Suivez nous sur

Défense

Lutte contre le contenu terroriste en ligne: le président von der Leyen diffusera un message vidéo lors du sommet de l'appel de Christchurch vendredi

En cliquant sur ce bouton,

on

Ce vendredi (14 mai), le président von der Leyen délivrera un message vidéo lors du sommet de l'appel de Christchurch. Organisée par la Première ministre néo-zélandaise, Jacinda Ardern, et le président de la République française, Emmanuel Macron, la réunion réunira des chefs d'État ou de gouvernement et des chefs de file du secteur technologique dans le but d'intensifier la coopération pour lutter contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne. le Christchurch Call est un engagement des gouvernements et des entreprises technologiques à éliminer ce contenu en ligne, à la suite de l'attaque terroriste diffusée en direct contre deux mosquées à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, en mars 2019. La Commission est un partisan fondateur de l'appel de Christchurch. Les discussions lors du sommet de cette année se concentreront sur la réponse aux crises, en vue d'assurer une action opportune, cohérente et bien coordonnée lors de la réponse à des situations de crise impliquant la diffusion de contenus terroristes et extrémistes violents en ligne. Les participants discuteront également des rapports de transparence, nécessaires pour mesurer l'étendue de la menace posée par le contenu terroriste en ligne et contrôler le respect des mesures prises avec les droits fondamentaux.

Ils réfléchiront ensuite à la nécessité de mieux comprendre les algorithmes de promotion des contenus en ligne, d'évaluer les risques qu'ils pourraient présenter en termes de radicalisation. Conformément aux engagements pris dans le cadre de l'appel de Christchurch, la Commission a agi pour lutter contre les contenus terroristes et extrémistes violents en ligne. La Commission a lancé le Forum Internet de l'UE pour faciliter la coopération avec les entreprises technologiques pour lutter contre le contenu terroriste en ligne. En 2019, les participants au Forum Internet de l'UE se sont engagés à respecter un protocole de crise de l'UE, permettant aux gouvernements et aux plateformes en ligne de réagir rapidement et de manière coordonnée à la diffusion de contenu terroriste en ligne en cas d'attaque terroriste.

La Commission travaille également au niveau mondial avec des entreprises technologiques dans le cadre du Forum Internet mondial de lutte contre le terrorisme. Au-delà de cette approche volontaire, l'UE a également adopté une législation contraignante. Les nouvelles règles de l'UE adoptées le mois dernier obligeront les plateformes en ligne à supprimer les contenus à caractère terroriste signalés par les autorités des États membres dans un délai d'une heure tout en prévoyant des garanties solides pour garantir le plein respect des droits fondamentaux tels que la liberté d'expression et d'information.

coronavirus

Liste de choses à faire pour le G7 et l'OTAN de Biden : unir les alliés, lutter contre l'autocratie, attaquer COVID-19

En cliquant sur ce bouton,

on

By

La réunion du président Joe Biden avec les dirigeants des principales économies industrielles du G7 dans un village balnéaire anglais cette semaine inaugurera un nouvel accent sur le ralliement des alliés des États-Unis contre des adversaires communs - la pandémie de COVID-19, la Russie et la Chine, Reuters.

De nouvelles variantes de COVID-19 et l'augmentation du nombre de morts dans certains pays occuperont une place importante lors du rassemblement de vendredi à dimanche (11-13 juin), aux côtés du changement climatique, renforçant les chaînes d'approvisionnement mondiales et garantissant que l'Occident conserve son avance technologique sur la Chine, le deuxième économie.

Biden, un démocrate, a promis de reconstruire les relations avec ses alliés après quatre années difficiles sous l'ancien président Donald Trump, qui a retiré Washington de plusieurs institutions multilatérales et menacé à un moment donné de quitter l'OTAN.

"En ce moment d'incertitude mondiale, alors que le monde est toujours aux prises avec une pandémie unique en un siècle, ce voyage consiste à réaliser l'engagement renouvelé de l'Amérique envers nos alliés et partenaires", a écrit Biden dans un article d'opinion publié par le Washington Post. le samedi.

Le rassemblement mettra à l'épreuve la devise "L'Amérique est de retour" de Biden, avec des alliés désabusés pendant les années Trump à la recherche d'une action tangible et durable.

C'est un moment charnière pour les États-Unis et le monde, a déclaré dimanche l'ancien Premier ministre britannique Gordon Brown sur CNN.

« La coopération internationale va-t-elle être rétablie ou sommes-nous toujours dans ce monde où le nationalisme, le protectionnisme et dans une certaine mesure l'isolationnisme dominent ? demanda Brown.

La Russie sera au premier plan lors du sommet du G7 à Cornwall, en Angleterre, et les jours suivants, lorsque Biden rencontrera les dirigeants européens et les alliés de l'OTAN à Bruxelles, avant de se rendre à Genève pour rencontrer le président russe Vladimir Poutine.

La récente attaque ransomware sur JBS (JBSS3.SA), le plus grand emballeur de viande au monde, par un groupe criminel probablement basé en Russie, et le soutien financier de Poutine à la Biélorussie après avoir forcé un Ryanair (RYA.I) vol pour atterrir afin d'arrêter un journaliste dissident à bord, poussent les responsables américains à envisager des mesures plus sévères.

En marge du sommet de l'OTAN, Biden devrait également rencontrer le président turc Tayyip Erdogan, une session cruciale entre les alliés de l'OTAN après que l'achat par Ankara de systèmes de défense russes a provoqué la colère de Washington et risqué de créer un fossé au sein de l'alliance.

Les ministres des Finances du G7 atteints un accord mondial historique samedi 5 juin pour fixer un taux d'imposition mondial minimum des sociétés d'au moins 15 %, ce qui pourrait frapper des sociétés technologiques géantes comme Alphabet Inc (GOOGL.O) Google, Facebook Inc (FB.O) et Amazon.com Inc. (AMZN.O) Biden et ses homologues donneront à l'accord leur bénédiction finale à Cornwall. L'administration Biden, qui, jeudi 3 juin, a détaillé ses plans pour faire don de 80 millions de doses de vaccins COVID-19 dans le monde d'ici la fin juin, s'appuie fortement sur ses alliés pour emboîter le pas alors que le nombre de morts pandémiques dans le monde approche les 4 millions, selon des sources américaines et diplomatiques.

Washington a inversé le cours le mois dernier et a soutenu les négociations sur les dérogations aux protections de la propriété intellectuelle à l'Organisation mondiale du commerce pour accélérer la production de vaccins dans les pays en développement, au grand dam de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne.

Les diplomates européens disent qu'ils voient peu de terrain d'entente sur la question et soutiennent que tout compromis à l'OMC prendrait des mois à finaliser et à mettre en œuvre. Cela pourrait s'avérer discutable si des doses suffisantes de vaccins sont partagées avec les pays en développement pour ralentir - et éventuellement arrêter - la pandémie.

Biden a annoncé en mai son intention d'exiger des entrepreneurs du gouvernement américain et des institutions financières qu'ils soient plus transparents sur les risques liés au changement climatique auxquels leurs investissements sont confrontés, et les responsables de l'administration poussent les autres pays à adopter des plans similaires.

Le Royaume-Uni souhaite également que les gouvernements exigent des entreprises qu'elles signalent de tels risques afin de stimuler les investissements dans les projets verts. Mais il est peu probable qu'un accord sur une voie à suivre se produise en juin. Un accord pourrait émerger lors d'un sommet des Nations Unies sur le climat à Glasgow, en Écosse, en novembre.

Les pays du G7 ont également des points de vue différents sur la tarification du carbone, que le Fonds monétaire international considère comme un moyen essentiel de réduire les émissions de dioxyde de carbone et d'atteindre des émissions nettes nulles d'ici 2050.

L'administration Biden exhortera les alliés à s'unir contre la Chine sur des allégations de travail forcé dans la province du Xinjiang, qui abrite la minorité musulmane ouïghoure, alors même qu'elle cherche à maintenir Pékin en tant qu'allié dans la lutte contre le changement climatique.

Des sources après les discussions disent qu'elles s'attendent à ce que les dirigeants du G7 adoptent un langage fort sur la question du travail forcé. La Chine nie toutes les accusations d'abus au Xinjiang.

Continuer la lecture

la criminalité

Union de la sécurité : les règles de l'UE sur la suppression des contenus à caractère terroriste en ligne entrent en vigueur

En cliquant sur ce bouton,

on

Point de repère règles de l'UE sur la lutte contre la diffusion de contenus terroristes en ligne est entré en vigueur le 7 juin. Les plateformes devront supprimer les contenus terroristes référés par les autorités des États membres dans un délai d'une heure. Les règles aideront également à contrer la propagation des idéologies extrémistes en ligne - un élément essentiel de la prévention des attaques et de la lutte contre la radicalisation. Les règles comprennent des garanties solides pour assurer le plein respect des droits fondamentaux tels que la liberté d'expression et d'information. Le règlement établira également des obligations de transparence pour les plateformes en ligne et pour les autorités nationales afin qu'elles rendent compte de la quantité de contenus à caractère terroriste supprimés, des mesures utilisées pour identifier et supprimer des contenus, des résultats des plaintes et des recours, ainsi que du nombre et du type de sanctions infligées. sur les plateformes en ligne.

Les États membres pourront sanctionner le non-respect et décider du niveau des sanctions, qui sera proportionné à la nature de l'infraction. La taille de la plate-forme sera également prise en considération, afin de ne pas imposer des pénalités excessivement élevées par rapport à la taille de la plate-forme. Les États membres et les plateformes en ligne proposant des services dans l'UE disposent désormais d'un an pour adapter leurs processus.

Le règlement s'applique à compter du 7 juin 2022. La vice-présidente de la promotion de notre mode de vie européen, Margaritis Schinas, a déclaré: «Avec ces nouvelles règles historiques, nous luttons contre la prolifération des contenus terroristes en ligne et faisons de l'Union de la sécurité de l'UE une réalité. Désormais, les plateformes en ligne auront une heure pour extraire le contenu terroriste du Web, garantissant que des attaques comme celle de Christchurch ne peuvent pas être utilisées pour polluer les écrans et les esprits. Il s'agit d'une étape importante dans la réponse de l'Europe à la lutte contre le terrorisme et la radicalisation.

La commissaire aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a déclaré : « La suppression immédiate des contenus à caractère terroriste est cruciale pour empêcher les terroristes d'exploiter Internet pour recruter et encourager des attaques et pour glorifier leurs crimes. Il est également crucial de protéger les victimes et leurs familles contre les crimes commis une seconde. le temps en ligne. Le règlement fixe des règles et des responsabilités claires pour les États membres et pour les plateformes en ligne, protégeant la liberté d'expression lorsque cela est justifié.

Cet Fiche d'information fournit de plus amples informations sur les nouvelles règles. Les règles sont un élément essentiel de la mission de la Commission Programme de lutte contre le terrorisme.

Continuer la lecture

la criminalité

Union douanière : l'UE renforce ses règles de contrôle des espèces pour lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme

En cliquant sur ce bouton,

on

Nouvelles règles est entré en vigueur le 3 juin, ce qui améliorera le système de contrôle des espèces entrant et sortant de l'UE. Dans le cadre des efforts de l'UE pour lutter contre blanchiment d'argent et de couper les sources de le financement du terrorisme, tous les voyageurs entrant ou sortant du territoire de l'UE sont déjà tenus de remplir une déclaration en espèces lorsqu'ils transportent 10,000 XNUMX € ou plus en devise, ou son équivalent dans d'autres devises, ou d'autres moyens de paiement, tels que les chèques de voyage, les billets à ordre, etc.

À partir du 3 juin, cependant, un certain nombre de changements seront mis en œuvre qui resserreront encore les règles et rendront encore plus difficile le déplacement de grandes quantités d'argent non détectées. Premièrement, la définition de « espèces » dans les nouvelles règles sera étendue et couvrira désormais les pièces d'or et certains autres objets en or. Deuxièmement, les autorités douanières pourront agir sur des montants inférieurs à 10,000 10,000 € lorsqu'il existe des indications que l'argent liquide est lié à une activité criminelle. Enfin, les autorités douanières peuvent également désormais demander qu'une déclaration de divulgation d'espèces soit déposée lorsqu'elles détectent XNUMX XNUMX € ou plus en espèces envoyés non accompagnés par la poste, par fret ou par coursier.

Les nouvelles règles garantiront également que les autorités compétentes et la cellule nationale de renseignement financier de chaque État membre disposent des informations dont elles ont besoin pour suivre et lutter contre les mouvements d'argent liquide qui pourraient être utilisés pour financer des activités illégales. La mise en œuvre des règles mises à jour signifie que les derniers développements des normes internationales du Groupe d'action financière (GAFI) sur la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme sont reflétés dans la législation de l'UE. Tous les détails et une fiche d'information sur le nouveau système sont disponibles ici.

Continuer la lecture
Publicité

Twitter

Facebook

Publicité

Tendance