Suivez nous sur

Terrorisme

Union de la sécurité: des règles plus strictes sur les précurseurs d'explosifs rendront plus difficile pour les terroristes la construction d'explosifs artisanaux

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Nouveautés règles de l'UE la restriction de l'accès aux précurseurs d'explosifs s'applique dans toute l'UE. Les règles contiennent des garanties et des contrôles plus stricts sur la vente et la commercialisation de produits chimiques dangereux, qui ont été utilisés à mauvais escient pour produire des explosifs artisanaux lors d'un certain nombre d'attaques terroristes en Europe. En vertu des nouvelles règles, les transactions suspectes - qu'elles soient en ligne ou hors ligne - devraient être signalées, y compris par les marchés en ligne. Les vendeurs doivent vérifier l'identité de leurs clients et leur besoin d'acheter une substance restreinte.

Avant de délivrer une licence pour l'achat de substances réglementées, les États membres doivent effectuer un contrôle de sécurité, y compris une vérification des antécédents criminels. Les nouvelles règles restreignent également deux produits chimiques supplémentaires: l'acide sulfurique et le nitrate d'ammonium. Pour aider les États membres et les vendeurs à mettre en œuvre les règles, la Commission a présenté Directives en juin de l'année dernière avec un programme de surveillance destiné à suivre les réalisations, les résultats et l'impact du nouveau règlement. Le règlement renforce et met à jour le règles existantes sur les précurseurs d'explosifs, et contribue à priver les terroristes des moyens d'agir et de protéger la sécurité des Européens, conformément aux priorités définies dans la Programme de lutte contre le terrorisme présenté en décembre 2020.

Radicalisation

Radicalisation dans l'UE: qu'est-ce que c'est? Comment peut-il être évité? 

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

La radicalisation constitue une menace pour notre société  

La radicalisation est une menace transfrontalière croissante. Mais qu'est-ce que c'est, quelles en sont les causes et que fait l'UE pour l'empêcher? La radicalisation n'est pas un phénomène nouveau, mais c'est de plus en plus un défi, les nouvelles technologies et la polarisation croissante de la société en font une menace sérieuse dans toute l'UE.

Les attaques terroristes en Europe au cours des dernières années, dont beaucoup ont été perpétrées par des citoyens européens, mettent en évidence la menace persistante de radicalisation, qui est défini par la Commission européenne comme le phénomène des personnes qui adoptent des opinions, des points de vue et des idées, ce qui pourrait conduire à des actes de terrorisme.

L'idéologie fait partie intégrante du processus de radicalisation, avec le fondamentalisme religieux souvent en son cœur.

Cependant, la radicalisation est rarement alimentée par l'idéologie ou la religion uniquement. Cela commence souvent par des individus frustrés par leur vie, la société ou les politiques nationales et étrangères de leurs gouvernements. Il n’existe pas de profil unique d’une personne susceptible de s’impliquer dans l’extrémisme, mais les personnes issues de communautés marginalisées et victimes de discrimination ou de perte d’identité constituent un terrain fertile pour le recrutement.

L'implication de l'Europe occidentale dans des zones de conflit comme l'Afghanistan et la Syrie est également considérée comme ayant un effet radicalisant, en particulier sur les communautés de migrants.

Comment et où les gens se radicalisent-ils?

Les processus de radicalisation s'appuient sur les réseaux sociaux pour rejoindre et rester connecté. Les réseaux physiques et en ligne fournissent des espaces dans lesquels les gens peuvent se radicaliser et plus ces espaces sont fermés, plus ils peuvent fonctionner comme des chambres d'écho où les participants affirment mutuellement des croyances extrêmes sans être contestés.

Internet est l'un des principaux canaux de diffusion des opinions extrémistes et de recrutement d'individus. Les médias sociaux ont amplifié l'impact de la propagande jihadiste et extrémiste d'extrême droite en offrant un accès facile à un large public cible et en donnant aux organisations terroristes la possibilité d'utiliser la «diffusion restreinte» pour cibler des recrues ou de lever des «armées de trolls» pour soutenir leur propagande. Selon le Rapport sur la situation et les tendances du terrorisme dans l'UE 2020, au cours des dernières années, des applications de messagerie cryptées, telles que WhatsApp ou Telegram, ont été largement utilisées pour la coordination, la planification d'attaques et la préparation de campagnes.

Certaines organisations extrémistes sont également connues pour cibler les écoles, les universités et les lieux de culte, tels que les mosquées.

Les prisons peuvent également être un terrain fertile pour la radicalisation, en raison de l'environnement fermé. Privés de leurs réseaux sociaux, les détenus sont plus susceptibles qu'ailleurs d'explorer de nouvelles croyances et associations et de se radicaliser, tandis que les prisons en sous-effectif sont souvent incapables de se lancer dans les activités extrémistes.

La lutte de l'UE pour prévenir la radicalisation

Bien que la responsabilité principale de la lutte contre la radicalisation incombe aux pays de l'UE, des outils ont été développés pour aider au niveau de l'UE:

Continuer la lecture

Défense

Le vice-président Schinas et le commissaire Johansson participeront à une visioconférence informelle des ministres de l'intérieur

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

Promouvoir notre mode de vie européen La vice-présidente Margaritis Schinas et la commissaire aux affaires intérieures Ylva Johansson participeront aujourd'hui (14 décembre) à la visioconférence informelle des ministres de l'intérieur. La réunion débutera par une mise à jour de la présidence allemande du Conseil sur les négociations sur la proposition de règlement sur la prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne, lorsqu'un accord politique entre le Parlement européen et le Conseil a été trouvé hier. Les ministres discuteront ensuite des conclusions sur la sécurité intérieure et sur le partenariat policier européen, dans le contexte de la Commission Programme de lutte contre le terrorisme et la proposition de mandat renforcé pour Europol qui ont été présentés mercredi.

Enfin, les participants feront le bilan des travaux en cours pour rendre interopérables les systèmes d'information pour la gestion des frontières extérieures. Dans l'après-midi, les ministres discuteront du pacte sur la migration et l'asile, proposé par la Commission le 23 septembre, y compris une discussion sur l'engagement de l'UE avec les pays partenaires en matière de réadmission et de gestion des migrations efficaces. La future présidence portugaise présentera son programme de travail. Une conférence de presse avec le commissaire Johansson aura lieu à +/- 17.15hXNUMX CET, que vous pouvez suivre en direct sur EbS.

Continuer la lecture

Défense

La présidence du Conseil et le Parlement européen parviennent à un accord provisoire sur la suppression des contenus à caractère terroriste en ligne

Reporter Correspondant UE

En cliquant sur ce bouton,

on

L'UE s'emploie à empêcher les terroristes d'utiliser Internet pour se radicaliser, recruter et inciter à la violence. Aujourd'hui (10 décembre), la présidence du Conseil et le Parlement européen sont parvenus à un accord provisoire sur un projet de règlement visant à lutter contre la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne.

Le but de la législation est de supprimer rapidement les contenus à caractère terroriste en ligne et d'établir un instrument commun à tous les États membres à cet effet. Les règles proposées s'appliqueront aux fournisseurs de services d'hébergement proposant des services dans l'UE, qu'ils aient ou non leur établissement principal dans les États membres. La coopération volontaire avec ces entreprises se poursuivra, mais la législation fournira des outils supplémentaires aux États membres pour imposer la suppression rapide des contenus à caractère terroriste si nécessaire. Le projet de législation prévoit un champ d'application clair et une définition claire et uniforme du contenu terroriste afin de respecter pleinement les droits fondamentaux protégés dans l'ordre juridique de l'UE et notamment ceux garantis dans la Charte des droits fondamentaux de l'UE.

Ordres de suppression

Les autorités compétentes des États membres auront le pouvoir d'émettre des injonctions de suppression aux fournisseurs de services, de supprimer les contenus à caractère terroriste ou d'en désactiver l'accès dans tous les États membres. Les prestataires devront alors supprimer ou désactiver l'accès au contenu dans un délai d'une heure. Les autorités compétentes des États membres où le prestataire de services est établi bénéficient d'un droit de regard sur les décisions d'éloignement émises par d'autres États membres.

La coopération avec les prestataires de services sera facilitée par la mise en place de points de contact pour faciliter le traitement des ordres de renvoi.

Il appartiendra aux Etats membres de fixer les règles des sanctions en cas de non-respect de la législation.

Mesures spécifiques des prestataires de services

Les fournisseurs de services d'hébergement exposés à des contenus à caractère terroriste devront prendre des mesures spécifiques pour lutter contre l'utilisation abusive de leurs services et protéger leurs services contre la diffusion de contenus à caractère terroriste. Le projet de règlement indique très clairement que la décision quant au choix des mesures appartient au fournisseur de services d'hébergement.

Les prestataires de services qui ont pris des mesures contre la diffusion de contenus à caractère terroriste au cours d'une année donnée devront rendre publics des rapports de transparence sur les mesures prises pendant cette période.

Les règles proposées garantissent également que les droits des utilisateurs ordinaires et des entreprises seront respectés, y compris la liberté d'expression et d'information et la liberté d'entreprise. Cela comprend des recours efficaces pour les utilisateurs dont le contenu a été supprimé et pour les fournisseurs de services qui souhaitent déposer une plainte.

Contexte

Cette proposition a été soumise par la Commission européenne le 12 septembre 2018, à la suite d'un appel lancé par les dirigeants de l'UE en juin de cette année.

La proposition s'appuie sur les travaux du Forum Internet de l'UE, lancé en décembre 2015 en tant que cadre de coopération volontaire entre les États membres et les représentants des principales sociétés Internet pour détecter et lutter contre les contenus terroristes en ligne. La coopération dans le cadre de ce forum n'a pas été suffisante pour s'attaquer au problème et, le 1er mars 2018, la Commission a adopté une recommandation sur des mesures visant à lutter efficacement contre les contenus illicites en ligne.

Réponse à la menace terroriste et aux attaques terroristes récentes en Europe (informations générales)

Continuer la lecture

Twitter

Facebook

Tendance