) ; (iv) des garanties sont en place pour garantir que les bénéficiaires ne bénéficient pas indûment de l'aide à la recapitalisation par l'État au détriment d'une concurrence loyale dans le marché unique, comme une interdiction d'acquisition pour éviter une expansion commerciale agressive; et (v) les aides à une entreprise dépassant le seuil de 250 millions d'euros doivent être notifiées séparément pour une évaluation individuelle.
  • En ce qui concerne le des aides sous forme de prêts subordonnés, et étant donné que, dans le cadre du régime, seuls des prêts subordonnés d'un volume dépassant les limites pertinentes fixées dans l'encadrement temporaire seront accordés, l'aide devra respecter pleinement les conditions susmentionnées établies pour les mesures de recapitalisation, conformément à l'encadrement temporaire.

L'aide sera accordée au plus tard le 31 décembre 2021. Enfin, seules les entreprises qui n'étaient pas considérées comme en difficulté financière dès le 31 décembre 2019 sont éligibles aux aides au titre de ce régime.

La Commission a conclu que la mesure est nécessaire, appropriée et proportionnée pour remédier à une perturbation grave de l'économie française, conformément à l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE et aux conditions énoncées dans l'encadrement temporaire.

Sur cette base, la Commission a autorisé le régime au titre des règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Contexte

La Commission a adopté un Cadre temporaire permettre aux États membres d'utiliser toute la flexibilité prévue par les règles sur les aides d'État pour soutenir l'économie dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. Le cadre temporaire, tel que modifié le Avril 3, 8 mai, Juin 29, 13 Octobre 2020 et 28 Janvier 2021, prévoit les types d'aide suivants, qui peuvent être accordés par les États membres:

(I) Subventions directes, injections de capitaux propres, avantages fiscaux sélectifs et paiements anticipés jusqu'à 225,000 270,000 € à une entreprise active dans le secteur agricole primaire, 1.8 1.8 € à une entreprise active dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture et 100 million € à une entreprise active dans tous les autres secteurs pour faire face à ses besoins urgents de liquidités. Les États membres peuvent également accorder, jusqu'à concurrence d'une valeur nominale de 225,000 million d'euros par entreprise, des prêts à taux zéro ou des garanties sur des prêts couvrant 270,000% du risque, sauf dans le secteur de l'agriculture primaire et dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture, où les limites de XNUMX XNUMX € et XNUMX XNUMX € par entreprise, respectivement, s'appliquent.

(Ii) Garanties d'État pour les prêts contractés par les entreprises pour s'assurer que les banques continuent de fournir des prêts aux clients qui en ont besoin. Ces garanties d'État peuvent couvrir jusqu'à 90% du risque sur les prêts pour aider les entreprises à couvrir leurs besoins immédiats en fonds de roulement et en investissement.

(iii) Prêts publics bonifiés aux entreprises (dette senior et subordonnée) avec des taux d'intérêt avantageux pour les entreprises. Ces prêts peuvent aider les entreprises à couvrir leurs besoins immédiats en fonds de roulement et en investissements.

(iv) Sauvegardes pour les banques qui canalisent les aides d'État vers l'économie réelle qu'une telle aide est considérée comme une aide directe aux clients des banques, et non aux banques elles-mêmes, et donne des indications sur la manière de garantir une distorsion minimale de la concurrence entre les banques.

(V) Assurance-crédit publique à l'exportation à court terme pour tous les pays, sans qu'il soit nécessaire que l'État membre en question démontre que le pays concerné est temporairement «non commercialisable».

(vi) Soutien à la recherche et au développement (R&D) liés aux coronavirus pour faire face à la crise sanitaire actuelle sous la forme de subventions directes, d'avances remboursables ou d'avantages fiscaux. Une prime peut être accordée pour les projets de coopération transfrontalière entre États membres.

(vii) Soutien à la construction et à l'extension des installations d'essai développer et tester des produits (y compris des vaccins, des respirateurs et des vêtements de protection) utiles pour lutter contre l'épidémie de coronavirus, jusqu'au premier déploiement industriel. Cela peut prendre la forme de subventions directes, d'avantages fiscaux, d'avances remboursables et de garanties sans perte. Les entreprises peuvent bénéficier d'une prime lorsque leur investissement est soutenu par plusieurs États membres et lorsque l'investissement est conclu dans les deux mois suivant l'octroi de l'aide.

(viii) Soutien à la production de produits pertinents pour lutter contre l'épidémie de coronavirus sous forme de subventions directes, d'avantages fiscaux, d'avances remboursables et de garanties sans perte. Les entreprises peuvent bénéficier d'une prime lorsque leur investissement est soutenu par plusieurs États membres et lorsque l'investissement est conclu dans les deux mois suivant l'octroi de l'aide.

(ix) Aide ciblée sous la forme d'un report de paiement de l'impôt et / ou d'une suspension des cotisations de sécurité sociale pour les secteurs, régions ou types d'entreprises les plus durement touchés par l'épidémie.

(X) Un soutien ciblé sous forme de subventions salariales aux salariés pour les entreprises des secteurs ou des régions qui ont le plus souffert de l'épidémie de coronavirus et qui auraient sinon dû licencier du personnel.

(xi) Aide à la recapitalisation ciblée aux entreprises non financières, si aucune autre solution appropriée n'est disponible. Des sauvegardes sont en place pour éviter des distorsions de concurrence indues dans le marché unique: conditions relatives à la nécessité, à l'opportunité et à l'ampleur de l'intervention; les conditions d'entrée de l'Etat dans le capital des sociétés et de rémunération; les conditions de sortie de l'Etat du capital des sociétés concernées; les conditions relatives à la gouvernance, y compris l'interdiction de dividende et les plafonds de rémunération pour la direction générale; l'interdiction des subventions croisées et des acquisitions et des mesures supplémentaires pour limiter les distorsions de concurrence; exigences de transparence et de rapport.

(xii) Prise en charge des coûts fixes non couverts pour les entreprises confrontées à une baisse de chiffre d'affaires pendant la période éligible d'au moins 30% par rapport à la même période de 2019 dans le cadre de l'épidémie de coronavirus. L'aide contribuera à une partie des coûts fixes des bénéficiaires qui ne sont pas couverts par leurs revenus, jusqu'à un montant maximum de 10 millions d'euros par entreprise.

La Commission permettra également aux États membres de convertir jusqu'au 31 décembre 2022 des instruments remboursables (par exemple des garanties, des prêts, des avances remboursables) accordés au titre de l'encadrement temporaire en d'autres formes d'aide, telles que des subventions directes, pour autant que les conditions de l'encadrement temporaire soient remplies.

Le cadre temporaire permet aux États membres de combiner toutes les mesures de soutien entre elles, à l'exception des prêts et des garanties pour un même prêt et dépassant les seuils prévus par le cadre temporaire. Il permet également aux États membres de combiner toutes les mesures de soutien accordées au titre de l'encadrement temporaire avec les possibilités existantes d'octroyer un montant de minimis à une entreprise jusqu'à 25,000 30,000 euros sur trois exercices pour les entreprises actives dans le secteur agricole primaire, 200,000 XNUMX euros sur trois exercices pour les entreprises actives dans le secteur de la pêche et de l'aquaculture et XNUMX XNUMX € sur trois exercices pour les entreprises actives dans tous les autres secteurs. Dans le même temps, les États membres doivent s'engager à éviter le cumul indu de mesures de soutien pour les mêmes entreprises afin de limiter le soutien pour répondre à leurs besoins réels.

En outre, le cadre temporaire complète les nombreuses autres possibilités dont disposent déjà les États membres pour atténuer l'impact socio-économique de l'épidémie de coronavirus, conformément aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. Le 13 mars 2020, la Commission a adopté une Communication sur une réponse économique coordonnée à l'épidémie de COVID-19 énonçant ces possibilités. Par exemple, les États membres peuvent apporter des modifications d'application générale en faveur des entreprises (par exemple, reporter les impôts ou subventionner le chômage partiel dans tous les secteurs), qui ne relèvent pas des règles relatives aux aides d'État. Ils peuvent également accorder une compensation aux entreprises pour les dommages subis en raison et directement causés par l'épidémie de coronavirus.

Le cadre temporaire sera en place jusqu'à la fin de décembre 2021. Dans un souci de sécurité juridique, la Commission évaluera avant cette date s'il doit être prorogé.

La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro de cas dans le SA.63656 Registre des aides d'État sur la Commission concurrence site Web une fois que tous les problèmes de confidentialité ont été résolus. Les nouvelles publications de décisions d’aides d’État sur Internet et au Journal officiel sont répertoriées dans le Concours hebdomadaire e-News.

Vous trouverez plus d'informations sur le cadre temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus ici.

Continuer la lecture
Publicité
Publicité
Publicité

Tendance