Suivez nous sur

Défense

Industrie de la défense: la Commission lance le Fonds européen de la défense avec 1.2 milliard d'euros et attribue 26 nouveaux projets de coopération industrielle pour plus de 158 millions d'euros

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a adopté un ensemble de décisions soutenant la compétitivité et la capacité d'innovation de l'industrie de la défense de l'UE. L'adoption du premier programme de travail annuel du Fonds européen de la défense (FED) ouvre la voie au lancement immédiat de 23 appels à propositions pour un total de 1.2 milliard d'euros de financement de l'UE à l'appui de projets collaboratifs de recherche et développement dans le domaine de la défense. Par ailleurs, dans le cadre du programme précurseur du FED, le Programme européen de développement de l'industrie de défense (EDIDP), 26 nouveaux projets avec un budget de plus de 158 millions d'euros ont été sélectionnés pour financement. Par ailleurs, deux grands projets de développement capacitaire ont reçu aujourd'hui une subvention directe de 137 millions d'euros dans le cadre de l'EDIDP.

Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive d'une Europe digne de l'ère numérique, a déclaré : « Le Fonds européen de la défense joue désormais un rôle clé pour faire de la coopération industrielle de défense en Europe une réalité permanente. Cela favorisera la compétitivité de l'UE et contribuera à la réalisation de nos ambitions technologiques. Avec une participation significative d'entreprises de toutes tailles et de toute l'UE, le Fonds offre de grandes opportunités pour favoriser l'innovation et les capacités de pointe. 30 % du financement destiné aux petites et moyennes entreprises est un début très prometteur. »

Le commissaire au Marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré : « En 2021, le Fonds européen de la défense prend vie. Avec le tout premier programme de défense de l'UE, la coopération européenne en matière de défense deviendra la norme. Les pouvoirs publics dépenseront mieux ensemble, et les entreprises - grandes ou petites - de tous les États membres en bénéficieront, ce qui se traduira par des chaînes de valeur industrielles de défense européennes plus intégrées. Rien qu'en 2021, le FED financera jusqu'à 1.2 milliard d'euros dans des projets de capacités de défense haut de gamme tels que la prochaine génération d'avions de combat, de chars ou de navires, ainsi que des technologies de défense critiques telles que le cloud militaire, l'IA, les semi-conducteurs, l'espace, contre-mesures cyber ou médicales.

Programme de travail du FED 2021 : un pas de plus dans l'ambition

Au cours de la première année, le FED cofinancera des projets de grande envergure et complexes pour un montant total de 1.2 milliard d'euros. Pour financer ce déploiement ambitieux, le budget du FED 2021 de 930 millions d'euros a été complété par un « complément » de 290 millions d'euros du budget du FED 2022. Cela permettra de lancer des projets de développement des capacités à grande échelle et ambitieux tout en assurant une large couverture thématique d'autres sujets prometteurs.

Dans le but de réduire la fragmentation des capacités de défense de l'UE, d'améliorer la compétitivité de l'industrie de défense de l'UE et l'interopérabilité des produits et des technologies, le Programme de travail du FED 2021 encouragera et soutiendra un certain nombre de projets de développement des capacités et de normalisation.

La première année, le FED allouera environ 700 M€ pour la préparation de plates-formes et systèmes de défense à grande échelle et complexes tels que les systèmes de combat de nouvelle génération ou la flotte de véhicules terrestres, les navires numériques et modulaires et la défense antimissile balistique.

Environ 100 millions d'euros seront consacrés aux technologies critiques, qui améliorera les performances et la résilience des équipements de défense tels que l'intelligence artificielle et le cloud pour les opérations militaires, les semi-conducteurs dans le domaine des composants infrarouges et radiofréquences.

Le FED augmentera également synergies avec d'autres politiques et programmes civils de l'UE, notamment dans le domaine de espace (environ 50 M€), réponse médicale (environ 70 M€), et numérique et cyber (environ 100 M€). Celui-ci vise à favoriser la fertilisation croisée, permettre l'entrée de nouveaux acteurs et réduire les dépendances technologiques.

Le Fonds sera fer de lance de l'innovation avec plus de 120 M€ alloués aux technologies de rupture et aux appels ouverts spécifiques pour les PME. Il favorisera des innovations révolutionnaires, notamment dans les technologies quantiques, la fabrication additive et le radar à l'horizon, et exploitera les PME et les start-up prometteuses.

Bilan de l'EDIDP 2020 : 26 nouveaux projets et deux prix directs

Le dernier cycle de financement de l'EDIDP a abouti à l'octroi d'un soutien au développement d'un certain nombre de nouvelles capacités de défense dans des domaines aussi divers et complémentaires que la sécurité maritime, la connaissance de la situation cyber ou le combat terrestre et aérien.

En particulier, 26 nouveaux projets avec un budget de plus de € 158m ont été sélectionnés pour un financement, en mettant l'accent sur les capacités de surveillance (à la fois spatiales et maritimes), la résilience (détection chimique, biologique, radiologique, nucléaire, contre-système aérien sans pilote) et les capacités haut de gamme (frappe de précision, combat au sol, combat).

Le cycle EDIDP 2020 confirme également cette année le modèle adapté aux besoins du Fonds européen de la défense, à savoir :

  • Programme très attractif: 63 propositions en compétition dans les appels impliquant plus de 700 entités ;
  • Coopération de défense renforcée: en moyenne, 16 entités de sept États membres participant à chaque projet ;
  • Large couverture géographique: 420 entités de 25 États membres participant aux projets ;
  • Forte implication des PME: 35% des entités et bénéficient de 30% du financement total ;
  • Cohérence avec les autres initiatives de défense de l'UE: notamment la Coopération Structurée Permanente, avec 15 projets sur 26 ayant le statut PESCO.

Dans l'EDIDP 2020, 10 entités contrôlées par des pays tiers sont impliquées dans des propositions sélectionnées à la suite de garanties de sécurité valables.

En outre, deux grands projets de développement des capacités ont reçu une subvention totale de € 137m compte tenu de leur grande importance stratégique :

  • RPAS MASCULIN, aussi connu sous le nom Eurodrone, en soutenant le développement d'un drone de moyenne altitude et de longue endurance (100 M€). Avec d'autres projets sélectionnés à l'appui de la charge utile pour les drones tactiques, essaim de drones, capteurs, systèmes tactiques peu observables, plus de 135 M€ seront investis pour construire la souveraineté technologique dans les drones, un atout essentiel pour les forces armées de l'UE.
  • La radio logicielle sécurisée européenne (37 M€), ESSOR, renforcer l'interopérabilité des forces armées de l'UE en créant une normalisation européenne des technologies de communication (radios logicielles). Avec d'autres projets sélectionnés pour soutenir la communication sécurisée et résiliente (avec l'utilisation de la distribution de clés quantiques), la communication optique point à point entre les plates-formes militaires et les solutions pour les réseaux tactiques, plus de 48 M€ seront investis dans des systèmes de communication sécurisés.
Contexte

Le Fonds européen de la défense constitue l'instrument phare de l'Union pour soutenir la coopération en matière de défense en Europe et constitue un tremplin vers l'autonomie stratégique de l'UE. Tout en complétant les efforts des États membres, le fonds encourage la coopération entre les entreprises de toutes tailles et les acteurs de la recherche dans toute l'UE. Le Fonds est doté d'un budget de 7.953 milliards d'euros en prix courants, dont environ un tiers financera des projets de recherche compétitifs et collaboratifs, notamment par le biais de subventions et deux tiers compléteront les investissements des États membres en cofinançant les coûts de développement des capacités de défense. suivant la phase de recherche.

Les programmes précurseurs du FED étaient le Programme européen de développement industriel de la défense (EDIDP), doté de 500 M€ pour 2019-2020, et l'Action préparatoire pour la recherche de défense (PADR), qui disposait d'un budget de 90 M€ pour 2017-2019. Leur objectif, à l'instar de celui du Fonds européen de la défense, était de favoriser une base technologique et industrielle de défense innovante et compétitive et de contribuer à l'autonomie stratégique de l'UE. Le PADR a couvert la phase de recherche des produits de défense, y compris les technologies de rupture, tandis que l'EDIDP a soutenu des projets collaboratifs liés au développement, y compris la conception et le prototypage.

Plus d'information

Fiche technique EDF, juin 2021

Projets EDF 2021, juin 2021

Projets EDIDP 2020, juin 2021

Une page par projets EDIDP 2020, juin 2021

La défense de l'UE reçoit un coup de pouce alors que le FED devient une réalité, 29 avril 2021

Site web de la DG DEFIS – Industrie européenne de défense

Moscou

OTAN vs Russie : jeux dangereux

En cliquant sur ce bouton,

on

Il semble que la mer Noire soit récemment devenue de plus en plus une arène de confrontation entre l'OTAN et la Russie. Une autre confirmation de cela a été les exercices militaires à grande échelle Sea Breeze 2021, qui ont récemment été achevés dans la région, que l'Ukraine a accueillis, écrit Alexi Ivanov, correspondant à Moscou.

Les exercices Sea Breeze — 2021 sont les plus représentatifs de toute l'histoire de leur exploitation. Ils ont réuni 32 pays, environ 5,000 32 militaires, 40 navires, 18 avions, XNUMX groupes de forces spéciales terrestres et maritimes d'Ukraine, ainsi que des pays membres et partenaires de l'OTAN, dont les États-Unis.

Le lieu principal des exercices était l'Ukraine qui, pour des raisons évidentes, considère cet événement comme un soutien militaire et en partie politique à sa souveraineté, notamment au vu de la perte de la Crimée et de l'impasse militaro-politique dans le Donbass. En outre, Kiev espère que l'accueil d'un événement d'une telle envergure contribuera à l'intégration rapide de l'Ukraine dans l'Alliance.

Il y a quelques années, la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie participait régulièrement à cette série de manœuvres. Ensuite, ils ont élaboré des tâches principalement humanitaires, ainsi que l'interaction entre les flottes de différents États.

Ces dernières années, le scénario des exercices a considérablement changé. Les navires russes n'y sont plus conviés, et le développement d'actions pour assurer la défense aérienne et anti-sous-marine et les débarquements amphibies, typiques des opérations de combat naval, s'est imposé.

Le scénario annoncé cette année comprend un volet côtier à grande échelle et simule une mission multinationale pour stabiliser la situation en Ukraine et affronter des groupes armés illégaux soutenus par un État voisin, personne ne cache particulièrement que la Russie est visée par là.

Pour des raisons évidentes, les forces armées russes ont suivi ces exercices de très près. Et il s'est avéré que ce n'était pas en vain ! La mer était surveillée par des navires de guerre russes et des avions de chasse russes étaient constamment dans le ciel.

Comme prévu à Moscou, les navires de l'OTAN ont tenté à plusieurs reprises d'organiser des provocations. Deux navires de guerre-HNLMS Evertsen de la marine néerlandaise et le britannique HMS Defender ont tenté de violer les eaux territoriales de la Russie près de la Crimée, se référant au fait qu'il s'agit du territoire de l'Ukraine. Comme vous le savez, l'Occident ne reconnaît pas l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014. Justement, sous ce prétexte, ces dangereuses manœuvres ont été menées.

La Russie a réagi durement. Sous la menace d'ouvrir le feu, les navires étrangers ont dû quitter les eaux territoriales de la Russie. Cependant, ni Londres ni Amsterdam n'ont admis qu'il s'agissait d'une provocation.

Selon le représentant spécial du secrétaire général de l'OTAN pour les pays du Caucase du Sud et d'Asie centrale, James Appathurai, l'Alliance de l'Atlantique Nord restera dans la région de la mer Noire pour soutenir ses alliés et partenaires.

« L'OTAN a une position claire en ce qui concerne la liberté de navigation et le fait que la Crimée est l'Ukraine, pas la Russie. Lors de l'incident avec le HMS Defender, les alliés de l'OTAN ont fait preuve de fermeté dans la défense de ces principes », a déclaré Appathurai.

À son tour, le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a déclaré que les navires de guerre britanniques « continueraient à entrer dans les eaux territoriales de l'Ukraine ». Il a appelé la route suivie par le destroyer intrus la route internationale la plus courte d'Odessa à Batoumi géorgien.

« Nous avons parfaitement le droit de traverser librement les eaux territoriales ukrainiennes conformément aux normes internationales. Nous continuerons à le faire », a souligné le haut responsable.

Moscou a déclaré qu'il n'autoriserait pas de tels incidents à l'avenir, et si nécessaire, il est prêt à appliquer les "mesures les plus dures et les plus extrêmes" aux contrevenants, bien qu'un tel scénario soit présenté par le Kremlin comme "extrêmement indésirable" pour la Russie.

De nombreux experts, tant en Russie qu'en Occident, ont immédiatement commencé à parler de la menace potentielle de la 3e guerre mondiale, qui peut en fait éclater à cause de l'Ukraine. Il est évident que de telles prévisions ne profitent à personne : ni l'OTAN ni la Russie. Néanmoins, une attitude belliqueuse et résolue demeure de part et d'autre, ce qui ne peut que susciter la peur et l'inquiétude des gens ordinaires.

Même après la fin de Sea Breeze 2021, l'OTAN continue de déclarer qu'elle ne quittera la mer Noire nulle part. Ceci est déjà confirmé par l'envoi de nouveaux navires dans la région.

Néanmoins, la question reste ouverte : l'Alliance de l'Atlantique Nord est-elle prête à prendre des mesures extrêmes contre la Russie sous prétexte de protéger la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine, qui se voit toujours systématiquement refuser l'adhésion à l'OTAN ?

Continuer la lecture

Défense

La boussole stratégique est controversée mais meilleure que l'indifférence, selon Borrell

En cliquant sur ce bouton,

on

Les ministres des Affaires étrangères de l'UE réunis à Bruxelles aujourd'hui (12 juillet) ont discuté de la "boussole stratégique" de l'UE. Le haut représentant de l'UE, Josep Borrell, a déclaré qu'il s'agissait d'une initiative à la fois importante et controversée, ajoutant: "Je m'en fiche si c'est controversé, je préfère avoir des controverses que des indifférences."

C'est la première fois que les ministres des Affaires étrangères, plutôt que les ministres de la Défense, discuteront de ce projet qui vise à renforcer la gestion de crise, la résilience, les partenariats et les capacités de l'UE. 

Strategic Compass est considéré par le Service européen pour l'action extérieure (SEAE) comme l'un des projets les plus importants et les plus ambitieux dans le domaine de la sécurité et de la défense de l'UE. On espère qu'il pourra être finalisé d'ici mars 2022, avec un projet présenté en novembre. On espère que les États de l'UE fourniront des orientations politiques et stratégiques claires sur ce qu'ils souhaitent que l'UE réalise dans ce domaine au cours des 5 à 10 prochaines années. 
Il guidera l'utilisation des instruments dont l'UE dispose, y compris les instruments récemment mis en place Facilité européenne pour la paix.

Continuer la lecture

Défense

Trafic d'armes à feu: la Commission lance une consultation publique pour réexaminer les règles de l'UE sur les importations et les exportations d'armes

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission a lancé un consultation publique sur l'examen de règles de l'UE régissant les exportations, les importations et le transit des armes à feu civiles, dans le but de combler d'éventuelles failles, que les trafiquants peuvent utiliser, et de simplifier le cadre juridique pour les commerçants légaux. Toutes les parties intéressées sont invitées à contribuer jusqu'au 11 octobre 2021. Les résultats de la consultation alimenteront la révision des règles, amélioreront la traçabilité et l'échange d'informations, et renforceront la sécurité des procédures de contrôle des exportations et des importations. Le trafic d'armes à feu alimente le crime organisé au sein de l'UE et engendre l'instabilité politique dans le voisinage de l'UE. Avec le développement de la livraison rapide des colis et des nouvelles technologies, le trafic d'armes à feu prend de nouvelles formes pour échapper aux contrôles. Dans le même temps, les importateurs et exportateurs légaux d'armes à feu sont confrontés à une grande variété de règles différentes à travers l'UE. L'initiative de révision de la législation actuelle s'inscrit dans le Plan d'action de l'UE sur le trafic d'armes à feu pour la période 2020 à 2025.

La commissaire aux affaires intérieures, Ylva Johansson (photo) a également publié un article de blog encourageant aujourd'hui toutes les parties intéressées à contribuer à la consultation.

Continuer la lecture
Publicité
Publicité

Tendance