Suivez nous sur

Corps européen de paix

Conférence mondiale de la paix 2021 : faire progresser la paix par l'inclusion sociale

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

Les représentants à la Conférence mondiale de la paix (4-5 décembre) ont fait la déclaration de paix de Dhaka suivante.

  1. Nous, les représentants des gouvernements, des législatures, des universités, de la société civile et des médias, réunis ici à la Conférence mondiale de la paix du 4 au 5 décembre 2021, émettons et souscrivons par la présente à la Déclaration de paix de Dhaka suivante.

    2. Nous reconnaissons le thème de la conférence « Faire avancer la paix par l'inclusion sociale » comme une approche globale pour reconstruire mieux, plus écologiquement et plus fort à partir de la pandémie de COVID-19 qui a frappé notre monde au cours des deux dernières années. Nous rappelons que l'Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement durable reste un modèle pour la reprise économique et la croissance inclusive au lendemain de la pandémie. Nous ne devons pas relâcher la diplomatie internationale de la paix pour résoudre les conflits armés qui continuent de causer des souffrances insensées à des millions d'hommes, de femmes et d'enfants dans le monde.
    3. Nous apprécions la toile de fond de la Conférence alors que le Bangladesh célèbre « l'Année Mujib » pour marquer le 50e anniversaire de son indépendance et le centenaire de la naissance de son père fondateur Bangabandhu Sheikh Mujibur Rahman. Nous rappelons que le parcours du Bangladesh au cours des cinq dernières décennies est une validation de l'émancipation et de l'autonomisation des personnes en tant que voie vers le maintien de la paix, la promotion du développement durable et le respect des droits et libertés fondamentaux.
    4. A cette occasion, nous rendons hommage à Bangabandhu Sheikh Mujibur Rahman pour son engagement personnel et ses contributions à la paix tout au long de son illustre carrière politique. Nous réfléchissons à ses paroles lorsqu'il a désigné la paix comme l'aspiration la plus profonde de tous les êtres humains, l'a identifiée comme essentielle à la survie et à la prospérité de tous les hommes et toutes les femmes, et a souligné que la paix durable doit être une paix fondée sur la justice.
    5. Nous exprimons notre appréciation pour le leadership compétent dont a fait preuve son successeur politique, le Premier Ministre Sheikh Hasina, en faisant avancer son héritage avec courage et détermination. Sa propre gestion d'une « culture de la paix » aux Nations Unies demeure la contribution emblématique du Bangladesh au discours international sur la paix et la sécurité humaine.
    6. Nous rappelons la mémoire des martyrs et des victimes de la guerre de libération du Bangladesh en 1971, et réaffirmons notre promesse de « plus jamais » à la commission de génocides, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Nous nous rappelons qu'en dépit de notre engagement, des millions de personnes dans le monde continuent d'être victimes de tels crimes internationaux ainsi que d'une culture d'impunité interdisant justice et responsabilité pour ces crimes. Nous nous engageons à aller de l'avant pour mettre fin à ces lâches persécutions et injustices. Nous reconnaissons l'importance de préserver la mémoire des atrocités passées.
    7. Nous réitérons notre engagement indéfectible à promouvoir et à protéger les droits de l'homme tels qu'ils sont inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et les principaux traités internationaux relatifs aux droits de l'homme. Nous accordons un poids égal aux droits civils, culturels, économiques, politiques et sociaux dans notre quête pour construire des sociétés pacifiques, justes et inclusives. Nous reconnaissons le travail inestimable accompli par les mécanismes des droits de l'homme des Nations Unies, y compris le Conseil des droits de l'homme. Nous nous engageons à assurer la protection des défenseurs des droits humains. Nous insistons pour que les acteurs humanitaires aient un accès sans entrave pour s'acquitter de leurs mandats. Nous demandons instamment que les installations médicales et éducatives soient maintenues hors de danger en toutes circonstances.
    8. Nous soulignons la primauté du droit international humanitaire en temps de guerre comme en temps de paix. Nous restons attachés aux principes de protection internationale et d'assistance aux réfugiés et aux apatrides dans le monde. Nous renouvelons notre engagement en faveur du désarmement international et de la non-prolifération dans le contexte d'une course mondiale aux armements qui s'intensifie. Nous renonçons à l'emploi ou à la menace d'emploi de toutes les armes de destruction massive, c'est-à-dire nucléaires, chimiques et biologiques. Nous dénonçons le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations. Nous voyons le mérite de travailler par le biais d'engagements communautaires pour prévenir l'extrémisme violent. Nous devons unir nos forces combinées contre les réseaux criminels transnationaux qui s'attaquent à d'innombrables victimes.
    9. Nous soulignons l'importance de la démocratie, de la bonne gouvernance et de l'état de droit en tant que facteurs essentiels pour la paix et la stabilité. Nous apprécions le rôle joué par les parlements nationaux et les institutions gouvernementales locales pour faire entendre les demandes et les aspirations légitimes de la population. Nous condamnons le colonialisme, l'occupation illégale et la prise de pouvoir non autorisée sous tous les prétextes. Nous reconnaissons le rôle du rétablissement de la paix, de la consolidation de la paix et de la médiation pour prévenir et mettre fin aux conflits. Nous félicitons le personnel de maintien de la paix de l'ONU pour son dévouement et ses services, et maintenons notre foi dans l'action des femmes et des jeunes pour assurer la paix et la sécurité.
    10. Nous soulignons la nécessité de la justice sociale et du développement inclusif en tant que piliers centraux d'une société stable, pacifique et équitable. Nous nous engageons à protéger le droit à l'emploi pour tous les adultes dans un monde du travail en évolution, et à œuvrer pour un environnement propice au travail décent dans tous les secteurs. Nous appelons à des politiques et des mesures juridiques appropriées pour fournir une protection sociale, lutter contre les inégalités, promouvoir des investissements judicieux et préserver l'environnement. Nous reconnaissons le rôle essentiel joué par le secteur privé dans la promotion de l'ordre social et du progrès. Nous avons besoin d'un système commercial multilatéral fondé sur des règles comme facteur de paix internationale. Nous partageons notre volonté commune de promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière. Nous devons veiller à ce que les personnes déplacées de force puissent rentrer chez elles dans la sécurité et la dignité.
    11. Nous devons continuer à travailler pour honorer notre engagement de « ne laisser personne de côté ». Nous devons continuer notre combat collectif contre la pauvreté, la faim, les maladies, la malnutrition, l'analphabétisme, l'itinérance et tous les fléaux qui compromettent la paix et la sécurité. Nous devons créer des opportunités accrues pour la participation politique et économique des femmes. Nous devons redoubler d'efforts pour prévenir toutes les formes de violence et d'exploitation à l'encontre des enfants. Nous devons accorder une attention particulière aux besoins particuliers des personnes âgées, des personnes handicapées et des autochtones pour leur participation significative à la société. Nous avons la responsabilité de respecter les engagements de développement convenus au niveau international, y compris pour le financement, l'accès aux innovations et le transfert de technologie.
    12. Nous souscrivons aux messages de paix sous-jacents et éternels dans toutes les religions, confessions et systèmes de croyance. Nous croyons aux opportunités d'interface et de diffusion continues entre les civilisations et les systèmes de valeurs. Nous rejetons les tentatives d'associer une religion, une croyance ou une ethnie au terrorisme et à l'extrémisme violent. Nous dénonçons toutes les formes de violence et d'abus sur la base de la race, de la couleur ou du sexe. Nous ne devons laisser aucune place aux campagnes de xénophobie, de corruption et de désinformation. Nous condamnons sans équivoque la violence communautaire ou sectaire.
    13. Nous apprécions et chérissons nos diverses cultures, langues et traditions en tant que patrimoine immatériel commun. Nous nous engageons à favoriser la connectivité humaine à travers l'éducation, les études éthiques, la science, les arts, la musique, la littérature, les médias, le tourisme, la mode, l'architecture et l'archéologie pour construire des ponts à travers les frontières et les nations. Nous devons forger un consensus mondial pour promouvoir un comportement responsable dans le cyberespace, avec des garanties spéciales pour nos enfants et nos jeunes. Nous devons nous efforcer de construire des défenses contre les guerres et les conflits dans tous les esprits humains, et cultiver le respect et la tolérance les uns envers les autres en recourant à notre humanité commune. Nous devons préparer nos générations futures à devenir de véritables citoyens du monde, notamment par l'éducation à la paix. Nous exhortons l'ONU à promouvoir activement l'idée de la citoyenneté mondiale.
    14. Nous restons sensibilisés aux défis croissants en matière de sécurité, de déplacement et d'écologie posés par le changement climatique et nous nous engageons à renforcer l'action climatique pour un avenir pacifique et durable de notre planète. Nous devons unir nos forces pour garder nos océans et nos hautes mers, notre espace extra-atmosphérique et nos régions polaires à l'abri des conflits armés et des contestations. Nous devons mettre les différentes composantes et manifestations de la quatrième révolution industrielle au service de notre bien-être commun. Nous devons investir dans la sécurité sanitaire et rendre accessibles à tous des traitements et vaccins de qualité et abordables. Nous envisageons un monde où les inégalités mondiales existantes ne persistent plus et où la paix et la non-violence prévalent en tant que droits inaliénables.
    15. Nous ne pouvons perdre de vue que l'absence de paix partout dans le monde implique l'absence de paix partout. Nous devons reposer notre foi et notre confiance dans l'esprit du multilatéralisme. Nous souhaitons que la courtoisie des nations soit adaptée à nos réalités mondiales en évolution. Nous reconnaissons le rôle de la coopération régionale dans l'instauration de la confiance, de la compréhension et de la cohésion entre les peuples. Nous espérons établir un ordre mondial qui prospère en harmonie avec l'ensemble de notre écosystème planétaire. Nous cherchons à recourir à nos vertus humaines essentielles d'amour, de compassion, de tolérance, de gentillesse, d'empathie et de solidarité pour parvenir à une paix et une sécurité durables.
    16. Nous faisons le vœu solennel lors de cette Conférence mondiale de la paix de faire notre part de nos points de vue respectifs pour faire avancer les causes de la paix et de l'inclusion sociale, des droits et libertés fondamentaux et du développement durable. Nous prenons note de l'appel à la poursuite de cette initiative par le Bangladesh pour diffuser le message de paix et d'amitié à un public mondial plus large, notamment en créant une plate-forme pour réunir les participants. Nous remercions le gouvernement et le peuple du Bangladesh pour leur aimable hospitalité et pour nous avoir rassemblés autour de leurs idéaux communs et de leur vision de la paix.

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.
Publicité
Publicité

Tendance