Suivez nous sur

Défense

L'UE intensifie ses actions pour renforcer les capacités de défense et la base industrielle et technologique de l'UE: Vers un cadre de l'UE pour les marchés publics de défense conjoints

PARTAGEZ:

Publié le

on

Nous utilisons votre inscription pour fournir du contenu de la manière que vous avez consentie et pour améliorer notre compréhension de vous. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.

En réponse au Conseil européen chargé au Sommet de Versailles, la Commission et le haut représentant ont présenté une analyse des déficits d'investissement dans le domaine de la défense et ont proposé de nouvelles mesures et actions nécessaires pour renforcer la base industrielle et technologique de défense européenne. L'agression non provoquée de la Russie contre l'Ukraine a des implications importantes pour la défense européenne, ce qui entraîne une augmentation des dépenses militaires des États membres. Avec la communication conjointe d'aujourd'hui, la Commission et la haute représentante visent à aider les États membres à investir ensemble, mieux et de manière européenne. Il répond également à l'appel lancé dans le cadre de la Conférence sur l'avenir de l'Europe pour une action plus forte de l'UE en matière de défense.

Cette communication conjointe présente un nouveau niveau d'ambition pour construire une Europe de la défense plus forte. Il se concentre en particulier sur l'acquisition conjointe d'équipements militaires, sur la programmation stratégique de défense pour définir des priorités plus claires, et sur le soutien à la base industrielle européenne, y compris le renforcement du cadre européen de R&D de défense, la Fonds européen de défense (EDF). Les initiatives de l'UE visant à favoriser la coopération en matière de défense contribuent également à renforcer un partage transatlantique plus équitable des charges et une contribution européenne plus efficace au sein de l'OTAN.

Déficits d'investissement dans la défense

Compte tenu de l'analyse des déficits d'investissement réalisée par le Agence européenne de défense, la Commission et le haut représentant examinent trois grands types de déficits : les dépenses de défense, les déficits industriels de défense et les déficits de capacités de défense.

  • Dépenses de défense: En conséquence directe de l'invasion russe de l'Ukraine, les États membres ont déjà annoncé des augmentations de leurs budgets de défense de près de 200 milliards d'euros supplémentaires dans les années à venir. Bien que ces augmentations soient essentielles, elles interviennent après des années de coupes substantielles et de sous-investissement sévère. De 1999 à 2021, les dépenses de défense combinées de l'UE ont augmenté de 20 % contre 66 % pour les États-Unis, 292 % pour la Russie et 592 % pour la Chine. Sans une approche coordonnée, l'augmentation des dépenses risque d'entraîner une fragmentation supplémentaire et d'annuler les progrès réalisés jusqu'à présent.
  • Lacunes industrielles de la défense: Malgré la compétitivité globale du secteur, des difficultés et des lacunes existent. La demande étant fragmentée, l'industrie reste également structurée le long des frontières nationales, notamment en dehors des secteurs de l'aéronautique et des missiles. Des dépendances existent également pour certains équipements de défense clés pour lesquels la base industrielle et technologique de défense européenne n'offre pas de solutions indigènes.
  • Lacunes en matière de capacités: trois priorités urgentes ont été mises en évidence : reconstituer les stocks, remplacer les systèmes hérités de l'ère soviétique et renforcer les systèmes de défense aérienne et antimissile. Au-delà de ces lacunes capacitaires urgentes, la communication conjointe propose de travailler sur un certain nombre de capacités stratégiques spécifiques à moyen et long terme dans les domaines aérien, terrestre, maritime, spatial et de la cyberdéfense.

Des mesures pour combler ces lacunes

Afin de soutenir la réduction des écarts, la Commission et la haute représentante ont défini un ensemble de mesures très concrètes destinées à renforcer la demande européenne de défense par des achats conjoints et à renforcer l'offre par des mesures visant le soutien aux capacités de production industrielle.

Dans le Immédiat terme, la Commission et le haut représentant/chef de l'Agence européenne de défense établiront rapidement un Achats conjoints de la défense Groupe de travail travailler avec les États membres pour soutenir la coordination et résoudre les conflits dans leurs besoins d'approvisionnement à très court terme pour faire face à la nouvelle situation en matière de sécurité. La task force assurera également la coordination avec la cellule de centre d'échange mise en place au sein de l'état-major du SEAE/de l'UE pour faciliter la coordination de l'assistance militaire à l'Ukraine.

A instrument à court terme de l'UE pour renforcer les capacités industrielles de défense par le biais d'achats conjoints sera proposé pour une adoption accélérée, afin d'aider les États membres à combler les lacunes les plus urgentes et les plus critiques de manière collaborative, sur la base des travaux du groupe de travail. La Commission est prête à engager 500 millions d'euros du budget de l'UE sur deux ans pour inciter les États membres à répondre à ces besoins de manière collaborative. 

Cet instrument à court terme ouvrira la voie à un cadre européen pour les achats conjoints de défense. À cette fin, au troisième trimestre 2022, la Commission proposera une Programme européen d'investissement de défense règlement (EDIP). Il établira les conditions pour que les États membres forment Consortiums européens de capacité de défense (EDCC). Au sein d'un EDCC, les États membres achèteront conjointement, à l'usage des États membres participants, des capacités de défense développées de manière collaborative au sein de l'UE et bénéficieront d'une exonération de TVA. En outre, un financement communautaire associé peut être accordé pour des projets présentant un grand intérêt pour l'UE.

Publicité

Le soutien aux achats groupés complète et complète les efforts consentis jusqu'à présent en matière de R&D de défense à travers le FED. 

En outre, la Commission et le haut représentant proposent d'évoluer progressivement vers une fonction conjointe de programmation et d'approvisionnement en matière de défense de l'UE permettant de mieux définir les priorités capacitaires sur lesquelles se concentrer.

Enfin, une coopération européenne renforcée en matière de défense nécessite également un plan d'action solide pour renforcer la capacité industrielle de défense européenne. À cette fin, la Commission:

  • Réaliser, en coopération avec l'Agence européenne de défense, une cartographie approfondie des capacités de fabrication industrielle supplémentaires actuelles et nécessaires de l'UE ;
  • Proposer un Initiative Matières Premières Critiques, y compris des mesures législatives, pour faciliter, entre autres, l'accès de l'industrie de la défense aux matières premières critiques (MRC), renforçant ainsi la résilience et la sécurité d'approvisionnement de l'UE;
  • Travailler sur d'autres mesures pour assurer la disponibilité des compétences spécifiques à la défense pour la montée en puissance industrielle ;
  • Envisager d'éventuelles modifications du cadre pour la recherche et l'innovation à double usage afin d'améliorer les synergies entre les instruments civils et de défense ;
  • Travailler sur d'autres mesures (telles que des appels coordonnés entre les instruments de l'UE existants et les prêts de la BEI) pour soutenir les technologies critiques et des capacités industrielles en développant des projets stratégiques ;
  • Dans le cadre de l'examen global des priorités lors de l'examen à mi-parcours du budget à long terme de l'UE, envisager renforcer les budgets du Fonds européen de la défense et mobilité militaire par le biais du mécanisme pour l'interconnexion en Europe ;
  • Accélérer le création du CASSINI pour la défense pour attirer de nouveaux entrants et soutenir l'innovation en matière de défense.

La BEI devrait également évaluer s'il convient de renforcer son soutien à l'industrie européenne de la défense et aux achats conjoints au-delà de son soutien actuel à l'utilisation à double usage.

Les mesures proposées feront de l'UE un partenaire international plus fort, également au sein de l'OTAN, qui reste le fondement de la défense collective de ses membres.

Prochaines étapes

La Commission et le haut représentant/chef de l'Agence européenne de défense recommandent au Conseil européen d'approuver cette analyse soulignant la nécessité de remédier de toute urgence et collectivement aux déficits d'investissement de l'UE dans le domaine de la défense à court et à moyen terme.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré: "L'Union européenne intensifie ses efforts pour construire une industrie de défense européenne plus forte. Nous devons dépenser davantage pour la défense et nous devons le faire de manière coordonnée. Aujourd'hui, nous proposons des propositions concrètes des mesures visant à renforcer nos capacités de défense et l'avance technologique militaire de notre base industrielle européenne, sur la base d'une analyse des lacunes en matière d'investissements dans le domaine de la défense. Cette action garantira une contribution européenne plus efficace à l'OTAN.

Une Europe adaptée à l'ère numérique, Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive, a déclaré: «Cette communication donne une image précieuse des déficits d'investissement dans la défense auxquels nous sommes confrontés. Il est clair que davantage de dépenses seront nécessaires, mais dépenser davantage n'est pas la seule réponse. Nous devons également dépenser mieux, ce qui signifie dépenser ensemble pour construire de futures capacités de défense.

Le haut représentant/vice-président/chef de l'Agence européenne de défense, Josep Borrell, a déclaré : « L'agression de la Russie contre l'Ukraine a changé le paysage de la sécurité en Europe. Beaucoup augmentent leurs dépenses de défense, mais il est crucial que les États membres investissent mieux ensemble pour éviter une nouvelle fragmentation et combler les lacunes existantes. C'est aussi ce qu'appelle la boussole stratégique. L'Agence européenne de défense continuera de jouer un rôle clé en aidant les États membres à identifier les lacunes, à promouvoir la coopération et à favoriser l'innovation en matière de défense. Si nous voulons des forces armées européennes modernes et interopérables, nous devons agir maintenant.

Le commissaire au marché intérieur, Thierry Breton, a déclaré: "Alors que les États membres ont annoncé une augmentation sans précédent des dépenses de défense, cela ne compense pas des années de sous-investissement massif. Nous présentons aujourd'hui une feuille de route claire des capacités de défense dans lesquelles il est le plus urgent pour investir ensemble, mieux et en Europe. Pour concrétiser cette vision, nous proposons un cadre européen d'acquisition conjointe soutenu par le budget de l'UE. Nos dirigeants ont demandé des actions concrètes, et nous leur présentons un réel niveau d'ambition ."

Contexte

chefs d'État et de gouvernement de l'UE, réunis à Versailles le 11 mars 2022, s'est engagé à « renforcer les capacités de défense européennes » face à l'agression militaire russe contre l'Ukraine. Ils ont également invité "la Commission, en coordination avec l'Agence européenne de défense, à présenter une analyse des déficits d'investissement dans la défense d'ici la mi-mai et à proposer toute nouvelle initiative nécessaire pour renforcer la base industrielle et technologique de défense européenne". L'UE Boussole stratégique sur la sécurité et la défense adopté par le Conseil et entériné par le Conseil européen de mars 2022 le réitère.

La présente communication conjointe fournit l'analyse demandée au Conseil européen dans le but de garantir que l'augmentation des dépenses de défense des États membres se traduise par une base technologique et industrielle de défense de l'UE beaucoup plus solide. Cette communication s'appuie sur la communication de la défense de février publiée le 15 février 2022.

L'Agence européenne de défense continuera de fournir une analyse actualisée des lacunes en matière de capacités européennes dans le cadre de l'examen annuel coordonné sur le cadre de la défense.

Plus d'information

Communication conjointe sur l'analyse des écarts d'investissement dans la défense et la voie à suivre

Annexe : Analyse des écarts d'investissement dans la défense et voie à suivre

Questions et réponses

Fiche technique

CONCEPTION

Communiqué de presse : dossier de communication de février

Soutien de l'UE à l'Ukraine

Partagez cet article:

EU Reporter publie des articles provenant de diverses sources extérieures qui expriment un large éventail de points de vue. Les positions prises dans ces articles ne sont pas nécessairement celles d'EU Reporter.

Tendance