Suivez nous sur

Aviation / compagnies aériennes

Aviation: dispense des créneaux horaires

Avatar

En cliquant sur ce bouton,

on

Following une proposition de la Commission à partir de décembre 2020, le Conseil a adopté la modification du règlement sur les créneaux horaires qui dispense les compagnies aériennes des exigences d'utilisation des créneaux horaires dans les aéroports pour la saison de programmation de l'été 2021. L'amendement permet aux compagnies aériennes de restituer jusqu'à la moitié des créneaux d'aéroport qui leur ont été attribués avant le début de la saison.

La commissaire chargée des transports, Adina Vălean, a déclaré: «Nous saluons le texte final de l'amendement qui permet de mieux adapter les règles des créneaux horaires à la demande des consommateurs pour le transport aérien, favorise la concurrence et ouvre la voie à un retour progressif aux règles normales. Je pense que cette initiative incitera les compagnies aériennes à utiliser efficacement la capacité aéroportuaire et qu’elle profitera en fin de compte aux consommateurs de l’UE. »

La Commission a délégué des pouvoirs pour un an après l'entrée en vigueur de l'amendement et peut donc prolonger les règles jusqu'à la fin de la saison été 2022, si nécessaire. La Commission peut également adapter le taux d'utilisation dans une fourchette de 30 à 70%, en fonction de l'évolution des volumes de trafic aérien. Les actes juridiques seront publiés au Journal officiel de l'UE dans les prochains jours et entreront en vigueur le lendemain de leur publication. Vous trouverez plus de détails ici.

Aviation / compagnies aériennes

La Commission approuve un soutien grec de 120 millions d'euros pour indemniser Aegean Airlines pour les dommages subis en raison de l'épidémie de coronavirus

Avatar

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a estimé qu'une subvention grecque de 120 millions d'euros à Aegean Airlines était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. La mesure vise à indemniser la compagnie aérienne pour les pertes directement causées par l'épidémie de coronavirus et les restrictions de voyage imposées par la Grèce et d'autres pays de destination pour limiter la propagation du coronavirus. La Grèce a notifié à la Commission une mesure d'aide destinée à indemniser Aegean Airlines pour les dommages subis du 23 mars 2020 au 30 juin 2020 résultant des mesures de confinement et des restrictions de voyage introduites par la Grèce et d'autres pays de destination pour limiter la propagation du coronavirus. L'aide prendra la forme d'une subvention directe de 120 millions d'euros, qui n'excède pas l'estimation des dommages directement causés à la compagnie aérienne au cours de cette période.

La Commission a évalué la mesure au regard de l'article 107, paragraphe 2, point b), du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), qui permet à la Commission d'approuver les mesures d'aides d'État accordées par les États membres pour indemniser directement des entreprises ou des secteurs spécifiques des dommages causés par des événements exceptionnels. La Commission a estimé que la mesure grecque compenserait les dommages subis par Aegean Airlines qui sont directement liés à l'épidémie de coronavirus. Elle a également estimé que la mesure était proportionnée, car l’aide ne dépassait pas ce qui était nécessaire pour réparer le dommage.

Sur cette base, la Commission a conclu que la mesure grecque de réparation des dommages était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. La vice-présidente exécutive Margrethe Vestager, en charge de la politique de concurrence, a déclaré: «L'industrie aéronautique est l'un des secteurs qui a été particulièrement touché par l'épidémie de coronavirus. Cette mesure permettra à la Grèce d'indemniser Aegean Airlines pour les dommages directement subis en raison des restrictions de voyage nécessaires pour limiter la propagation du coronavirus. Nous continuons à travailler avec les États membres pour trouver des solutions viables pour soutenir les entreprises en ces temps difficiles, conformément aux règles de l'UE. »

Le communiqué de presse complet est disponible en ligne.

Continuer la lecture

Aviation / compagnies aériennes

La Commission approuve 73 millions d'euros d'aide italienne pour indemniser Alitalia pour les dommages supplémentaires subis en raison de l'épidémie de coronavirus

Avatar

En cliquant sur ce bouton,

on

 

La Commission européenne a estimé que 73.02 millions d'euros d'aide italienne en faveur d'Alitalia étaient conformes aux règles de l'UE en matière d'aides d'État. Cette mesure vise à indemniser la compagnie aérienne des dommages subis sur 19 liaisons en raison de l'épidémie de coronavirus entre le 16 juin et le 31 octobre 2020.

La vice-présidente exécutive, Margrethe Vestager, en charge de la politique de concurrence, a déclaré: «L'industrie aéronautique continue d'être l'un des secteurs particulièrement touchés par l'impact de l'épidémie de coronavirus. Cette mesure permet à l'Italie de fournir une compensation supplémentaire pour les dommages directs subis par Alitalia entre juin et octobre 2020 en raison des restrictions de voyage nécessaires pour limiter la propagation du coronavirus. Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les États membres pour garantir que les mesures nationales de soutien puissent être mises en place de manière coordonnée et efficace, conformément aux règles de l'UE. Dans le même temps, nos enquêtes sur les mesures de soutien passées à Alitalia sont en cours et nous sommes en contact avec l'Italie sur leurs projets et leur conformité aux règles de l'UE. »

Alitalia est une compagnie aérienne de réseau majeur opérant en Italie. Avec une flotte de plus de 95 avions, en 2019, la société a desservi des centaines de destinations dans le monde entier, transportant environ 20 millions de passagers depuis son hub principal de Rome et d'autres aéroports italiens vers diverses destinations internationales.

Les restrictions en place tant en Italie que dans d'autres pays de destination afin de limiter la propagation du coronavirus ont fortement affecté les opérations d'Alitalia, notamment en ce qui concerne les vols internationaux et intercontinentaux. En conséquence, Alitalia a subi des pertes d'exploitation importantes jusqu'au 31 octobre 2020 au moins.

L'Italie a notifié à la Commission une mesure d'aide supplémentaire pour indemniser Alitalia pour les dommages supplémentaires subis sur 19 liaisons spécifiques du 16 juin 2020 au 31 octobre 2020 en raison des mesures d'urgence nécessaires pour limiter la propagation du virus. L'aide prendra la forme d'une subvention directe de 73.02 millions d'euros, qui correspond à l'estimation des dommages directement causés à la compagnie aérienne au cours de cette période en fonction d'une analyse route par route des 19 routes éligibles. Cela fait suite à la décision de la Commission du 4 septembre 2020 d'approuver Mesure italienne de réparation des dommages en faveur d'Alitalia indemnisant la compagnie aérienne du préjudice subi du 1er mars 2020 au 15 juin 2020 résultant de restrictions gouvernementales et de mesures de confinement prises par l'Italie et d'autres pays de destination pour limiter la propagation du coronavirus.

La Commission a évalué la mesure au Article 107 (2) (b) du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE), qui permet à la Commission d'approuver les aides d'État accordées par les États membres pour indemniser des entreprises ou des secteurs spécifiques des dommages directement causés par des événements exceptionnels. La Commission considère que l'épidémie de coronavirus est considérée comme un événement exceptionnel, car il s'agit d'un événement extraordinaire et imprévisible ayant un impact économique significatif. En conséquence, des interventions exceptionnelles de l'Etat membre pour compenser les dommages liés à l'épidémie sont justifiées.

La Commission a estimé que la mesure italienne compensera les dommages subis par Alitalia qui sont directement liés à l'épidémie de coronavirus, car la perte de rentabilité sur les 19 routes résultant des mesures de confinement pendant la période concernée peut être considérée comme un dommage directement lié à l'événement exceptionnel. Elle a également estimé que la mesure était proportionnée, car l'analyse quantitative route par route présentée par l'Italie identifiait de manière appropriée les dommages imputables aux mesures de confinement et, partant, l'indemnisation n'excédant pas ce qui est nécessaire pour réparer les dommages sur ces routes.

Sur cette base, la Commission a conclu que la mesure supplémentaire italienne de réparation des dommages était conforme aux règles de l'UE en matière d'aides d'État.

Contexte

Sur la base des plaintes reçues, le 23 avril 2018, la Commission a ouvert une procédure formelle d'examen concernant des prêts de 900 millions d'euros accordés à Alitalia par l'Italie en 2017. Le 28 février 2020, la Commission a ouvert une procédure formelle d'examen distincte sur un prêt supplémentaire de 400 millions d'euros accordé par l'Italie en octobre 2019. Les deux enquêtes sont en cours.

Le soutien financier de l'UE ou de fonds nationaux octroyé aux services de santé ou à d'autres services publics pour lutter contre la situation des coronavirus ne relève pas du contrôle des aides d'État. Il en va de même pour tout soutien financier public accordé directement aux citoyens. De même, les mesures de soutien public disponibles pour toutes les entreprises, telles que par exemple les subventions salariales et la suspension du paiement des impôts sur les sociétés et de la valeur ajoutée ou des cotisations sociales, ne relèvent pas du contrôle des aides d'État et ne nécessitent pas l'approbation de la Commission en vertu des règles de l'UE en matière d'aides d'État. Dans tous ces cas, les États membres peuvent agir immédiatement.

Lorsque les règles relatives aux aides d'État sont applicables, les États membres peuvent concevoir des mesures d'aide suffisantes pour soutenir des entreprises ou des secteurs spécifiques souffrant des conséquences de l'épidémie de coronavirus, conformément au cadre existant des aides d'État de l'UE. Le 13 mars 2020, la Commission a adopté un Communication sur une réponse économique coordonnée à l'épidémie de COVID-19 énonçant ces possibilités.

À cet égard, par exemple:

  • Les États membres peuvent dédommager des entreprises ou des secteurs spécifiques (sous forme de régimes) pour les dommages subis et directement causés par des événements exceptionnels, tels que ceux causés par la flambée de coronavirus. Cela est prévu par l'article 107, paragraphe 2, point b), du TFUE.
  • Les règles en matière d'aides d'État fondées sur l'article 107, paragraphe 3, point c), du TFUE permettent aux États membres d'aider les entreprises à faire face aux pénuries de liquidités et ayant besoin d'une aide au sauvetage d'urgence.
  • Cela peut être complété par une variété de mesures supplémentaires, telles que le règlement de minimis et le règlement général d'exemption par catégorie, qui peuvent également être mises en place immédiatement par les États membres, sans intervention de la Commission.

En cas de situation économique particulièrement grave, comme celle que connaissent actuellement tous les États membres et le Royaume-Uni en raison de l'épidémie de coronavirus, les règles de l'UE en matière d'aides d'État permettent aux États membres d'accorder une aide pour remédier à une perturbation grave de leur économie. C'est ce que prévoit l'article 107, paragraphe 3, point b), du traité FUE du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne.

Le 19 mars 2020, la Commission a adopté un cadre temporaire pour les aides d'État fondé sur l'article 107, paragraphe 3, point b), du TFUE pour permettre aux États membres d'utiliser toute la flexibilité prévue par les règles sur les aides d'État pour soutenir l'économie dans le contexte de l'épidémie de coronavirus. Le cadre temporaire, tel que modifié les 3 avril, 8 mai 2020, 29 juin et 13 octobre 2020, prévoit les types d'aides suivants, qui peuvent être accordés par les États membres: (i) subventions directes, apports de capitaux propres, avantages fiscaux sélectifs et paiements avancés; (ii) les garanties de l'État pour les prêts contractés par les entreprises; (iii) les prêts publics subventionnés aux entreprises, y compris les prêts subordonnés; (iv) des garanties pour les banques qui acheminent l'aide de l'État vers l'économie réelle; (v) Assurance-crédit à l'exportation publique à court terme; (vi) Appui à la recherche et au développement (R&D) liés aux coronavirus; (vii) Appui à la construction et à la mise à l'échelle des installations d'essais; (viii) soutien à la production de produits pertinents pour lutter contre l'épidémie de coronavirus; (ix) Un soutien ciblé sous forme de report des paiements d'impôts et / ou de suspensions des cotisations de sécurité sociale; (x) Soutien ciblé sous forme de subventions salariales pour les salariés; (xi) Un soutien ciblé sous la forme d'instruments de capitaux propres et / ou hybrides; (xii) Soutien ciblé pour les coûts fixes non couverts des entreprises.

Le cadre temporaire sera en place jusqu'à la fin juin 2021. Les problèmes de solvabilité ne pouvant se matérialiser qu'à un stade ultérieur à mesure que la crise évolue, pour les mesures de recapitalisation, seule la Commission a prolongé cette période jusqu'à la fin septembre 2021. En vue de garantissant la sécurité juridique, la Commission évaluera avant ces dates si elle doit être prorogée.

La version non confidentielle de la décision sera publiée sous le numéro de cas dans le SA.59188 registre des aides d'État sur la Commission concurrence site une fois que tous les problèmes de confidentialité auront été résolus. Nouvelles publications des décisions relatives aux aides d'État sur internet et dans le Journal officiel sont énumérées dans le State Aid Weekly e-Nouvelles.

Vous trouverez plus d'informations sur le cadre temporaire et les autres mesures prises par la Commission pour faire face à l'impact économique de la pandémie de coronavirus ici.

 

Continuer la lecture

Stratégie de l'aviation pour l'Europe

Aviation: la proposition de la Commission sur les créneaux d'aéroport offre un soulagement indispensable au secteur

Avatar

En cliquant sur ce bouton,

on

La Commission européenne a adopté une nouvelle proposition sur l'attribution des créneaux horaires qui accorde aux acteurs de l'aviation un allégement indispensable des exigences d'utilisation des créneaux horaires dans les aéroports pour la saison de programmation d'été 2021. Alors que les compagnies aériennes doivent normalement utiliser 80% des créneaux qui leur sont attribués pour sécuriser leur portefeuille complet de créneaux horaires pour les saisons de programmation suivantes, la proposition réduit ce seuil à 40%. Il introduit également un certain nombre de conditions visant à garantir que la capacité aéroportuaire est utilisée efficacement et sans nuire à la concurrence pendant la période de récupération du COVID-19.

La commissaire aux transports, Adina Vălean, a déclaré: «Avec la proposition d'aujourd'hui, nous cherchons à trouver un équilibre entre la nécessité de fournir des secours aux compagnies aériennes, qui continuent de souffrir de la baisse significative des voyages aériens en raison de la pandémie en cours, et la nécessité de maintenir la concurrence sur le marché. , assurer un fonctionnement efficace des aéroports et éviter les vols fantômes. Les règles proposées offrent une certitude pour la saison estivale 2021 et permettent à la Commission de moduler les dérogations supplémentaires nécessaires aux créneaux horaires selon des conditions claires pour garantir le maintien de cet équilibre.

En regardant les prévisions de trafic pour l'été 2021, il est raisonnable de s'attendre à ce que les niveaux de trafic atteignent au moins 50% des niveaux de 2019. Un seuil de 40% garantira donc un certain niveau de service, tout en laissant aux compagnies aériennes un tampon dans l'utilisation de leurs créneaux horaires. La proposition d'attribution des créneaux horaires a été transmise au Parlement européen et au Conseil pour approbation.

Continuer la lecture

Twitter

Facebook

Tendance